Des experts de l’ONU exigent des comptes pour la mort de Mahsa Amini et demandent la fin des violences faites aux femmes en Iran

0
140
Des experts de l’ONU ont condamné la mort de Mahsa Amini, 22 ans, décédée en garde à vue après son arrestation pour avoir prétendument enfreint les règles strictes de l’Iran sur la tenue vestimentaire des femmes en portant un « voile inapproprié ».
 
Les experts ont également dénoncé la violence dirigée contre les manifestants pacifiques et les défenseurs des droits humains exigeant des comptes pour la mort d’Amini dans les villes du pays par les forces de sécurité iraniennes. Ils ont exhorté les autorités iraniennes à éviter de nouvelles violences inutiles et à cesser immédiatement de recourir à la force létale pour contrôler les rassemblements pacifiques.
 
« Nous sommes choqués et profondément attristés par le décès de Mme Amini. Elle est une autre victime de la répression continue et de la discrimination systématique à l’égard des femmes en Iran et de l’imposition de codes vestimentaires discriminatoires qui privent les femmes de l’autonomie corporelle et des libertés d’opinion, d’expression et de croyance », ont déclaré les experts.
 
Amini a été arrêtée par la police des mœurs iranienne le 13 septembre pour avoir été perçue comme portant un « hijab inapproprié ». Des rapports indiquent qu’elle a été violemment battue par des membres de la police des mœurs lors de son arrestation et de son transfert au centre de détention de Vozara.
 
Amini est tombé dans le coma au centre de détention et est décédé à l’hôpital le 16 septembre. Les autorités iraniennes ont déclaré qu’elle était décédée d’une crise cardiaque et ont affirmé que sa mort était de cause naturelle. Cependant, certains rapports suggèrent que la mort d’Amini est le résultat de tortures et de mauvais traitements présumés, ont déclaré les experts.
 
« Nous condamnons fermement l’utilisation de la violence physique contre les femmes et le déni de la dignité humaine fondamentale lors de l’application des politiques de port obligatoire du hijab ordonnées par les autorités de l’État. Nous appelons les autorités iraniennes à mener une enquête indépendante, impartiale et rapide sur la mort de Mme Amini, à rendre publiques les conclusions de l’enquête et à tenir tous les auteurs responsables», ont déclaré les experts.
 
Depuis le 16 septembre, des milliers de personnes sont descendues dans les rues de nombreuses villes (essentiellement dans les provinces kurdes), dont Téhéran, Ilam, Ispahan, Kermanshah, Mahabad, Saqez, Sanandaj, Sari et Tabriz, pour demander des comptes pour la mort d’Amini et mettre fin à la violence et à la discrimination à l’encontre femmes en Iran, notamment le port obligatoire du voile pour les femmes. Les manifestations pacifiques se sont heurtées à un usage excessif de la force, y compris des tirs d’oiseau et d’autres billes métalliques par les forces de sécurité iraniennes, ont déclaré les experts. Selon des informations, au moins huit personnes, dont une femme et un enfant de 16 ans, ont été tuées, des dizaines d’autres blessées et arrêtées.
 
À la suite des manifestations, des interruptions prolongées d’Internet ont été signalées à Téhéran, dans les provinces du Kurdistan et dans d’autres parties du pays depuis le 19 septembre. Il s’agit de la troisième coupure généralisée d’Internet enregistrée au cours des 12 derniers mois en Iran.
 
« Les perturbations d’Internet font généralement partie d’un effort plus large visant à étouffer la liberté d’expression et d’association de la population iranienne et à freiner les manifestations en cours. Les interruptions d’Internet imposées par l’État ne peuvent en aucun cas être justifiées », ont déclaré les experts, mettant en garde contre une nouvelle escalade de la répression contre la société civile, les défenseurs des droits de l’homme et les manifestants pacifiques.
 
« Au cours des quatre dernières décennies, les femmes iraniennes ont continué à protester pacifiquement contre les règles obligatoires du hijab et les violations de leurs droits humains fondamentaux », ont déclaré les experts, exhortant les autorités du pays à tenir compte des demandes légitimes des femmes qui veulent leur vie humaine fondamentale. droits respectés.
 
Comme cela a été réitéré précédemment, « l’Iran doit abroger toutes les lois et politiques discriminatoires fondées sur le sexe et le genre, conformément aux normes internationales relatives aux droits humains», ont déclaré les experts.
 
*Les experts : M. Javaid Rehman, Rapporteur spécial sur la situation des droits de l’homme en République islamique d’Iran; Melissa Upreti (présidente), Dorothy Estrada Tanck (vice-présidente), Elizabeth Broderick, Ivana Radačić et Meskerem Geset Techane, Groupe de travail sur la discrimination à l’égard des femmes et des filles; Mme Reem Alsalem, Rapporteuse spéciale sur la violence contre les femmes; M. Clément Nyaletsossi Voule, Rapporteur spécial sur les droits à la liberté de réunion pacifique et d’association; Mme Irene Khan, Rapporteuse spéciale sur le droit à la liberté d’ opinion et d’ expression; Mme Mary Lawlor,Rapporteur spécial sur la situation des défenseurs des droits humains
 

 

Mahsa (Jina) Amini était une jeune Kurde de 22 ans. Elle a été tuée par la police des mœurs à Téhéran car « mal voilée». Alors que le régime iranien prétendait qu’elle était morte à cause des problèmes de santé antérieurs, un scanner du crâne de Jina Amini montre une fracture osseuse, une hémorragie et un œdème cérébral.
 
 
 
#IranProtests #LetUsTalk #Jîna_Emînî #Jina_emini #WhiteWednesdays #MahsaAmini #TwitterKurds #مهسا_امینی #Rojhilat #Mahsa_Amini

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici