Trois migrants kurdes meurent de faim à la frontière polono-biélorusse

1
629

Un jeune Kurde de Sulaymaniyah a été retrouvé mort après avoir tenté de traverser la frontière après des jours sans nourriture et dans des températures glaciales.

Des réfugiés, dont des enfants, sont laissés mourir dans des forêts gelées à la frontière entre la Pologne et le Bélarus après avoir été poussés de la frontière sans nourriture ni eau et avoir payé jusqu’à 20 000 euros par personne à des agences biélorusses.

 

Sans accès à l’aide, aux abris ou aux services humanitaires de base, 300 migrants kurdes font partie des milliers de migrants qui ont été piégés dans une forêt entre la Biélorussie et la Pologne, selon Roj News.

La Pologne refusant l’entrée et la Biélorussie n’autorisant pas leur retour, trois migrants kurdes sont morts de faim en tentant de traverser la frontière, a rapporté Roj News.

Les réfugiés d’Afrique, de Turquie, du Kurdistan et de nombreux pays du Moyen-Orient qui étaient entrés en Pologne depuis la Biélorussie samedi soir ont été renvoyés tard dans la zone militaire en Biélorussie.

Il a été rapporté que Geylan Dilêr İsmil, un Kurde d’une vingtaine d’années qui a fui Sulaymaniyah, le Kurdistan irakien, faisait partie des personnes envoyées de force dans la zone militaire.

İsmil est mort de faim et d’hypothermie, selon Roj News.

Sur une vidéo circulant sur Twitter, une femme yézidie raconte sa situation à la frontière polono-biélorusse :

« Une personne est décédée ici aujourd’hui.

Il n’y a pas de nourriture, pas d’eau. Nos enfants pleurent pour manger. Nous avons souffert pendant 10 jours ici. La police biélorusse et polonaise nous repousse.

Les demandeurs d’asile kurdes attendent depuis deux semaines sans presque rien à manger ni à boire. »

Le Guardian a rapporté dimanche l’histoire d’un groupe de sept Kurdes irakiens de Duhok, une fillette de huit mois et un garçon de deux ans parmi eux, à la périphérie de la forêt de Białowieża – qui chevauche la frontière entre le sud-est la Pologne orientale et la Biélorussie.

Amila Abedelkader, 28 ans, la mère des enfants, a déclaré au Guardian que le groupe avait été attiré en Biélorussie par une agence de voyages qui organiserait le voyage en avion d’Istanbul à Minsk et l’accès à la frontière polonaise et qu’ils ont été facturés 15 000 à 20 000 euros lorsqu’ils ont atteint la Biélorussie.

Au moins 10 migrants sont déjà morts en tentant le même passage, a rapporté RFE/RL.

La frontière de la Pologne avec la Biélorussie est désormais une bombe à retardement humanitaire à la frontière orientale de l’UE, selon RFE/RL, qui rapporte que des milliers de demandeurs d’asile se sont rendus en Biélorussie ces derniers mois, encouragés par le traitement accéléré des visas et le nombre croissant de vols quotidiens depuis des pays comme le Yémen, l’Irak, la Somalie, l’Afghanistan et le Cameroun. Bien que la grande majorité continue vers la Pologne, beaucoup ont cherché à entrer dans la Lettonie et la Lituanie voisines, également membres de l’UE.

Alors que les besoins essentiels tels que la nourriture et l’eau ne sont pas fournis aux migrants et aux enfants avec eux, qui sont détenus dans la zone restreinte depuis deux semaines, les organisations non gouvernementales ne sont pas autorisées à fournir l’aide humanitaire aux migrants.

Les gouvernements polonais et lituanien ont déclaré l’état d’urgence sur les voies routières d’un kilomètre de large le long de la frontière biélorusse, qui ne permettent l’accès qu’aux gardes-frontières, à l’armée et aux services de sécurité.

Medya news

1 COMMENTAIRE

  1. SHAKESPEARE l’a écrit…..
    « L’Enfer est vide…..Tous les démons sont ici… »
    Et particulièrement ces « Dirigeants » d’Etats qui ont perdu jusqu’au sens de l’humain
    HONTE à eux et à leurs sbires

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici