La guerre de l’eau de la Turquie et de l’Iran menace la stabilité de l’Irak

0
140
Bien qu’on parle plus des Kurdes du Rojava, la Syrie et l’Irak assoiffés à cause des barrages construits par la Turquie sur l’Euphrate et le Tigre, l’Iran utilise les mêmes procédés contre l’Irak, menaçant la stabilité du pays déjà mise à mal avec un pouvoir fragile…
 
La Syrie et l’Irak manquent d’eau à cause des barrages que la Turquie a construits sur l’Euphrate et le Tigre, les deux fleuves qui prennent leur source au Kurdistan « turque » et traversent l’Irak et la Syrie. Les relations diplomatiques entre ces pays ont un effet direct sur l’approvisionnement en eau de la région, et c’est le peuple irakien qui a le plus souffert ces dernières années, car le débit d’eau des fleuves Euphrate et Tigre que l’Irak recevait a été considérablement réduit.
 
De plus, la Turquie n’est pas le seul pays à affecter l’Irak de cette manière. Les politiques de l’Iran menacent également la vie des Irakiens. L’Iran a également commencé à couper le flux d’eau vers l’Irak.
 
La construction de barrages et la coupure et la déviation du débit d’eau par l’Iran provoquent une grave crise de l’eau en Irak, en particulier pendant l’été.
 
À Bassora, dans le sud de l’Irak, où les températures dépassent les 50 degrés en été, les gens sont descendus dans la rue en 2018 pour protester contre le gouvernement iranien pour avoir coupé l’eau. Selon certains rapports, l’eau du fleuve polluée et salée a coulé du territoire iranien vers l’Irak, détruisant des zones agricoles, et de nombreux agriculteurs ont été contraints de quitter leurs terres et de migrer vers la ville de Bassora.
 
Les habitants de Diyala, dans l’est de l’Irak, sont gravement touchés par les pénuries d’eau. Presque toutes les sources d’eau de la province de Diyala proviennent d’Iran et les habitants de Diyala vivent de l’agriculture et de l’élevage.
 
Une autre région touchée par le détournement d’eau par l’Iran est la province kurde de Sulaymaniyah dans le nord de l’Irak, et en particulier les barrages de Darbandikhan et Dokan. L’Iran réduit le débit d’eau ici par intermittence, et parfois le niveau d’eau est réduit de 70%.
 
Les eaux des monts Zagros, région kurde d’Iran rejoignent le fleuve Tigre en Irak. Les plus importantes de ces ressources sont les rivières Petite Zap, Diyala, Karkeh et Karun respectivement du nord au sud, et de nombreuses branches alimentent ces rivières. L’une de ces branches, la rivière Vind, qui rejoint la rivière Diyala, est coupée par l’Iran chaque été. En raison de ces coupes, de juin à octobre ou novembre chaque année, Hanekin et d’autres régions de Diyala connaissent de graves pénuries d’eau et travailler la terre est beaucoup plus difficile qu’auparavant.
 
Il existe des barrages sur le Tigre et l’Euphrate à des fins diverses. Le barrage de Mossoul, qui a été construit sur le Tigre en 1986, est la source d’eau la plus importante d’Irak. Il existe d’autres barrages, comme les barrages Dokan, Darbandikhan, Adhaim, Dibbis, Hemrin, Kut, Samarra et Duhok, également sur le Tigre. Le barrage Haditha, situé sur l’Euphrate et construit en 1986, est le plus grand barrage de cette région. Cependant, la plupart des barrages construits sur les deux fleuves ont une production d’électricité très limitée en raison d’infrastructures inadéquates et d’un mauvais entretien, et ces barrages ne sont utilisés que pour stocker de l’eau. C’est pourquoi l’Irak doit importer de l’électricité d’Iran et de Turquie et les problèmes d’accès à l’eau risquent de devenir plus critiques à l’avenir en raison de la crise de la gestion de l’eau dans la région.
 

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici