Le résultat des élections en Turquie n’est pas une victoire pour les valeurs libérales

0
838
« Plutôt qu’un signe de changement imminent, la victoire de l’opposition dans plusieurs grandes villes aux élections législatives du 31 mars en Turquie marque la montée d’un nationalisme de plus en plus à droite », a déclaré un analyste dans le New York Times.
 
La défaite du Parti islamiste pour la justice et le développement (AKP) du président Recep Tayyip Erdoğan et de son partenaire électoral ultranationaliste, le Parti du mouvement nationaliste (MHP), lors des élections municipales à Ankara, Istanbul et dans d’autres grandes villes, a conduit beaucoup d’analystes ou de journalistes à affirmer que la Turquie était sur le point de changer.
 
« Mais ce n’est pas une victoire pour les valeurs libérales. La coalition d’opposition du Parti républicain du peuple, le CHP, et son partenaire électoral, le Bon parti, une ramification du partenaire ultranationaliste de M. Erdoğan, n’est qu’une autre version du nationalisme de droite de la coalition au pouvoir », a écrit dans le New York Times, Halil Karaveli, auteur de « Pourquoi la Turquie est autoritaire : D’Atatürk à Erdoğan ».
 
Officiellement un parti social-démocrate, le CHP a approuvé l’emprisonnement de politiciens kurdes élus et a nommé des nationalistes tels que Mansur Yavaş, un ancien maire du MHP qui est maintenant maire du CHP à Ankara, la capitale turque.
 
Le leader du CHP Kemal Kılıçdaroğlu a déclaré qu’il « adorait » les nationalistes d’extrême droite. En tant que ministre de l’Intérieur dans les années 1990, la dirigeante du Bon parti, Meral Akşener, a supervisé une sale contre-insurrection contre les Kurdes, d’après Karaveli.
 
« Fondamentalement, l’évolution démocratique de la Turquie a été entravée par l’absence d’une alternative démocratique de gauche.
 
La droite autoritaire a longtemps dominé, tandis que la gauche a été impitoyablement opprimée depuis l’époque du fondateur du pays, Mustafa Kemal Atatürk », déclare Karaveli.
 
« L’histoire de la Turquie a été façonnée par une politique de classe qui est obscurcie par un récit trompeur qui oppose l’islamisation à la laïcité. Un examen plus approfondi révèle que les laïcs et les islamistes turcs représentent les deux nuances de la même idéologie de droite, qui comprend un engagement en faveur d’un capitalisme débridé, du conservatisme et du nationalisme et une hostilité au travail », a déclaré Karaveli.
 
Le général Kenan Evren, qui a pris le pouvoir en 1980 après un coup d’État, a exhorté la population à adopter la religion pour écarter la menace du socialisme. Son gouvernement a imposé un ordre néolibéral, rendu l’enseignement religieux obligatoire et ouvert de nouvelles écoles religieuses.
 
« M. Erdoğan a pris le pouvoir en promettant de servir les mêmes intérêts capitalistes. Il a embrassé l’économie néolibérale des généraux et a été soutenu par les barons laïcs et occidentalisés du monde des affaires qui n’étaient pas contre son conservatisme religieux », a déclaré Karaveli.
 
L’AKP a gagné en défendant la culture religieuse des masses, mais a favorisé l’élite économique après son arrivée au pouvoir, selon Karaveli, ajoutant que l’inégalité des revenus avait augmenté sous Erdoğan.
 
Entre 1975 et 1980, les forces de sécurité et les gangs paramilitaires du MHP ont tué des milliers de partisans, d’étudiants, d’intellectuels et de syndicalistes de gauche, selon Karaveli.
 
« Le mois dernier, le président Erdoğan a rendu hommage à cet héritage lorsqu’il a commandé une université dans la ville d’Adana rebaptisée d’après Alparslan Türkeş, le leader fondateur du MHP, qui a mené la campagne sanglante », a déclaré Karaveli.
 
Kılıçdaroğlu a approuvé cette décision, même si les escadrons de la mort de Türkeş avaient tenté de tuer le dirigeant du CHP, Bülent Ecevit dans les années 1970.
 
« Les sociaux-démocrates turcs ne se sont tout simplement jamais remis du coup d’État dévastateur de 1980 pour défier l’idéologie de droite ; ils ont plutôt conclu qu’ils devaient se tourner vers la droite pour faire appel au peuple », a déclaré M. Karaveli, exhortant les politiciens turcs supposés de gauche à revoir les années 70. « Ils doivent parler pour la justice sociale et la liberté, au lieu de s’aligner sur le nationalisme de droite, s’ils veulent faire une différence. »
 
Via Ahval

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici