TURQUIE. Campagne pour que les élèves kurdes aient des cours de kurde

0
252
TURQUIE / BAKUR – Longtemps interdite, la langue kurde fait un retour timide sur la scène scolaire à travers des cours optionnels proposés aux élèves de l’école primaire en fin de cycle (trois dernières années sur huit). Les organisations et partis politiques kurdes sont mobilisés via la campagne de tweets #Kurdihilbijerin pour inciter les familles kurdes à inscrire leurs enfants à ces cours de langue optionnels même s’il y a trop peu d’enseignants de kurde embauchés par l’éducation nationale turque. C’est une tragédie de voir que le pouvoir turc va se pavaner de proposer des cours de kurde aux enfants kurdes qui sont victimes de génocide linguistique commis au Kurdistan de Turquie depuis un siècle…
 
Le site Rudaw a interviewé le porte-parole de la Plateforme de la langue kurde:
 
« Le porte-parole de la Plateforme de la langue kurde, Vahit Aba, a appelé les familles kurdes à suivre des cours de langue kurde et a déclaré : « Le cours optionnel de langue kurde n’est pas suffisant, mais chacun doit le choisir ».
 
Le représentant du Parti de la liberté du Kurdistan (PAK) au sein de la plateforme linguistique kurde Vahit Aba, qui est également l’un des porte-parole de la plateforme, a participé au bulletin Rûdaw et a parlé du travail de la plateforme et du sujet du cours optionnels de kurde.
 
« Nos œuvres sont introuvables »
 
Le porte-parole de la Plateforme de la langue kurde, Vahit Aba, a déclaré que leur travail pour la langue est invisible et a déclaré : « Au cours des trois dernières années, nous avons essayé de créer une prise de conscience linguistique parmi les gens pour le cours électif kurde. Lorsque nous avons mis en place la plateforme, nous avons défini trois choses comme base. Premièrement, ce que nous attendons des Kurdes, deuxièmement, ce que nous attendons des organisations internationales et troisièmement, ce que nous attendons de l’État turc. Nous avons dit dans notre atelier que bien que les cours de kurde optionnels soit un petit droit, les familles kurdes devraient toujours pouvoir se le permettre. »
 
« Parler la langue »
 
Commentant le travail de la plateforme, Aba a déclaré : « Depuis maintenant trois ans et demi, nous sommes actifs dans tous les domaines, y compris la diplomatie et la barrière de la langue. Nous avons d’abord visité tous les partis pour faire du kurde la langue officielle et la langue de l’enseignement et nous avons également voulu lever les obstacles devant le cours optionnels. Nous avons également visité diverses institutions et organisations non gouvernementales pour parler la langue. Nous disons que les cours de kurde ne suffisent pas, mais que chacun choisisse. »
 
« Il faut une commission de coordination »
 
Aba a rappelé que la Plateforme de la langue kurde se compose de 9 partis et a déclaré qu’ils ont également demandé aux partis, associations et organisations non gouvernementales de faire leur part en matière de cours optionnels.
(…)
 
Le processus de cours optionnels est en cours
 
Le processus d’enregistrement des noms d’enfants pour les classes facultatives au Kurdistan du Nord et en Turquie est en cours. Le processus de sélection pour l’année académique 2022-2023 dans les écoles secondaires affiliées au ministère turc de l’éducation a commencé le 3 janvier et se poursuivra jusqu’au 21 janvier. Les élèves et leurs familles sont tenus d’informer les administrateurs de l’école des classes qu’ils ont choisies avant le 21 janvier 2022.
 
Selon les règlements du ministère, les collégiens des classes 5-6-7 et 8 peuvent postuler auprès de l’administration scolaire du 3 au 21 janvier et choisir le kurmanji et le zazaki comme matières facultatives.
 
Il existe de nombreux appels et campagnes pour que les familles et les étudiants choisissent des cours de langue kurde. »
 

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici