AccueilKurdistanBakurLa liberté de presse en Turquie: 34 journalistes arrêtés en 11 mois

La liberté de presse en Turquie: 34 journalistes arrêtés en 11 mois

TURQUIE / KURDISTAN – Dans le cadre d’enquêtes judiciaires visant la presse libre, 34 journalistes kurdes ont été arrêtés en Turquie ces derniers 11 mois. Tous les journalistes sont accusés d’« appartenance à une organisation terroriste ».

A quelques jours des élections présidentielles et parlementaires turques, les détentions et arrestations de journalistes, avocats, politiciens et syndicalistes se sont multipliées. Des centaines de personnes ont été arrêtées lors de raids récents à Diyarbakir (Amed) et à Ankara. En onze mois, 34 journalistes kurdes ont arrêtés en Turquie.

16 journalistes arrêtés le 8 juin 2022 à Amed

Dans le cadre de l’enquête menée par le parquet général de Diyarbakır contre les employés de la Presse libre, une perquisition a été menée dans les bureaux de l’agence féminine kurde JINNEWS et les sociétés de production Pel, Piya et Ari le 8 juin 2022. Tous les documents numériques des agences et des sociétés de production ont été saisies lors des raids. En plus des sociétés de production, les domiciles des journalistes qui y travaillaient ont été perquisitionnés.

Serdar Altan, coprésident de l’Association des journaliste Dicle – Fırat (DFG), rédacteur en chef du journal Xwebûn Mehmet Ali Ertaş, Safiye Alagaş, directrice de JINNEWS, Gülşen Koçuk, rédactrice en chef de JINNEWS, Aziz Oruç, rédacteur en chef de l’Agence Mesopotamya (MA), les journalistes Ömer Çelik, Suat Doğuhan, Ramazan Geciken, Esmer Tunç, Neşe Toprak, Zeynel Abidin Bulut, Mazlum Güler, Mehmet Şahin, Elif Üngür, İbrahim Koyuncu, Remziye Temel, Mehmet Yalçın, Abdurrahman Öncü, Lezgin Akdeniz, Kadir Bayram et les citoyens Feynaz Koçuk et İhsan Ergülen ont été arrêtés.

Gülşen Koçuk, Esmer Tunç, Mehmet Yalçın, Kadir Bayram, Feynaz Koçuk et İhsan Ergülen, qui ont été traduits en justice le 16 juin, ont été libérés sous contrôle judiciaire. Seize autres journalistes ont été arrêtés. Tous les prévenus sont accusés d’« appartenance à une organisation terroriste ». L’allégation était basée sur les entretiens réalisés par les journalistes avec les sources d’information, les programmes de télévision, les informations et les questions posées aux invités dans les programmes. Le blocus policier sur les bâtiments des sociétés de production Piya et Ari a été levé après 32 jours.

« Accusations sans preuves »

Après plus de 10 mois, un acte d’accusation a été préparé contre 18 journalistes, dont 15 ont été emprisonnés. Dans l’acte d’accusation de 728 pages, les archives des sociétés de production, les photographies et les séquences téléchargées sur Internet pour les programmes, les journaux et livres « confisqués » et les paiements effectués pour les programmes ont fait l’objet d’accusations.

Les dossiers concernant le rédactrice en chef de JINNEWS, Safiye Alağaş, et la journaliste Gülşen Koçuk, qui étaient jugées dans l’attente de leur procès, ont été séparés par la décision du 21 mars. Les dossiers de Feynaz Koçuk et İhsan Ergülen n’ont pas été inclus dans cet acte d’accusation.

18 journalistes, dont 15 sont emprisonnés, comparaîtront devant un juge de la 4e Haute Cour pénale de Diyarbakır le 11 juillet.

Opération basée à Ankara

Une nouvelle opération a été lancée le 25 octobre 2022. Les domiciles des employés de Free Press dans 9 provinces basées à Ankara ont été perquisitionnés à un moment où l’utilisation d’armes chimiques dans les régions de Zap, Metîna et Avaşîn de la région fédérée du Kurdistan de Turquie était à l’ordre du jour. En outre, le bureau d’Ankara de l’Agence de la Mezopotamya (MA) et le bâtiment d’Ari Production ont été perquisitionnés. Des documents numériques appartenant à des journalistes ont été saisis.

Dans l’opération de détention pour laquelle un mandat d’arrêt a été émis contre 14 personnes, le directeur éditorial de MA Diren Yurtsever, les journalistes de MA Berivan Altan, Deniz Nazlım, Selman Güzelyüz, Hakan Yalçın, Ceylan Şahinli, Emrullah Acar et Zemo Ağgöz, les journalistes de JINNEWS Habibe Eren et Öznur Değer, MA Ankara Mehmet Günhan, qui a travaillé comme stagiaire dans son bureau pendant un certain temps, a été placé en garde à vue, ont été arrêtés. Les journalistes arrêtés sous la torture ont été transférés au palais de justice d’Ankara 4 jours plus tard. Alors que Zemo Ağgöz et Mehmet Günhan ont été libérés, 9 journalistes ont été arrêtés pour « appartenance à une organisation terroriste ».

Dans le cadre de la même opération, Hamdullah Bayram, un employé du journal Yeni Yaşam, a été arrêté le 21 mars 2023.

Au moment où 11 journalistes ont été arrêtés, la journaliste de JINNEWS, Derya Ren, a également été arrêtée lors de raids à domicile menés à Amed. Ren a été écrouée au palais de justice où elle a été transférée le même jour, après qu’on lui ait signifié la décision de la peine de prison la visant. Ren a été emmenée à la prison pour femmes de Diyarbakır.

Énumérant 149 reportages de l’agence Mezopotamya, qui a été présentée comme l’accusé bien qu’étant une personne morale, dans l’acte d’accusation préparé 3,5 mois plus tard pour les personnes détenues dans le cadre de l’enquête basée à Ankara, le procureur a inclus le déclarations de témoins publics et secrets qui n’ont fait aucune déclaration concernant les journalistes. Les journalistes comparaîtront devant le tribunal un jour après les élections présidentielles et législatives du 14 mai.

Opération basé à Amed

Les opérations contre les journalistes se multiplient alors qu’il ne reste que quelques jours avant les élections. Les maisons de nombreuses personnes, dont des journalistes, des politiciens, des artistes et des représentants d’organisations non gouvernementales, ont été perquisitionnées conformément aux déclarations du témoin public Ümit Akbıyık le 25 avril dans 21 villes basées à Amed. 145 personnes ont été détenues, 51 d’entre elles ont été arrêtées.

Le rédacteur en chef de MA Abdurrahman Gök, le journaliste de JINNEWS Beritan Canözer et les journalistes Mehmet Şah Oruç, Remzi Akkaya et Mikail Barut figuraient parmi les personnes arrêtées pour « appartenance à une organisation terroriste ».

Le titulaire de la concession du journal Xwebûn Kadri Esen, le rédacteur en chef du journal Yeni Yaşam Osman Akın, les journalistes Ahmet Kanbal, Salih Keleş, Kadir Bayram et Mehmet Yalçın, qui ont été arrêtés lors de la même opération, ont également été libérés.

Yilmaz et Muftuoglu arrêtés

Dans le cadre d’une enquête lancé par le bureau du procureur général d’Ankara, 19 personnes, dont Dicle Müftüoğlu, coprésident de l’Association des journalistes Dicle Fırat (DFG) et Sedat Yılmaz, rédacteur en chef de l’agence Mezopotamya, ont été arrêtées lors de raid menés dans 15 villes. 5 personnes, dont les journalistes Sedat Yılmaz et Dicle Müftüoğlu, ont été écroués pour « appartenance à une organisation terroriste » le 3 mai choisi pour célébrer la Journée mondiale de la liberté de la presse.

« L’ordre illégal sera détruit dans 10 jours »

Le journaliste détenu, Sedat Yılmaz a déclaré devant la porte du tribunal : « L’ordre illégal sera détruit dans 10 jours » tandis que Müftüoğlu a écrit « Nous ne nous tairons pas ».

Agence Mezopotamya

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici