La jeunesse kurde prend la parole

0
427
Un examen de l’importance du mouvement de jeunesse dans le processus révolutionnaire au Kurdistan, en conversation avec l’un des auteurs du « Manifeste de la jeunesse », un document collectif produit par le Mouvement révolutionnaire de la jeunesse kurde et récemment publié en espagnol par Descontrol Editorial, qui essaie de fournir un cadre théorique aux jeunes en tant que sujet invisible, présentant leurs tâches spécifiques face à une révolution mondiale
 
Le 3 décembre, le Mouvement révolutionnaire de la jeunesse (TCŞ) et le Mouvement des jeunes femmes combattantes (TekoJIN) ont appelé à manifester devant le siège de l’Organisation pour l’interdiction des armes chimiques à La Haye. La raison : le silence de cette instance face à l’utilisation de telles armes dans les offensives militaires turques au sud du Kurdistan. La police néerlandaise a violemment pris d’assaut le rassemblement, arrêtant jusqu’à 55 militants, dont quatre sont toujours en détention provisoire aujourd’hui.
 
Les deux organisations reflètent en Europe le paradigme démocratique promu depuis le Kurdistan, organisant les Kurdes et les internationalistes dans un mouvement qui leur est propre pour la jeunesse. Différentes vagues de migrants ont conduit jusqu’à trois millions de Kurdes à fuir la répression des États où ils vivaient et à s’installer en Europe, où leurs filles ont grandi loin de leurs origines tout en étant toujours très présentes. D’autres jeunes sont arrivés ces dernières années, fuyant la guerre et les persécutions ou cherchant simplement une vie digne. Tant dans la diaspora qu’au Kurdistan lui-même, les jeunes Kurdes s’organisent pour lutter contre l’invasion et chercher des alternatives au système qui les opprime.
 
Les jeunes s’identifient à la guérilla
 
Que ce soit en Europe ou au Kurdistan, la jeunesse kurde a ses propres organisations autonomes et considère qu’elle doit prendre part à la lutte comme son propre sujet révolutionnaire. C’est pourquoi en 2017 ils publient le Manifiesto de la Joventud (publié en catalan en 2021 par Descontrol Editorial), où ils font une rétrospective historique du rôle que le système a donné aux jeunes, ainsi que la lutte de ceux-ci pour se détacher à partir de cela. L’intention déclarée du texte est de fournir un cadre théorique à la jeunesse en tant que sujet invisible, présentant ses tâches spécifiques face à une révolution mondiale.
 
« Être né au Kurdistan, c’est être né immergé dans la lutte ; l’invasion et la destruction vous font choisir : fuir ou vous engager dans la résistance ». L’une des auteurs du manifeste – qui préfère ne pas s’identifier – qui a voyagé en Espagne en décembre pour le présenter, est si percutante. « Les jeunes kurdes grandissent en regardant le deuil de la famille et la destruction de leurs maisons », a-t-il déclaré.
 
La « forte influence d’une société féodale et patriarcale n’a pas permis aux jeunes femmes d’assumer un rôle de leadership ». Cependant, les mouvements révolutionnaires de 1968 à travers le monde ont eu une grande influence sur le Kurdistan, convaincant la jeunesse de la nécessité d’être à la pointe de la lutte.
 
Historiquement, cependant, la « forte influence d’une société féodale et patriarcale n’a pas permis aux jeunes femmes d’assumer un rôle de leadership ». Cependant, les mouvements révolutionnaires de 1968 à travers le monde ont eu une grande influence sur le Kurdistan, convaincant la jeunesse de la nécessité d’être à la pointe de la lutte. Les jeunes Kurdes commencent à acquérir une forte conscience de classe, introduisant le Kurdistan dans les débats des cercles révolutionnaires dans toute la Turquie.
 
La politique d’assimilation turque amène de nombreux Kurdes à se former dans les grandes villes de Turquie, où ils seront initiés au mouvement révolutionnaire de la jeunesse. « Cette politique de l’Etat turc entraînera une augmentation de la jeunesse intellectuelle kurde, qui, contrairement aux intentions de l’Etat, prendra encore plus conscience de son identité. La lutte de libération kurde découle du mouvement de jeunesse révolutionnaire en Turquie, lorsque des milliers de jeunes organisés dans d’autres organisations turques décident de s’y joindre. »
 
Cette poussée des plus jeunes est absolument indissociable des conditions qui ont permis la fondation du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK). « Ce mouvement est né comme un mouvement de jeunesse et l’est resté. » Les premiers à devenir cadres du parti n’avaient pas plus de 25 ans et la société kurde les appelait « étudiants ». La répression à grande échelle menée par l’État turc a élargi les bases de soutien au mouvement, et la coexistence quotidienne des jeunes avec les persécutions et les violences policières les a fortement poussés vers la guérilla.
 
Des jeunes de 18 et 19 ans de tous les coins du Kurdistan fuient dans les montagnes pour rejoindre la guérilla. « De nombreuses familles font même pression pour que certains de leurs enfants se joignent à la lutte comme une tentative désespérée de défendre leur survie. » Pendant de nombreuses années, la société et le mouvement lui-même ont identifié la jeunesse avec la guérilla, et même la guérilla en est venue à se définir comme l’organisation de jeunesse du mouvement.
 
Pendant de nombreuses années, la société et le mouvement kurde lui-même ont identifié la jeunesse avec la guérilla, et même la guérilla en est venue à se définir comme l’organisation de jeunesse du mouvement.
 
Loin de l’image héroïque, de nombreux jeunes voient dans la guérilla un élément essentiel d’autodéfense pour assurer leur survie en tant que peuple. « Ils ne voient pas la guérilla uniquement comme un groupe armé, mais comme un moyen de sentir qu’ils se battent pour des valeurs. Vivre à la montagne, c’est pour beaucoup se sentir faire partie d’un groupe, tout partager avec ses compagnons et créer avec eux des liens indestructibles », explique l’éditeur du manifeste.
 
Et s’il est un aspect dans lequel la jeunesse kurde se démarque, c’est justement dans la socialisation. Pendant l’enfance et l’adolescence, des liens forts se tissent, créant des cercles d’amitié qui sont souvent plus forts et plus cohésifs que toute autre organisation. De cette façon, il est courant que les jeunes femmes se joignent au combat en groupes. « Un processus idéal de socialisation implique le développement d’un esprit révolutionnaire potentiel. L’amitié est en soi une valeur socialiste. »
 
Les structures autonomes comme et alternatives au capitalisme
 
Mais être jeune et révolutionnaire au Kurdistan, ce n’est pas seulement rejoindre la guérilla. Les jeunes kurdes s’organisent et participent au système communal, souvent avec un rôle de premier plan. Selon les auteurs du manifeste, « être jeune, c’est être en recherche constante d’une vie libre et ce n’est pas possible dans le capitalisme. »
 
« Perdre le contrôle sur les jeunes femmes est un grave danger pour le système gouvernant, alors essayez de canaliser leur énergie dans des canaux contrôlables, elles savent très bien qu’une jeune exposée au système est leur garantie pour l’avenir. » Par conséquent, à Bakur, la politique d’assimilation forcée de l’identité turque est étroitement liée à la propagande capitaliste. « L’État turc bombarde les jeunes de publicités pour des vêtements coûteux et de la musique commerciale avec l’intention d’individualiser les jeunes et de renoncer à leurs origines. Cela a son côté positif – pense le co-auteur du document publié par Descontrol – et c’est que pour les Kurdes la lutte contre le capitalisme de leur lutte en tant que peuple devient indissociable ».
 
« L’État turc bombarde les jeunes de publicités pour des vêtements coûteux et de la musique commerciale avec l’intention d’individualiser les jeunes et de renoncer à leurs origines. Cela a son côté positif, et il appartient aux Kurdes de rendre la lutte contre le capitalisme indissociable de leur lutte en tant que peuple. »
 
Mais si pour une raison primordiale le mouvement kurde considère les jeunes comme à la pointe de la révolution, c’est sans doute en raison de leur dynamisme et de leur capacité de critique. « L’anticonformisme et la remise en cause de la jeunesse poussent la société à se réinventer et à s’éloigner du mouvement dogmatiste. » L’un des mérites de la révolution kurde est qu’il est entendu que les enfants et les jeunes ont leur propre opinion, et celle-ci doit être entendue et valorisée.
 
Au Rojava, dès le début de la révolution, les jeunes ont vu le besoin de créer leurs propres structures. « Quand la révolution éclate, les jeunes ressentent le besoin de rompre avec de nombreuses années de répression idéologique de leur pensée », c’est pourquoi les premiers groupes qui émergent considèrent qu’il est essentiel de commencer par une période d’auto-apprentissage pendant laquelle s’interroger qui ils sont et quel devrait être leur rôle. « Il s’agissait de développer une identité de jeunesse démocratique capable de montrer sa propre vision qui serait acceptée par la société. »
 
Des groupes de femmes, culturels ou d’autodéfense composés entièrement de jeunes voient le jour sur tout le territoire, faisant partie de conseils généraux qui mettent leurs besoins et leurs valeurs au centre. Des projets tels que la création de médias alternatifs créeront une forte prise de conscience chez les jeunes en tant qu’identité différenciée.
 
En 2019, jusqu’à 300 délégués de Syrie, d’Irak, de Jordanie, de Libye, de Palestine, d’Arménie, d’Égypte, de Tunisie, du Yémen, du Soudan et d’autres pays africains se sont réunis à Kobané pour définir des stratégies communes contre le système « religieux, nationaliste et sexiste, et promouvoir un mode de vie démocratique, scientifique et alternatif. »
 
En 2015, la 1ère Conférence de la jeunesse du Moyen-Orient s’est tenue dans la ville d’Amed, qui se poursuivra quatre ans plus tard lorsque jusqu’à 300 délégués de Syrie, d’Irak, de Jordanie, de Libye, de Palestine, d’Arménie, d’Égypte, de Tunisie, du Yémen, du Soudan et d’autres Les pays africains se sont réunis à Kobané pour définir des stratégies communes contre le système « religieux, nationaliste et sexiste », et pour promouvoir un mode de vie démocratique, scientifique et alternatif. Dans cette rencontre, tous les groupes montrent la nécessité de créer un front commun de la jeunesse mondiale à travers la création d’une structure internationale organisée et révolutionnaire.
 
Le potentiel révolutionnaire d’une jeunesse organisée consciente de son identité en tant que telle, ainsi que l’importance d’en faire un autre front de lutte, est indéniable. Kurdes ou pas, il y a des milliers de jeunes qui s’organisent sous le paradigme du confédéralisme démocratique à travers le monde, conscients qu’une cause ne pourra jamais gagner isolément et qu’il est impératif que toutes les identités contredisant le système forgent des alliances mondiales.
 

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici