AccueilÉcologieLes feux de forêt et le massacre des réfugiés

Les feux de forêt et le massacre des réfugiés

Récemment, près de 20 migrants, dont de nombreux Kurdes, étaient morts calcinés par des feux de forêt qui dévorent la Grèce où par ailleurs l’extrême-droite appelle à la chasse aux migrants, certains allant jusqu’à demander à ce qu’on les abatte en « légitime défense ». Pour le journaliste Zafer Yörük, nous sommes à la veille d’une migration climatique de masse et la destruction accélérée de la nature d’une part et le massacre des réfugiés de l’autre.

Voici l’article de Zafer Yörük publié par le journal Duvar:

Incendies et massacres de réfugiés*

On peut parler d’une industrie mondiale de la migration très rentable. Dans ce tableau, les milliers de migrants qui ont perdu la vie par des incendie, noyade, par balle et bombardé ne sont enregistrés que comme « clandestins disparus » ou « victimes naturelles ».

Çanakkale, Alexandroupoli [une ville turque et une ville grecque] et le Canada ; ils sont tous en feu. Les incendies de forêt de cette ampleur au nord du 40e parallèle sont nouveaux. Il est entendu que l’enfer qui a ravagé le sud ces dernières années se déplace vers le nord sur fond de changement climatique et de réchauffement de la planète. Jusqu’à présent, 18 corps humains ont été retrouvés dans la zone forestière entre Alexandroupolis (Alexandropolis) et Kavala, qui ont perdu la vie en brûlant ou en étouffant à cause de la fumée. On estime qu’il s’agit de réfugiés passant illégalement de Turquie vers la Grèce. Il est à craindre que davantage de cadavres de migrants soient retrouvés à mesure que le feu s’affaiblit et qu’on atteigne l’intérieur de la forêt. Les incendies de forêt en Colombie-Britannique, la région centrale du Canada, ont atteint pour la première fois une telle ampleur et une telle tendance à l’expansion ; Les gens sont évacués de leurs maisons alors que les flammes se propagent aux zones d’habitation. L’apocalypse se propage vers le nord. Les experts canadiens ont déterminé que le risque d’incendies de forêt dans le monde a été multiplié par sept en raison du changement climatique.

Des records historiques de température sont battus, des alertes de sécheresse sont émises et des incendies font rage depuis quelques années dans les vastes forêts de nombreuses régions d’Europe centrale et méridionale et dans le bassin méditerranéen. Début août, un incendie de forêt qui a explosé outre-Atlantique à Hawaï a dévasté la ville de Maui en quelques heures. Il a été enregistré que l’enfer, formé par la combinaison de l’air sec, du vent et de la chaleur extrême, a coûté la vie à 114 personnes. Le président Joe Biden, qui s’est rendu à Hawaï avec beaucoup de retard après l’incendie, a déclaré qu’il avait du mal à marcher sur le sol chaud.

La saison estivale dans le bassin méditerranéen entraîne une augmentation du trafic de réfugiés simultanément aux incendies de forêts. Les îles méditerranéennes et les côtes nord-africaines, qui sont des paradis touristiques, sont désormais le théâtre de la mobilité des masses d’immigrés plutôt que des touristes pendant les mois d’été. Sous l’effet du changement climatique, de la sécheresse et des facteurs de réchauffement climatique, devenus indéniables avec les incendies de forêts symptomatiques qui se sont propagés ces dernières années, on constate que la côte méditerranéenne perd progressivement son attrait touristique, et les touristes européens ont tendance à se diriger plus vers des destinations du nord au lieu de l’Espagne, du sud de la France, de l’Italie et de la Grèce.

Plus de touristes, mais des réfugiés

Le secteur du tourisme se retire de la région, laissant la place à une industrie migratoire massive, accompagnée d’une augmentation des sécheresses et des incendies de forêt. La migration est également le théâtre d’un massacre humain systématique en raison de son caractère irrégulier et illégal. Le nombre d’immigrés qui ont perdu la vie dans des embarcations qui ont chaviré et coulé sur les routes de transit de l’Afrique vers l’Europe a atteint 3 000 avant la fin de l’été 2023. Parmi eux, on entend parler de cas de grandes pertes humaines en Méditerranée. Les autres (…) n’attirent pas l’attention de l’opinion publique mondiale.

Le mélodrame mondial traduit par les médias mondiaux sur la disparition de six touristes multimillionnaires plongés pour explorer l’épave du Titanic en juin dernier est devenu le symbole de cette indiscrétion. Dans le même temps, rien n’a été fait pour sauver les quelque 500 pauvres Africains qui se sont noyés dans un bateau qui a coulé devant les autorités européennes en Méditerranée et devant l’opinion publique mondiale, concentrée sur l’opération de sauvetage des millionnaires du Titanic préférant rester indifférente.

Le massacre des réfugiés lors de la transition de l’Afrique vers l’Europe ne se produit pas seulement en Méditerranée. C’est l’une des routes importantes pour atteindre les îles Canaries à l’intérieur des frontières espagnoles en s’ouvrant sur l’océan Atlantique depuis les côtes ouest-africaines. Même si vous êtes au milieu de l’océan, vous entrez sur le territoire de l’Union européenne. Ces longs voyages en haute mer s’effectuent à bord de bateaux de pêche taillés dans le bois. Le risque de noyade en étant engloutis par les vagues est énorme, mais malgré cela, les embarcations remplis de monde ne cessent de partir des côtes du Maroc, de la Mauritanie et du Sénégal vers l’océan. Le dernier drame en date sur cette route, où les nouvelles de naufrages d’embarcations se succèdent depuis le début de l’été, est la disparition de deux des trois bateaux partis du Sénégal le 10 juillet, avec 200 à 300 réfugiés à leur bord. La distance entre le Sénégal et les îles Canaries est de plus de 1000 kilomètres et se situe entre le XVIIIe et le XIXe siècle. Le voyage maritime, qui suit la route des bateaux de traite négrière des siècles, dure au moins 10 jours.

Les îles Canaries sont à l’ordre du jour cet été non seulement avec l’afflux de réfugiés venus d’Afrique, mais aussi avec la multiplication des incendies de forêt. Les forêts de pins et la végétation de Tenerife, la plus attrayante des îles, ont été presque entièrement brûlées ces dernières semaines ; les touristes ont été évacués. Il semblerait que les îles aient reçu très peu de précipitations au cours des trois dernières années et que les signes de sécheresse se soient multipliés. Le massacre de la forêt et de la nature et le massacre des réfugiés ont lieu simultanément.

Industrie des migrations et massacre des masses

Le massacre de réfugiés éthiopiens à la frontière yéménite, comme solution définitive à l’afflux d’immigrants, est entré dans l’histoire comme une invention effrayante du régime saoudien. Selon le rapport de Human Rights Watch (HRW), au moins 795 réfugiés éthiopiens ont disparu à la frontière entre le Yémen et l’Arabie saoudite au cours des deux dernières années. Il a été déterminé que 287 d’entre eux ont été tués par l’armée saoudienne avec des obus de mortier, des lance-roquettes et des armes lourdes et enterrés dans des fosses communes. Alors que l’État saoudien nie ces massacres, également recensés dans le rapport des Nations Unies sur les droits de l’homme, il continue en réalité les tueries. Dans un contexte où la communauté internationale ne fait que « s’inquiéter » et où les « bonnes relations » avec les autorités saoudiennes, en particulier celles des États-Unis et de l’Angleterre, s’améliorent constamment, le danger de voir ces meurtres de masse se normaliser et se généraliser face à l’afflux de l’immigration fait jour.

En fait, les activités de prévention et d’endiguement [de la migration], y compris les meurtres de masse, peuvent, avec d’autres activités, être considérées comme des éléments d’une industrie migratoire mondiale très lucrative. Cette industrie ne se limite pas à celle de la traite des êtres humains. Les entreprises et les ONG opérant dans des secteurs « business » importants et rentables tels que le contrôle des réfugiés, les soins et le travail emploient des milliers de personnes, originaires pour la plupart de pays occidentaux. Des appels d’offres, des contrats commerciaux et des projets d’un million de dollars sont produits chaque jour avec les Nations Unies et les gouvernements des pays concernés. Si l’on ajoute à cela le fait que les populations immigrées constituent une énorme source de main-d’œuvre bon marché pour les économies des pays développés, le tableau devient plus ou moins complet. Dans ce tableau, les milliers d’immigrés qui meurent chaque année brûlés, noyés ou abattus ou bombardés ne peuvent être enregistrés que comme des « clandestins disparus » ou des « victimes naturelles ».

Les souverains [dominants] n’aiment pas les forêts. Ils brûlent systématiquement les forêts depuis des années afin d’établir des installations touristiques, des opérations minières ou des industries. Mais parallèlement à la destruction de la nature, le tourisme n’explose pas, au contraire, il régresse ; diminuera encore. Au lieu de touristes accueillis avec des fleurs et des cérémonies, ces régions sont de plus en plus inondées par des pauvres Asiatiques, des Africains et des peuples du Moyen-Orient. Ils sont indésirables; Ils sont repoussés, emprisonnés voire tués. Cependant, la grande migration climatique qui devrait se produire en raison du réchauffement climatique n’a pas encore commencé. À moins que la nature de l’ordre mondial ne change, il est malheureusement inévitable que la destruction de la nature et des forêts, d’une part, et le massacre des réfugiés, de l’autre, se poursuivent de manière exponentielle.

*Titre original: Yangınlar ve mülteci kıyımı

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici