La langue kurde dans les médias kurdes, aller au-delà de la traduction

0
225
La presse kurde, qui a débuté au XIXe siècle, a franchi jusqu’à présent de grandes étapes historiques. Malgré des efforts dans de nombreux domaines, la langue kurde n’a pas dépassé le stade de la traduction. Il ne fait aucun doute que la principale raison en est l’occupation du Kurdistan et le difficulté pour les Kurdes d’apprendre leur langue maternelle.
 
Le 15 mai dernier, les Kurdes ont célébré la Journée de la langue kurde. Malgré la répression continue visant les Kurdes, le peuple kurde a préservé sa langue et a constamment travaillé à son développement. Depuis le XIXe siècle, la langue kurde est entrée dans le domaine du journalisme, et depuis, elle a laissé un riche héritage dans le domaine des médias.
 
Au XXIe siècle, la presse est devenue un important moyen de promotion et de propagande. Malheureusement, la langue kurde n’a pas été à la hauteur de la langue de la presse, malgré les expériences croisées, les capacités et les conditions disponibles aujourd’hui. La presse kurde s’appuie principalement sur la traduction à partir d’autres langues.
Quelles sont les raisons de cette situation, alors que les Kurdes étudient la langue kurde dans les écoles et que de nombreuses universités kurdes ont été créées ?
 
Dans ce dossier, le journal ANHA a essayé de mettre en lumière la relation et l’interrelation entre la langue kurde et la traduction dans la presse kurde, les raisons de l’absence d’un guide unifié et les moyens de surmonter ces problèmes.
 
Une brève histoire de la presse kurde
 
Le premier journal en langue kurde, « Kurdistan » a été créé le 22 avril 1898 au Caire par les frères Mikdad et Ebdulrehman, fils de Bedir Xan, un notable kurde exilé. Ce jour-là, les premières graines de la presse kurde ont été semées. En 1973, le 22 avril a été considéré comme la journée de la presse kurde au Kurdistan du Sud.
 
Avec l’effondrement de l’Empire ottoman et l’établissement de la République turque, la répression contre la presse kurde s’est intensifiée, les licences des publications kurdes étant arrêtées et bloquées. Cependant, les Kurdes ont poursuivi la marche de la presse kurde, et plusieurs journaux et magazines kurdes ont été publiés en Irak, en Syrie et à Beyrouth au cours du XXe siècle.
 
La presse kurde en kurde a continué jusqu’aux années 1990, et de nombreux journaux et magazines ont été publiés. En 1995, la première chaîne kurde par satellite est apparue en Belgique, marquant une nouvelle étape dans la presse kurde.
 
Cependant, l’État turc et le reste des puissances coloniales n’ont cessé de réprimer la presse kurde, car au cours de cette dernière période, des centaines de journaux, magazines, sites web, chaînes satellites, stations de radio et agences de presse kurdes ont été interdits et leurs biens confisqués.
 
Après de longues expériences, et à partir des années 2000, la presse kurde ne se limite plus à un certain nombre de journaux, de magazines et de chaînes de télévision. Avec les nouvelles technologies, les agences de presse diffusent les nouvelles en kurde et dans de nombreuses autres langues au Kurdistan ou à l’étranger.
 
Enseigner dans d’autres langues au lieu de la langue maternelle
 
Il ne fait aucun doute que la marche de la presse libre kurde n’a pas été triomphale, surtout avec la répression continue dans certaines parties du Kurdistan ainsi qu’en Europe. La principale raison de cette situation est d’empêcher le peuple kurde de recevoir une éducation dans sa langue maternelle, même le fait de parler en kurde est devenu un crime punissable. Cela a obligé les Kurdes à apprendre le turc, l’arabe et le persan au lieu d’apprendre le kurde.
 
Les forces d’occupation ont cherché à établir l’idée que la langue kurde est adaptée à l’éducation ou à être la langue du journalisme et de l’information. En conséquence, le processus de préparation et de rédaction des nouvelles kurdes est influencé par la langue turque au Kurdistan du Nord et par la langue arabe à la Rojava et au Kurdistan du Sud.
 
La deuxième raison est l’absence d’une organisation de médias kurde standard et indépendante au niveau des quatre parties du Kurdistan, comme c’est le cas, par exemple, dans le monde arabe, où se trouve l’Union générale des journalistes arabes. De ce fait, la presse dans chaque partie du Kurdistan travaille à la formulation du langage des nouvelles selon le style et la méthode de la langue du pays occupé.
 
La troisième raison est l’incapacité de parvenir à un consensus kurde global sur les règles de la langue kurde, ce qui entraîne une fragmentation et une division de la langue kurde, obligeant les médias à utiliser d’autres langues pour trouver des formules et des termes médiatiques.
 
À ce sujet, ainsi qu’à propos des lacunes du guide du linguiste kurde, le rédacteur en chef de la section kurde de l’agence de presse Hawar, Ali Arslan, déclare : « Il existe une relation étroite entre la langue et le travail des médias. Cette relation est évidente dans la langue kurde en grande partie parce qu’elle a évolué principalement à travers les médias. Par conséquent, si le journaliste ne maîtrise pas la langue, il l’endommagera au lieu de l’améliorer. En tant que journalistes, nous manquons d’académies et d’institutions de réhabilitation des médias, ce qui signifie que le journaliste kurde n’a pas assez d’expérience. Comme la question de la langue standard unifiée pose parfois quelques problèmes, mais que la faiblesse des termes et des synonymes les oblige à trouver une langue standard, il faut pour cela une étroite coopération entre les journalistes kurdes ».
 
 
La promotion et la définition devraient se faire en kurde
 
La quatrième raison est de ne pas penser selon la logique et l’esprit de la langue kurde, mais selon la logique des autres langues. Le journaliste et rédacteur en chef de l’agence de presse de Mésopotamie, Abdurrahman Gök, en a parlé : « Certains journalistes qui ont été éduqués et formés pour travailler comme journalistes en langue kurde utilisent le vocabulaire et les langues des puissances occupantes, et légalisent la presse en langue turque. Par exemple, nous disons parfois que le but est de communiquer notre souffrance à cela. Nous écrivons en langue turque, ou un petit pourcentage des lecteurs lisent en langue kurde, et nous devons nous présenter. Cette tendance en soi indique que nos esprits sont toujours occupés.”
 
La cinquième raison est l’absence d’unité entre les forces et les partis politiques kurdes. Cela affecte directement les médias kurdes, ce qui conduit chaque organisation médiatique à adopter une méthode et un style différents de l’autre.
 
 
La division entre les forces politiques kurdes affecte les médias kurdes
 
La journaliste Maryam Ali, qui travaille au Kurdistan du Sud, déclare : « La division affecte la langue de l’éducation et des médias également. Par exemple, il n’est pas possible de parler d’une langue kurde standard ».
 
Au Kurdistan du Sud, la langue est complètement influencée par les attitudes et les idées des partis politiques.
 
Malgré cela, le peuple kurde n’a pas arrêté la marche de la presse kurde et l’a portée à des niveaux élevés.
 
Malgré les dizaines de moyens médiatiques kurdes et leurs potentialités, la question demeure : Pourquoi le kurde dans les médias est-il prisonnier de la traduction ? En d’autres termes, les possibilités de développer le kurde en un langage médiatique. Si l’on considère les conditions de la Rojava et du Kurdistan du Sud, il n’y a pas d’obstacles pour les médias kurdes.
 
 
Peu de correspondants kurdes
 
Abdurrahman Gök, qui travaille pour la presse au Kurdistan du Nord et en Turquie, affirme que la plupart des nouvelles kurdes dans les quatre parties du Kurdistan et de la diaspora sont des nouvelles traduites en raison du petit nombre de correspondants en langue kurde.
 
Sur le statut du kurde au Kurdistan du Nord, Gok dit : « Le turc est dominant, c’est la langue de l’éducation dans les écoles turques, cette question va conduire à un manque d’intérêt pour la langue kurde ».
 
« Nos nouvelles manquent de contenu parce qu’elles sont traduites »
 
Abdurrahman Gök ajoute que les journalistes du nord du Kurdistan écrivent les nouvelles en turc et les retraduisent ensuite en kurde : « Cela rend les nouvelles monotones. Les gens ne sont pas attirés par les sujets monotones, nos nouvelles manquent d’âme car elles sont traduites ».
 
Il a ajouté : « Il existe des dizaines d’institutions et de partis kurdes, mais ils utilisent la langue turque. Si le niveau des correspondants en langue kurde s’était bien développé, ils auraient obligé les politiciens et les représentants des institutions à parler la langue kurde, mais malheureusement, toutes les institutions sont des solidarités non déclarées en ce qui concerne l’affaiblissement et le recul du kurde ».
 
La lecture en kurde est très faible
 
Abdurrahman Gök a déclaré que des milliers de livres kurdes ont été publiés dans le nord du Kurdistan, d’autant plus que de nombreux détenus kurdes écrivent des livres en kurde, mais que leur nombre est très faible et que le réseau de distribution est faible.
 
Il a également ajouté : « Si nous voulons renforcer les bases de la presse kurde, le journaliste doit d’abord restreindre l’utilisation du turc. Il doit y avoir des organisations de médias purement kurdes, et des correspondants ».
 
« Le personnel de presse kurde ne peut parler qu’en kurde »
 
La rédactrice en chef de JINNEWS, l’agence de presse des femmes du département kurde, Munevver Karademir, a déclaré que « les journalistes kurdes qui travaillent dans les médias ne parlent couramment que le kurde. Certains ont même du mal à parler. Elle a ajouté : « d’une part, ils sont formés à l’écriture. Le journalisme a un impact sur les médias en général ».
 
 
La dialectique enrichit la langue
 
« La multiplicité des dialectes n’affecte pas le développement de la langue. Au contraire, elle enrichit la langue. Ceux qui maîtrisent le dialecte peuvent facilement apprendre d’autres dialectes ».
 
Elle a également ajouté : « L’importance du kurde n’est pas donnée dans les médias kurdes. Mais pour que le kurde prenne racine dans le domaine des médias, les journalistes doivent maîtriser le kurde ».
 
Sur le même sujet, le journaliste Ali Arslan déclare : « Partout dans le monde, le journaliste doit avoir une formation littéraire. Quant à nous, comme nous n’avons pas reçu d’éducation en kurde, nous ne parlons souvent pas le kurde. Si nous ne connaissons pas la littérature kurde, nous ne pourrons malheureusement pas développer la langue médiatique kurde, il est donc important que chaque journaliste kurde reçoive une éducation en kurde ».
 
Le journaliste Karwan Hawrami a parlé de la situation des médias kurdes dans l’est du Kurdistan : « Les médias au Kurdistan oriental se sont considérablement développés ces derniers temps. Plusieurs agences de presse affiliées au régime iranien ont été créées et diffusent également en kurde. Malheureusement, en raison du manque de médias libres, les patriotes ne peuvent pas faire du journalisme et sont susceptibles d’être arrêté ».
 
La langue principale des médias
 
Au Kurdistan oriental (Rojhilat), c’est le persan, en plus du dialecte kurde soranî qui est devenu la langue des médias.
 
Quant à l’utilisation des dialectes kurdes dans les médias au Kurdistan oriental, Hawrami a déclaré : « Le sorani est le principal dialecte du Kurdistan oriental, mais ces dernières années, le kalhori a également évolué, en plus des dialectes kurmanji, lori, hawrami et bakhtiari. Malgré le faible nombre de locuteurs du sorani par rapport au kalhori, le sorani est devenu la langue des médias ».
 
Au Kurdistan du Sud, la situation est différente ; il y a une région fédérale et l’enseignement est en kurde. La journaliste Maryam Ali s’est exprimée sur le sujet : « Depuis la création du gouvernement régional fédéral du Kurdistan, l’enseignement se fait en lettres kurdes araméennes. Grâce aux télévisions Sterik et Arian, les dialectes Hawrami et Kalhori ont été ravivés ».
 
Maryam a indiqué que les médias kurdes du Kurdistan du Sud utilisent les dialectes Sorani et kurmancî, et a ajouté : « Le kurmanji est utilisé soit dans le dialecte de Behdini, soit dans le dialecte du reste du Kurdistan, il a été formulé d’une certaine manière. L’arabe et l’anglais sont également utilisés dans les médias écrits, ainsi que d’autres langues (…). »
 
L’éducation en kurde, mais la langue des médias n’est pas standard
 
Maryam a ajouté : « Bien que l’éducation au Kurdistan du Sud soit dans la langue maternelle, la langue des médias n’est pas pur ; aucune langue standardisée n’a été développée ».
 
Rashad Sorkol a souligné que les médias kurdes ont pris des mesures importantes, ajoutant : « Il ne fait aucun doute qu’il y a quelques problèmes objectifs, mais en même temps il est nécessaire de travailler pour éliminer ces obstacles. Par exemple, il n’y a pas de consensus sur une langue médiatique cohérente ».
 
« Les problèmes sont ordinaires et peuvent être surmontés »
 
En réponse à une question sur la raison pour laquelle le kurde n’est pas encore devenu une langue majeure dans les médias, Sorkol  a déclaré : « Comme je l’ai dit précédemment, il y a des problèmes réguliers. Au début, nous avons commencé par traduire, mais maintenant nous écrivons les nouvelles directement en kurde. Le problème est que les reporters ne connaissent pas bien leur langue. La compréhension de la langue est également un problème. Lorsque vous vous développez dans le domaine de l’assimilation de la langue, cela se reflète également dans le journalisme ».
 
Quant à la résolution des problèmes actuels, le journaliste Ali Arsalam a déclaré : « Nous critiquons souvent le langage des médias, mais cela n’exclut pas les efforts remarquables. Il y a des problèmes, mais avec plus d’efforts, nous allons bientôt les surmonter. Les médias kurdes ont surmonté beaucoup de difficultés jusqu’à présent. Les Kurdes ont développé leurs médias et nous ont laissé un riche héritage malgré la répression ».
 
Le kurde doit être la langue officielle des médias
 
M. Sorkul a noté à la fin de son exposé sur les moyens de résoudre ce problème : « Nous devons tous bien apprendre notre langue. Il doit être la langue formelle dans le domaine des médias. Nous devons traiter de la logique et des questions kurdes. Tout le personnel des médias doit être bien formé en kurde. »
 

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici