La Turquie a transféré en Libye des esclaves sexuelles kurdes capturées à Afrin

0
2582
SYRIE / ROJAVA – Un rapport de Sky News a révélé que les mercenaires de l’occupation turque ont transféré en Libye de nombreuses femmes kidnappées dans le canton kurde d’Afrin et les ont réduites en esclavage comme l’ont fait en 2014 les mercenaires de l’Etat islamique avec les femmes yézidies à Şengal.
 
Un groupe de femmes kurdes d’Afrin a raconté comment des groupes mercenaires et l’armée d’occupation turque ont commis des viols et les enlèvements de femmes et de fillettes depuis l’occupation de la ville en mars 2018, dans un rapport publié par « Sky News Arabia » aujourd’hui.
 
Le rapport a déclaré: « Après que la Turquie a occupé Afrin, les centres, les institutions et les écoles se sont transformés en centres secrets pour otages. Les témoignages des survivants ont révélé que les crimes violents de viol ont souillé le sol. »
 
Le rapport a cité les témoignages selon lesquels «le viol, la captivité et l’oppression des femmes kurdes à Afrin sont perpétrés avec la connaissance et l’approbation de la Turquie, où des dizaines de femmes, en particulier des mineures sont tuées (…). Elles sont extorquées financièrement, violées et soumises à la violence et aux abus (…).»
 
Le rapport est basé sur le réseau d’information « Afrin Post », qui a déclaré que les mercenaires du soi-disant « Jayish al-Nukhbah » ont transféré Salwa Ahmed Shasho, une jeune fille kurde du village de Dar Kara dans la campagne d’Afrin au village Amara Maabatli, pour la vendre comme esclave aux marchands qatariens en Turquie et pour être transférée en Libye plus tard, comme le faisait Daech avec les femmes yézidies à Şengal en 2014, mais sa famille a réussi, après des jours, à l’exfiltrer et à contrecarrer le plan des mercenaires.
 
Des militants d’Afrin ont confirmé à « Sky News Arabia » que plusieurs femmes kurdes d’Afrin, en particulier les mineures qui étaient détenues par les mercenaires, étaient réduites en esclavage en Libye.
 
Un activiste kurde d’Afrin, Bengin Darwish (nom d’emprunt), a déclaré qu’une femme appelée Hana du district de Sherawa, avait été arrêtée après l’occupation de la ville par les mercenaires d’Al-Hamzat, qui ont tué son mari et l’ont forcée à servir les membres de Hamzat dans le sous-district de Bulbul.
 
Darwish a confirmé qu’un membre de l’Etat islamique de la région de Shahba qui avait rejoint Al-Hamzat a tué son mari et l’a emmenée en Libye tout en combattant comme mandataire de l’occupation turque dans la capitale libyenne, Tripoli.
 
Darwish a ajouté: « Les captives sont transportés en Turquie soit par le passage militaire (Hawar Kilis) à la frontière syro-turque, soit par le village frontalier d’al-Khalil avec la Turquie, ainsi que depuis le poste militaire (Al-Hamam) dans le district de Jindersse, qui relie Afrin à l’état turc (…) ».
 
En revanche, Sherin Belo, (nom d’emprunt) pour une femme de vingt ans, a décrit une réalité cruelle. Elle dit avoir été réduite en esclave sexuelle par les mercenaires d’Ahrar Al-Sharqiya, dirigé par Hatem Abu Shaqra, qui aurait commis des crimes de guerre contre les civils Kurdes.
 
Belo a déclaré au réseau que les mercenaires d’Ahrar al-Sharqiya avaient pris d’assaut sa maison et celle de ses voisins, et menacé de les décapiter ou de payer 4 millions de livres syriennes. Les mercenaires les ont également menacés de décapiter le mari ou d’accepter d’être violée et a ajouté: « Je leur ai demandé un délai de jours et c’était ma chance pour mon mari et moi de fuir Afrin vers les zones d’al-Shahba dans la campagne d’Alep. »
 
Ibrahim Sheikho, directeur de l’Organisation Afrin pour les droits de l’Homme, a révélé des centaines de cas d’enlèvement, de viol, de meurtre et de femmes et de filles, et a déclaré: « Les fugitifs d’Afrin parlent de l’hôpital d’Afrin encombré de cadavres de femmes kidnappées, pour les avoir accusées de terroristes et avoir menacé la sécurité de l’État turc, même des enfants. »
 
Il a raconté l’enlèvement d’une jeune de 16 ans nommée Malak Nabil il y a plusieurs mois par les groupes de mercenaires, qui a été abattue dans la campagne d’Azaz, sous prétexte qu’elle était combattante dans les unités de protection des femmes, et il a poursuivi: « Après avoir été violée en groupe pendant une semaine, ils l’ont remise à sa famille, puis ils l’ont de nouveau kidnappée et ont procédé à son exécution dans la campagne d’Azaz. »
 
Sheikho a indiqué que les mercenaires enlevés il y a quelques semaines, 7 femmes kurdes du village de Gaziyeh dans le sous-district de Rajo, et qu’une femme dans la soixantaine appelée Halima Mussa Jolyeh a été torturée et sévèrement battue. Ils ont exigé un prix élevé pour sa libération après l’avoir accusés d’avoir collaboré avec l’administration autonome.
 
Les enquêteurs et experts de l’ONU affiliés au Comité des sanctions des Nations Unies pour enquêter sur les violations dans les zones occupées par la Turquie à Afrin, Serêkaniyê et Girê Spî / Tal Abyad, ont parlé des crimes de guerre des mercenaires de l’occupation turque dans leur dernier rapport.
 
Le rapport met en garde contre les graves violations des droits de l’homme contre les Kurdes d’Afrin, Serêkaniyê et Tal Abyad par des mercenaires turcs de meurtres et de déplacements systématiques, y compris des menaces, des extorsions, des enlèvements, des tortures et des détentions forcées.
 
Le rapport international a documenté des cas de violence sexuelle contre des femmes et des hommes également dans des centres d’otages à Afrin, soulignant la connaissance par les forces turques des graves violations des droits de l’homme commises par leurs mercenaires contre des civils kurdes, accusant Ankara de violer le traité des droits de l’homme et d’avoir échoué. pour y remédier.

Les organisations de défense des droits humains et civiles du Rojava et de l’Europe ont lancé un appel international à l’aide pour révéler le sort des femmes enlevées et des personnes disparues de force dans les zones occupées du Rojava par la Turquie, et ont confirmé que le nombre de femmes enlevées atteint environ 1 000 femmes et des mineures kurdes, dont certaines ont été libérées en échange de rançons, tandis que le sort de plus de 400 autres reste inconnu aujourd’hui.
 

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici