ROJAVA. Ouverture du Forum international de l’eau

0
205
SYRIE / ROJAVA – La ville kurde d’Hasakê accueille le Forum international de l’eau qui durera deux jours. Lors du Forum, on discutera de la situation actuelle de l’eau dans la région, la raréfaction de l’eau et les conséquences dramatiques des États qui contrôlent les sources d’eau, avec notamment la construction de barrages en amont des fleuves, comme pour les fleuves Tigre et Euphrate que la Turquie a transformés en une arme de guerre contre le Rojava et l’Irak.
 
Les travaux du Forum international de l’eau dans le nord et l’est de la Syrie ont débuté dans la salle culturelle Sardam de la ville de Hasaka, sous les auspices de l’Autorité locale de l’administration et de l’environnement de la région de Jazira, avec la participation de l’Université du Rojava et le Centre d’études de l’Euphrate.
 
Buts
 
Le forum vise, selon le Comité préparatoire, à faire la lumière sur les chartes, lois et accords internationaux sur l’eau, attirer l’attention sur la politique régionale et la crise de l’eau résultant des attaques contre l’exploitation des ressources en eau dans les conflits politiques et économiques, et discuter des risques et défis liés à la question de l’eau et à la réalisation du développement durable et sécurisé de l’eau.
 
Il vise également à démontrer les impacts économiques, sociaux et environnementaux résultant des pratiques injustes de l’État turc, de ses pouvoirs de contrôle des ressources en eau dans la région, dans le but de créer une crise de l’eau. Par son intermédiaire, il peut imposer ses volonté politique sur le reste des parties. En plus de trouver des stratégies pour les problèmes d’eau dans le nord et l’est de la Syrie, il tente d’attirer des investissements, échanger des expériences et inciter les organisations et les forces internationales à coopérer pour relever les défis du secteur de l’eau.
 
Participants
 
Des dizaines d’institutions de la société civile et d’organisations humanitaires internationales opérant dans le nord et l’est de la Syrie, ainsi que des organisations et plateformes de défense des droits humains accès sur l’environnement, y participeront.
 
Selon le programme du forum obtenu par notre correspondant, des délégations et des personnalités politiques de la région et de l’étranger, ainsi que l’Administration autonome du Nord et de l’Est de la Syrie, des associations et organisations locales, des organismes environnementaux et des experts en affaires environnementales et en droits locaux y participeront.
 
Programme
 
Les travaux du Forum s’étaleront sur deux jours consécutifs divisés en 5 sessions principales, commençant par un discours d’ouverture du Comité préparatoire du Forum, un discours des coprésidents de l’Administration autonome de la Syrie du Nord et de l’Est, et un documentaire sur la réalité de l’eau dans la région.
 
Le premier jour du forum
 
En plus des discours, trois sessions principales se tiendront au cours de la première journée du forum, portant sur les accords et chartes internationaux sur les fleuves et voies navigables internationaux, les dimensions politiques et économiques de la crise de l’eau dans la région.
 
Chaque session abordera quatre axes principaux, à travers des conférenciers spécialisés qui, dans la première session, se concentreront sur « les traités et accords bilatéraux signés entre la Turquie et à la fois la Syrie et l’Irak sur les eaux du Tigre et de l’Euphrate, les pratiques de l’État turc pour créer des crises de l’eau dans la région, des eaux internationales et des accords positifs sur la gestion des eaux partagés.
 
Les axes de la deuxième session souligneront, la guerre de l’eau et les conflits internationaux, les répercussions politiques de la crise de l’eau sur la réalité sécuritaire dans la région, l’utilisation par la Turquie des fleuves internationaux comme carte de pression politique pour imposer son hégémonie dans la région, et l’eau comme moyen de paix plutôt que de violence.
 
Dans la troisième session, on se concentrera sur le rôle des polluants de l’eau dans l’influence des coûts économiques et de la croissance économique, les principales sources de la demande économique en eau, les effets directs du déficit hydrique sur l’agriculture dans la région, et le rôle de l’eau sécurité dans la réalisation du développement durable.
 
Les activités du deuxième jour
 
Le Forum international de l’eau devrait poursuivre ses travaux le 28 septembre, selon son programme, qui se déroulera en deux sessions principales et se terminera par les conclusions et les recommandations des participants.
 
Chacune des deux sessions de la deuxième journée du forum traitera de 4 questions principales, centrées sur les impacts environnementaux de la crise de l’eau, les catastrophes imminentes dues à la détérioration de la sécurité de l’eau.
 
Au cours de la quatrième session, les conférenciers, selon le programme, se concentreront sur les changements climatiques et leur rôle dans la sécurité de l’eau dans la région, comment la Turquie prévoit à long terme d’utiliser l’eau dans de grands projets en Turquie et son impact sur la Syrie et l’Irak, la pollution des eaux internationales et ses effets sur les systèmes biomédicaux.
 
Quant à la cinquième et dernière session, les différents usages de l’eau et leur impact sur la sécurité hydrique, la réalité des principales sources d’eau pour atteindre la sécurité hydrique, les implications du déficit hydrique et les risques qui y sont associés, les réserves d’eau, les opportunités et solutions pour atteindre la sécurité de l’eau, seront mis en évidence.
 
Le Forum international de l’eau de la Syrie du Nord et de l’Est est censé se terminer par un ensemble de conclusions et de recommandations que les participants parviendront sur deux jours consécutifs.
 
Photo : North Pulse

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici