Erdoğan persiste et signe: Il va attaquer le Rojava pour le nettoyer des Kurdes

0
247
Le président turc, Erdoğan persiste et signe: La Turquie va lancer une nouvelle offensive militaire au Rojava pour y chasser les Kurdes qu’il remplace déjà par des colons syriens actuellement en Turquie.
 
« Nous continuerons notre lutte contre le terrorisme [les Kurdes]. Notre décision d’établir une ligne sécurisée de 30 kilomètres de profondeur le long de notre frontière sud est permanente » , a déclaré Recep Tayyip Erdoğan aux diplomates lors de la 13e conférence des ambassadeurs le 8 août, à Ankara.
 
« J’espère que nous réunirons bientôt les parties de cette zone de sécurité en nettoyant les dernières zones où l’organisation terroriste [les forces arabo-kurdes YPG/YPJ et les FDS] niche en Syrie » , a-t-il ajouté.
 
Depuis plus de deux mois, Erdoğan dit qu’une nouvelle offensive militaire est imminente.
 
Depuis 2016, Türkiye a mené quatre opérations militaires majeures en Syrie, dont deux – l’invasion d’Afrin en 2018 et l’invasion de Serê Kanîyê en 2019 – se déroulant dans des zones contrôlées par les Kurdes.
 
Candidatures de la Suède et de la Finlande à l’OTAN
 
Erdoğan a également évoqué les candidatures à l’adhésion à l’OTAN de la Suède et de la Finlande, affirmant que la Turquie peut toujours bloquer la candidature des deux pays à moins qu’ils ne respecte ses promesses de « lutte contre le terrorisme [criminaliser les Kurdes réfugiés en Suède et en Finlande] » .
 
« Nous maintenons une position ferme sur la Finlande et la Suède. L’adhésion à l’OTAN de ces deux pays ne sera pas approuvée tant que les promesses faites à notre pays ne seront pas tenues » , a-t-il déclaré.
 
La Suède et la Finlande ont officiellement demandé à rejoindre l’OTAN en juin, une décision motivée par l’invasion de l’Ukraine par la Russie.
 
Mais la Turquie a exprimé des objections aux offres, accusant les deux pays de tolérer et de fournir un abri aux « terroristes » .
 
Un accord trilatéral signé entre les pays en juin stipule que la Finlande et la Suède n’apporteront pas de soutien aux groupes kurdes, le Parti de l’union démocratique (PYD) et les Unités de protection du peuple (YPG), que la Turquie considère comme les prolongements syriens du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK).
 
Les deux pays ont également promis de ne pas soutenir le mouvement « FETÖ», le groupe islamiste dirigé par Fetullah Gulen qui est tenu responsable de la tentative de coup d’État de 2016. (Bianet)

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici