HDP : « Il est temps d’écrire ensemble une belle histoire de lutte démocratique »

0
653
« Notre avenir dépend de la lutte pour la démocratie, la liberté, l’égalité et la paix, et de la solidarité, de l’intelligence collective et du travail acharné qui ont permis le succès du 31 mars », a déclaré le HDP.
 
TURQUIE – ANKARA – Le Parti démocratique des peuples (HDP) a publié un communiqué concernant les élections locales qui se sont déroulées en Turquie le 31 mars dernier.
 
« Le processus électoral n’a été ni démocratique ni équitable, car l’alliance AKP-MHP a créé un climat politique qui a polarisé la société, terrorisé et criminalisé les rivaux politiques, aggravé les tensions sociopolitiques, utilisé des propos haineux et n’a pas non plus assuré la sécurité électorale. »
 
Lors de la réunion de son Conseil exécutif à Ankara le 3 avril 2019, le HDP a évalué les résultats des élections locales, l’isolement d’Abdullah Öcalan et les grèves de la faim, et a publié le communiqué suivant :
 
1. Nous avons laissé derrière nous un processus électoral où toutes sortes d’injustices et d’inégalités, d’oppression et d’attaques ont été vécues. L’alliance AKP-MHP a mené une campagne d’attaques graves contre notre parti en utilisant toutes les ressources financières et institutionnelles de l’Etat à sa disposition, en premier lieu la bureaucratie de sécurité.
 
Le processus électoral n’a été ni démocratique ni équitable, car l’alliance AKP-MHP a créé un climat politique qui a polarisé la société, terrorisé et criminalisé les rivaux politiques, aggravé les tensions sociopolitiques, utilisé des propos haineux et n’a pas non plus assuré la sécurité électorale.
 
Une censure absolue des médias a été imposé à notre parti ; le gouvernement a fait une propagande extrême contre notre parti par le biais de la [chaîne] TRT et de l’Agence Anadolu, qui sont censées être des institutions publiques financées par les impôts publics. Les dossiers de renseignements sur nos candidats qui ont dû être pris à l’Organisation nationale du renseignement du ministère de l’Intérieur ont été publiés en violation de la loi sur la protection des données personnelles et de la Constitution. Notre parti, nos électeurs, le peuple kurde, l’ensemble de l’opposition et les forces démocratiques ont subi toutes sortes d’attaques, d’oppression et d’insultes ; les dirigeants de l’alliance AKP-MHP ont même tenté de chasser leurs rivaux politiques du pays.
 
En décembre et janvier, dans le cadre d’opérations conjointes du ministère de l’Intérieur et du ministère de la Défense, les électeurs ont été transférés dans des zones spécifiques des provinces kurdes. Ensuite, un nombre disproportionné de membres du personnel de sécurité ont été affectés aux bureaux de vote dans les petites localités. Comme si cela ne suffisait pas, la fusion et le transfert de bureaux de vote avec des revendications injustifiées et des raisons absurdes ont ouvert la voie à toutes sortes d’irrégularités et de fraudes.
 
2. Les élections locales du 31 mars auront, tout comme les élections générales, un impact sur le gouvernement, l’opposition, l’économie et la société. L’alliance AKP-MHP a polarisé les peuples et les croyances ; a marqué tous ceux qui pensent différemment comme des « terroristes » ; et avec la propagande de la survie de l’Etat, elle a implanté des craintes dans la société afin de recueillir plus de votes. Malgré tout, les Turcs ont voté contre la politique de l’AKP-MHP qui visait à polariser et à diviser la société et contre le discours de haine qu’elle diffuse.
 
3. La position du HDP en tant que parti clé contre l’alliance AKP-MHP, qui représente la polarisation sociale et les politiques de guerre, a une fois de plus été prouvée par les résultats des élections. Les politiques de HDP ont ouvert un espace de rassemblement pour toutes les identités que le régime AKP-MHP veut exclure de la politique ou même détruire. Notre parti pourrait s’avérer être la force pour déterminer les résultats des élections au sens général du terme, et dans les régions métropolitaines et de nombreuses provinces de l’ouest de la Turquie en particulier. Nous avons donné un souffle vital aux peuples turcs en veillant à ce qu’aucun vote ne soit gaspillé.
 
L’espoir que l’alliance AKP-MHP puisse être arrêtée et faire reculer, et que la lutte pour la démocratie, la justice, l’égalité et la liberté puisse l’emporter, est redevenu courant ; le courage s’est répandu pour remplacer la peur.
 
4. Le HDP a déterminé sa stratégie électorale en prenant une décision audacieuse pour que les peuples de Turquie et les forces démocratiques vivent ensemble en paix. Nous avons déterminé cette stratégie pour créer une alternative démocratique pour les peuples de Turquie, qui a gagné dans de nombreuses zones métropolitaines de l’ouest de la Turquie avec la puissante adhésion de nos peuples. Nous remercions tous les électeurs qui ont donné de l’espoir aux peuples de Turquie en utilisant des votes stratégiques et en forçant l’alliance AKP-MHP à battre en retraite. Ce succès est certainement le succès commun de tous ceux qui luttent pour la démocratie et la justice, y compris le HDP.
 
5. La stratégie électorale que nous avons élaborée sur la base d’une analyse politique minutieuse de l’orientation politique de la Turquie a été audacieusement soumise à l’attention de nos peuples. Le message politique qui ressort des résultats des élections est que notre stratégie était correcte et qu’elle a été adoptée par nos peuples. Dans la lutte entre démocratie et institutionnalisation du fascisme, notre stratégie a permis aux premiers de gagner et de mettre en place les bases politiques nécessaires pour construire une vie démocratique.
 
Ces résultats électoraux ont plus que jamais fait mûrir les possibilités d’une lutte démocratique commune en Turquie occidentale ; ils ont montré la nécessité de rassembler ceux qui luttent pour la démocratie, la justice et la paix.
 
6. Nous mettrons en œuvre les décisions les plus correctes au nom de notre peuple avec l’adhésion au conseil municipal et les possibilités de représentation que nous avons acquises dans l’ouest de la Turquie. Nous adopterons une position décisive contre toutes les injustices et créerons un pouvoir de contrôle et d’équilibre.
 
7. Dans les régions du Kurdistan, la réponse la plus forte a été donnée dans les urnes contre les administrateurs qui ont usurpé la volonté du peuple. Ces élections locales ont été en quelque sorte un référendum sur la démocratie, et la volonté du peuple est ressortie victorieuse contre les administrateurs et leur mentalité d’usurpateur. À cet égard, la mentalité d’usurpateur était enfouie dans les pages noires de l’histoire. Adoptant une volonté démocratique, notre peuple a récupéré les municipalités de l’alliance AKP-MHP et les administrateurs usurpateurs. La guerre, les administrateurs, l’assimilation, la polarisation, les politiques de division et les politiques anti-kurdes ont totalement fait faillite avec les résultats des élections.
 
8. Ayant compris que notre peuple se rangerait du côté de la démocratie contre la mentalité d’usurpateur, l’alliance AKP-MHP a essayé les irrégularités et les fraudes électorales et a utilisé les garnisons et les ombres des chars [lors des é;ections]. Le monde entier a été témoin de la façon dont les forces de sécurité transportaient les « électeurs » (soldats inscrits comme électeurs) vers les bureaux de vote avec des chars et des véhicules blindés, en particulier à Şırnak. Dans des villes comme Siirt et Şırnak, nous avons regardé en direct comment les policiers étaient transportés dans ces villes en car. Cette situation est un autre visage de la mentalité d’usurpateur des administrateurs, qui est vouée à l’échec. Les résultats l’ont montré.
 
9. Notre parti a également subi des pertes lors de ces élections. Nous nous engageons à identifier nos insuffisances et nos erreurs en évaluant, dans les instances pertinentes de notre parti, les raisons pour lesquelles nous avons perdu certaines municipalités et les messages que nos citoyens ont livrés dans les urnes. Notre peuple ne devrait avoir aucun doute : nous déterminerons nos insuffisances et agirons en fonction de leur message. L’approche autocritique est l’un de nos principes les plus fondamentaux. Nous défendrons la volonté de notre peuple jusqu’au bout. Ensemble, nous nous gouvernerons nous-mêmes et nos villes en tirant les leçons de nos erreurs et de nos faiblesses.
 
10. L’importance d’une lutte nationale démocratique unifiée a été confirmée une fois de plus par l’alliance que nous avions établie avec les partis kurdes dans le processus électoral. Nous avons délivré un message social fort pour renforcer cette alliance. Prendre des mesures dans ce sens est d’une grande importance pour la lutte à mener à l’avenir.
 
11. Avec une approche de municipalités démocratiques, nous mettrons en œuvre un modèle de gouvernement local pour décider, gouverner et produire ensemble. Nos municipalités deviendront des foyers pour les citoyens ; ce seront des institutions qui produiront des solutions, et non des problèmes, et qui socialiseront les décisions et les politiques.
 
12. Les peuples de Turquie ont chaleureusement accueilli et approuvé la stratégie générale de notre parti. Le succès obtenu a fait du HDP un acteur beaucoup plus important que jamais dans la politique turque. Sur cette base, nous proposons les mesures urgentes suivantes pour normaliser la vie politique et sociale dans le pays :
 
– Pour une solution pacifique de la question kurde et la démocratisation de la Turquie, le Parlement devrait être doté d’une capacité et d’une fonction politiques lui permettant de poursuivre les intérêts communs et l’avenir de nos peuples. Une commission parlementaire chargée de développer le dialogue et de trouver une solution à la question kurde devrait être créée avec la participation de tous les partis politiques.
 
– Les travaux en vue de l’élaboration d’une Constitution démocratique devraient commencer sans tarder. La nouvelle Constitution devrait assurer la séparation des pouvoirs et garantir tous les droits et libertés fondamentaux, en premier lieu la liberté d’expression.
 
– Le président doit être impartial ; il doit se retirer de sa position constitutionnelle et tous les problèmes sociaux et politiques, en particulier la question kurde, doivent être résolus par des méthodes démocratiques.
 
– Toutes les victimisations et pratiques illégales du gouvernement après le coup d’Etat d’état d’urgence du 20 juillet devraient être éliminées, tous les règlements qui ont rendu l’état d’urgence permanent devraient être annulés, tous les fonctionnaires et universitaires qui ont été illégalement et injustement purgés devraient retourner à leur travail, et les médias, associations et institutions culturelles interdits devraient être rouverts.
 
– Compte tenu des conditions internationales et régionales actuelles, la politique étrangère de la Turquie doit poursuivre l’instauration de la paix avec une Constitution démocratique en Syrie et assurer un statut politique aux peuples du nord-est du pays. Dans ce contexte, les politiques de guerre et de conflit du gouvernement qui aggravent les problèmes et causent le chaos devraient être abandonnées immédiatement.
 
13. Les grèves de la faim en Turquie, qui sont les plus massives, les plus longues et les plus critiques en termes de leurs impacts possibles dans l’histoire du pays, se poursuivent. Malgré tous les efforts, il n’y a pas eu jusqu’à présent une prise de conscience et une sensibilité sociales suffisantes sur les grèves de la faim. Cependant, comme le révèlent les résultats des élections, notre peuple a adopté une position claire en ce qui concerne la levée de l’isolement absolu illégal et inhumain imposé à M. Öcalan à İmralı au cours des quatre dernières années et les demandes des grévistes de la faim. Sur cette base ;
 
– Les grèves de la faim les plus critiques ont toujours eu lieu dans les prisons, parce que les conditions carcérales graves et l’isolement des détenus du reste de la société augmentent la possibilité de dommages permanents. L’insistance sur la politique d’isolement a conduit à des actions suicides dans les prisons. La principale autorité responsable de ces décès en prison est le gouvernement qui insiste sur la politique d’isolement et ignore les exigences des grévistes de la faim.
 
– Le gouvernement de l’AKP-MHP doit immédiatement mettre fin à ce silence sur l’isolement et les grèves de la faim et éliminer cette illégalité.
 
– Les revendications des grévistes de la faim sont à la fois légitimes et légales. Nous continuerons d’appuyer ces demandes. Cependant, nous soulignons une fois de plus que la vie humaine est au-dessus de tout et que les suicides politiques dans les prisons pour protester contre la politique de l’isolement doivent cesser immédiatement. Nous pouvons éliminer les politiques d’isolement en vivant et en luttant ensemble contre l’illégalité et l’injustice.
 
– Depuis le 5 avril 2015, le droit international est violé chaque jour. L’isolement imposé à M. Öcalan constitue une violation flagrante de la Convention européenne des droits de l’homme et d’autres conventions internationales, notamment les Règles de Mandela des Nations Unies. Nous appelons toutes les institutions internationales, en particulier le CPT et le Commissaire aux droits de l’homme des Nations Unies, à protéger le droit et les normes démocratiques et à exhorter plus efficacement les autorités turques à mettre fin à cette illégalité.
 
14. Les résultats des élections locales ont assigné à l’opposition sociale et aux forces démocratiques le devoir et la responsabilité de lutter ensemble. Il ne faut pas oublier que le seul moyen de faire reculer l’alliance AKP-MHP est de renforcer les lignes de lutte commune.
 
Il est clair qu’ensemble nous avons ouvert une nouvelle page et obtenu un succès… Nous avons changé le cours des événements et permis à la société de respirer. Mais n’oublions pas que ce sont des élections locales. Le moment est venu de prendre de nouvelles mesures pour étendre la lutte pour la démocratie, la paix et la justice, et pour développer les bases d’une lutte politique commune.
 
Notre parti appelle toutes les forces démocratiques, les ONG, les partis politiques, les associations professionnelles, les syndicats, les associations, les initiatives citoyennes, les mouvements de femmes et de jeunes, les démocrates et les citoyens conscients : Le moment est venu d’écrire ensemble une belle histoire de lutte démocratique.
 
Notre avenir dépend de la lutte pour la démocratie, la liberté, l’égalité et la paix, et de la solidarité, de l’intelligence collective et du travail acharné qui ont permis le succès du 31 mars dernier.
 
Via ANF

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici