TURQUIE. Une journaliste kurde condamnée à la prison pour « soutien à une organisation terroriste»

0
199
La journaliste kurde Nurcan Yalçın a été condamnée à 2,5 ans de prison à Amed pour «soutien à une organisation terroriste». Le contexte du procès était fondé sur les activités journalistiques de Yalçin pendant le siège armé du quartier historique de Sur en hiver 2015/2016.
 
La journaliste Nurcan Yalçın a été condamnée à deux ans et demi de prison pour « soutien au PKK » par la sixième chambre du tribunal pénal de Diyarbakir (ku. Amed). Le contexte de la procédure était des reportages vidéo que Yalçın a réalisés en 2015/2016 sur les barricades du quartier de Sur. Le tribunal a estimé qu’il était prouvé que la journaliste avait « sciemment et intentionnellement » soutenu une organisation terroriste. La défense avait demandé l’acquittement, affirmant que le tribunal était au courant des activités journalistiques de sa cliente.
 
Jusqu’à il y a quelques années, Sur était encore un centre historique de différentes cultures. Après sa destruction par les forces de sécurité turques lors du siège militaire de l’hiver 2015/2016, des zones résidentielles ont été expropriées et la population a été déplacée.
 
Ciblée par les autorités turques depuis des années
 
Ce n’est pas la première fois que Nurcan Yalçın est pris pour cible par les autorités répressives turques. En novembre 2021, elle a été condamnée à près de quatre ans de prison pour terrorisme lors d’un procès vivement critiqué à l’échelle internationale. L’arrière-plan était une affaire contre l’Association des femmes Rosa basée à Amed, une organisation d’aide aux femmes touchées par la violence. Yalçın a été reconnue coupable d’avoir « sciemment et volontairement soutenu une organisation terroriste» et « diffusion de propagande terroriste».
 
Une autre affaire contre Yalçın est toujours en cours en lien avec les manifestations contre la destitution de maires dans des municipalités kurdes en 2019. Dans cette affaire, elle est accusée d’avoir participé à des « rassemblements interdits » et d’avoir désobéi aux ordres de dispersion de la police. Ses deux collègues, Rojda Aydın et Halime Parlak, qui, comme Yalçın, ont accompagné les manifestations en tant que journalistes, sont également inculpées.
 
ANF

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici