« Masrour Barzani parle comme le porte-parole de la Turquie »

0
229
Récemment, le Premier ministre du Kurdistan du Sud, Masrour Barzani s’en est pris à la guérilla kurde, déclarant notamment que les autorités du Rojava devaient rompre leurs relations avec le PKK et disant également que la question kurde en Turquie et en Iran était une question interne de ces États que ces 2 pays doivent régler eux-mêmes.
 
Le PKK a réagi aux déclarations de Masrour Barzani déclarant qu’il parlait comme le porte-parole de l’Etat turc et exige que le Rojava se distancie du PKK, ajoutant que les peuples du nord-est de la Syrie savent par eux-mêmes quelle est la meilleure décision pour eux.
 
Le Comité des relations extérieures du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK) a publié un communiqué concernant les dernières évaluations de Masrour Barzani, Premier ministre du gouvernement régional du Kurdistan en Irak, qui a déclaré que le Rojava devrait rompre les liens avec le PKK et que l’État turc pourrait attaquer dans le cas contraire.
 
« Le peuple kurde traverse un processus historique critique alors que la lutte pour la liberté continue de croître encore plus d’une part, et les ennemis des Kurdes et de leurs collaborateurs ne résistent pas. ralenti de l’autre. Les coups portés par la guérilla pour la liberté du Kurdistan en réponse aux attaques de l’occupation à Avashin, Zap et au Kurdistan surchargent en général l’État turc et les forces collaboratrices. L’État turc colonialiste et ses collaborateurs font tout ce qu’ils peuvent pour tenter de contrecarrer la lutte des Kurdes pour la liberté et le statut. Alors que tout le monde est censé agir avec responsabilité et avec patriotisme dans un processus aussi fragile et historique, les déclarations répétées de Masrour Barzani du PDK révèlent pourquoi la question kurde est restée jusqu’à présent non résolue et à quel point elle est devenue encore plus lourde.
 
Les déclarations successives de Masrour Barzani ont provoqué la consternation et le rejet parmi la population. Si ces déclarations n’avaient pas été publiées en son nom, on pourrait certainement supposer qu’elles émanent d’un représentant de l’Etat turc. dans quelle mesure il y a un lien avec le patriotisme kurde en cela, nous laissons à l’appréciation de notre peuple. Le fait que Masrour Barzani déclare que l’Etat turc n’a aucun problème avec les Kurdes, que le problème est plutôt le PKK et que le Rojava doit finir sa relation avec le PKK car sinon la Turquie sera alarmée et attaquera, est un signe de collaboration et de capitulation. Il s’exprime en tant que porte-parole de l’Etat turc.
 
L’État de Turquie répète partout et tout le temps les mêmes virelangues depuis quarante ans. Masrour Barzani sous-estime la conscience historique du peuple kurde et le degré d’éveil national. Le peuple du Kurdistan sait maintenant qui est l’ami et l’ennemi. Ils savent qui est un collaborateur et qui est un patriote. Le monde entier considère désormais l’expansionnisme colonialiste de l’État turc comme une menace. Seul Masrour Barzani du PDK ne s’en soucie pas. Cela ne le dérange pas lorsque les représentants de l’État turc qu’il rencontre prétendent que le Kurdistan n’existe pas. Au lieu de légitimer l’occupation et les attaques turques, il devrait s’employer à résoudre les problèmes du peuple du sud du Kurdistan en termes de démocratie, de liberté, de répartition équitable des revenus et d’opportunités d’emploi.
 
Le PDK et Masrour Barzani ne font pas que plaire aux ennemis du peuple kurde par leur hostilité envers le PKK, ils consomment également le fondement politique sur lequel repose leur propre existence. Le PKK n’a pensé qu’à la liberté du peuple kurde dans sa lutte qui dure depuis un demi-siècle et a agi en conséquence. Chaque position et opportunité gagnées pour le Kurdistan a fait un lourd tribut. Dans la victoire idéologique et militaire sur Daech, le PKK a joué un rôle crucial. Les guérilleros de la liberté du Kurdistan se sont battus avec de grands sacrifices de Maxmur à Hewlêr [Erbil], empêchant l’EI d’occuper le sud du Kurdistan. Ce que cette résistance du PKK a réalisé est également bien connu de notre peuple du sud du Kurdistan.
 
La défaite de l’Etat islamique au Rojava s’est produite au prix de milliers de combattants de la guérilla tombés au combat. Les peuples kurde, arabe, chrétien, turkmène et tchétchène ont donné plus de dix mille martyrs dans la lutte contre Daech. L’administration du Nord et de l’Est de la Syrie (…) sait mieux lui-même à qui il parle et comment. Ce n’est pas Masrour Barzani qui peut déterminer quelles forces négocient avec quoi ; ce sont les peuples du Rojava eux-mêmes. Masrour Barzani et ses partisans n’ont payé aucun prix dans la lutte contre l’État islamique et dans la révolution du Rojava. Alors, avec qui veulent-ils négocier sur quoi ? Si Masrour Barzani menace le peuple et l’administration du Rojava et dit : « Rompez vos liens avec le PKK, éloignez-vous de lui, sinon nous n’aurons pas de bonnes relations », alors il porte la langue et l’état d’esprit de l’État turc. Dans l’attitude patriotique du peuple du Kurdistan, de telles menaces n’ont pas leur place. Les habitants du Rojava, qui ont résisté au colonialisme turc et à la cruauté de l’Etat islamique, ne seront pas non plus intimidés par des menaces aussi peu coûteuses. Les peuples du nord et de l’est de la Syrie et leurs représentants démocratiques savent par eux-mêmes quelle est la meilleure décision pour leur avenir.
 
La lutte de libération du peuple kurde est sur le point de déterminer les équilibres dans la région. A une telle étape, notre peuple doit être vigilant face à d’éventuelles provocations et à la légitimation de l’Etat occupant turc, et adopter une position claire. Sur cette base, nous, en tant que PKK, voudrions annoncer que nous continuerons la lutte pour protéger, défendre et libérer le Kurdistan encore plus fortement en réponse aux attaques de l’occupation. »
 
ANF

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici