Un centre d’études sur le genre au Kurdistan irakien défie les idées traditionnelles

0
190

KURDISTAN DU SUD – L’académicienne Choman Hardi est retournée au Kurdistan du Sud où elle a fondé en 2015 le Centre d’études sur le genre et le développement au sein de l’Université américaine de Souleimaniye. Un défi de taille dans une société conservatrice kurde.

Au Centre d’études sur le genre, au moins 200 étudiants, des jeunes femmes mais aussi des hommes, ont suivi des cours les introduisant à des débats sur le genre en relation avec des sujets tels que la santé, les médias et la société, l’histoire islamique et le génocide, entre autres.

C’est après avoir appris le féminisme et les droits de l’homme dans ses cours à l’université que Zheera Hassan, élève en littérature anglaise, a décidé de suivre les études de genre à l’Université américaine d’Irak, à Sulaimani. « Ce sont des choses que je voulais voir dans la société », dit-il.
 
En tant qu’homme de 24 ans dans la région du Kurdistan irakien, cette décision n’est pas allée sans difficultés. « Les études de genre sont quelque chose de très nouveau au Kurdistan et en Irak, donc vous ne trouverez pas beaucoup de soutien dans votre famille ou chez vos amis, surtout si vous êtes un homme. Mais les enseignants et les conversations que nous avons eues avec eux, c’est ce qui m’intéressait. Ça m’a beaucoup changé », dit-il.
 
Hassan fait partie d’un nombre restreint, mais croissant, d’étudiants qui se sont inscrits à la mineure interdisciplinaire en études de genre de l’université – le premier, et le seul, programme de ce type dans tout le Kurdistan et l’Irak.
 
En changeant le regard des étudiants sur les rôles, les normes, les valeurs et les croyances liés au genre, la mineure en études de genre vise à doter une nouvelle génération dans la région du Kurdistan des connaissances nécessaires pour relever certains des défis auxquels leur société est confrontée.
 
Sawen Amin, 25 ans, a été l’un des premiers étudiants à s’inscrire. « Cela m’a ouvert les yeux sur les inégalités auxquelles les gens, qu’ils soient hommes ou femmes, sont confrontés en raison du fonctionnement du système patriarcal », explique-t-elle.
 
Débats sur les rôles du genre dans la société
 
Au moins 200 étudiants ont suivi des cours les introduisant à des débats sur le genre en relation avec des sujets tels que la santé, les médias et la société, l’histoire islamique et le génocide, entre autres.
 
« Lorsque vous êtes exposé pour la première fois à une idée qui contredit de nombreuses choses profondément ancrées en vous, c’est très difficile à envisager, mais cela déclenche quelque chose », explique Choman Hardi, fondatrice et directrice du Centre d’études sur le genre et le développement de l’Université américaine d’Irak, à Sulaimani.
 
Dans le cadre de ses recherches postdoctorales au Kurdistan sur les femmes ayant survécu à la campagne génocidaire de Saddam Hussein contre les Kurdes dans les années 1980, Choman Hardi, alors chercheuse invitée dans le cadre du programme d’études sur l’Holocauste et les génocides de l’université d’Uppsala, a rencontré des jeunes qui avaient soif d’apprendre, mais qui ne recevaient pas de discours alternatifs sur les rôles de genre et la construction sociale. « J’ai senti que je pouvais faire beaucoup de bien ici », dit-elle. « Je sentais qu’il y avait un besoin pour moi d’être ici ».
 
Elle est retournée à Sulaymaniyah, sa ville natale, en 2014 pour enseigner après 26 ans à l’étranger. L’année suivante, elle a fondé le centre et a commencé à développer des cours liés au genre. Le centre a annoncé la création d’une mineure en études de genre en 2017.
 
Dans une société conservatrice où la violence sexiste est monnaie courante, ceux qui remettent en question le système patriarcal et les relations sociétales se heurtent souvent à des réactions hostiles.
 
Pour Hardi, cela s’est manifesté par la résistance des étudiants, dont certains lui ont dit plus tard que leur cours avec elle avait changé leur façon de voir les choses. Elle a également été victime d’attaques sur les médias sociaux et de cyberintimidation.
 
La pression des pairs sur les élèves
 
Des étudiants comme Amin et Hassan ont également été confrontés à des critiques et à des moqueries de la part de leurs pairs à l’université pour avoir étudié le genre, souvent en raison de malentendus sur ce que recouvrent le féminisme et les études de genre.
 
Et si certains étudiants doivent également faire face à un manque de soutien personnel de la part de leur famille et de leurs amis, d’autres ont plus de chance.
 
Amin a été soutenue par sa famille tout au long de ses études, et dit qu’elle a même trouvé un public bienvenu pour ses nouvelles connaissances. « [Après] chaque cours que j’avais, j’enseignais tout ce que j’avais appris à ma mère, et maintenant elle aussi est une grande avocate. »
 
Amin attribue aux études de genre le mérite d’avoir aidé les étudiants à prendre conscience de leurs droits et à lutter contre la discrimination, et de l’avoir aidée à trouver un emploi dans une organisation non gouvernementale de défense des droits des femmes.
 
Hassan, qui en est à son dernier semestre d’études de premier cycle, prévoit de travailler et d’économiser pour obtenir une maîtrise. Son objectif est de travailler pour une organisation non gouvernementale dans le domaine des droits de la femme, qui est particulièrement important pour lui. « Vous ne pouvez pas travailler sur d’autres questions si la moitié de votre population est enfermée dans un système patriarcal où elle ne peut pas vivre sa vie comme elle le souhaite. »
 
Des signes de progrès encourageants
 
Twana Abdwlrahman, postdoctorante au Centre d’études sur le genre et le développement, affirme que malgré les défis, il est optimiste quant à l’évolution de la situation en raison de la puissante vague de changement en faveur de l’égalité des sexes et de la justice sociale qui a émergé au Kurdistan. « Les études de genre sont essentielles pour créer des voix fortes, efficaces et sincères en faveur de l’égalité et de la justice des deux côtés – femmes et hommes – et pour créer des leaders pour cette vague », dit-il.
 

Pour l’instant, Hardi s’est retirée de l’enseignement pour se concentrer sur les projets du centre, mais elle attend avec impatience le moment où elle pourra à nouveau enseigner.

« Ce sentiment de désespoir est très présent tous les jours : on ne peut rien changer, alors autant ne rien faire », déclare Hardi. « J’essaie toujours de dire que nous avons un pouvoir d’action, surtout si nous travaillons ensemble. Je pense qu’il est important que les jeunes le sachent. »

La version anglaise est à lire ici 

La poétesse et l’académicienne, Choman Hardi a survécu au génocide d’Anfal dans son enfance mais aussi l’exil au Royaume-Uni pendant 26. Une fois diplômée des prestigieuses universités d’Oxford et de Kent, Hardi est retournée au Kurdistan d’Irak pour enseigner l’anglais et intégrer l’Université américaine de Souleimaniye-Irak où elle a fondé en 2015 le Centre d’études sur le genre et le développement.
 
Sous sa direction, ce centre a lancé les premières études interdisciplinaires de genre en Irak et est en train de développer des ressources pour les études de genre en kurde et en arabe en direction des universités du Moyen-Orient et d’Afrique du Nord avec un financement de l’Union européenne. En 2019, elle a reçu le soutien du Global Challenges Research Fund au Royaume-Uni pour un projet quinquennal sur « masculinité et violence » en partenariat avec la London School of Economics.

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici