Monika Gartner-Engel: La Turquie veut écraser les Kurdes

0
787

La coordinatrice générale de l’ICOR, Monika Gärtner-Engel dénonce la complicité européenne dans la guerre que la Turquie livre aux Kurdes. 

Monika Gärtner-Engel, coordinatrice générale de la coordination internationale des partis et organisations révolutionnaires, l’ICOR, a rappelé la nécessité de mettre fin au fascisme turc et a condamné la coopération allemande en particulier et européenne en général avec la Turquie

Dans un interview réalisée par ANHA,  Monika Gärtner-Engel analyse l’invasion turque de la région de Garê, au Kurdistan du Sud.

Comment évaluez-vous l’agression turque sur le Mont Gara ?

MGE : Tout d’abord, merci beaucoup pour votre demande d’interview. Je suis très heureuse de répondre à vos questions et de vous présenter la position de l’ICOR.

Concernant votre première question : Il s’agit bien d’une agression du régime fasciste turc d’Erdogan, qui est contraire au droit international. Cette occupation s’inscrit dans la lignée de diverses occupations et attaques de ces dernières années, telles que l’occupation d’Afrin dans la Fédération démocratique de Syrie du Nord et de l’Est en 2018, l’occupation de la zone entre Gire Spi et Serekaniye en 2019, également dans la Fédération démocratique de Syrie du Nord et de l’Est, ainsi que les bombardements récurrents de la zone dans le nord de l’Irak ces dernières années.

Nous le condamnons fermement !

Cela fait partie de la politique de la Turquie, qui est maintenant un pays néo-impérialiste. Une aspiration fondamentale de tous les pays impérialistes est la recherche de la conquête de territoires étrangers jusqu’à la revendication de la domination mondiale. Les projets de la Turquie sont conformes à ces aspirations. Erdogan a déjà déclaré à plusieurs reprises qu’il revendique stratégiquement une zone en Syrie et en Irak qui est orientée vers les frontières de l’Empire ottoman.

En même temps, la politique de la Turquie est aussi une politique de réaction interne contre la classe ouvrière et les larges masses en Turquie, et aussi contre la lutte pour le droit à l’autodétermination des Kurdes, qu’il veut complètement écraser. Une agression extérieure brutale et une réaction interne ont lieu, frappant l’ensemble de la population kurde et turque

La justification de l’invasion fournie par la suite, selon laquelle la guérilla aurait assassinée 13 soldats et membres du MIT, est une justification fabriquée de toutes pièces. Le HDP a demandé, à juste titre, qu’une enquête soit menée. Un jour après l’occupation de quatre jours de la région du Kurdistan du Sud/Nord de l’Irak, une nouvelle vague de répression contre les membres du HDP et leurs partisans a commencé avec plus de 700 arrestations.

Nous condamnons tout aussi fermement ces arrestations et exigeons la libération de toutes les personnes en Turquie arrêtées pour des raisons politiques ! Il faut également condamner le fait qu’il n’y ait pas de condamnation claire de la part des gouvernements européens de cette agression sur le Mont Gara, ni de condamnation claire de l’arrestation et de la répression de ceux qui critiquent le gouvernement d’Erdogan !

Que dites-vous de la coopération du PDK avec l’occupation turque ?

MGE : Nous condamnons cette coopération avec un gouvernement fasciste. Cette coopération ne peut pas être dans l’intérêt des populations du Kurdistan du Sud et du Nord de l’Irak. Le comportement du PDK montre également il mène lorsque la politique et l’idéologie bourgeoises, ainsi que la dépendance vis-à-vis des puissances impérialistes et les illusions à la manière bourgeoise deviennent la ligne directrice de l’action gouvernementale. Alors les intérêts du peuple et, dans ce cas, l’unité des Kurdes sont trahis !

Quelle est la solution au soutien européen apporté à la Turquie ?

MGE : Les gouvernements des pays impérialistes européens, en particulier l’impérialisme allemand, coopèrent avec le régime d’ErdoganIl n’y a pas non plus de condamnations claires des occupations, qui sont contraires au droit international, ni de condamnations claires de la répression contre les peuples turc et kurde. Au contraire. En Allemagne, par exemple, les révolutionnaires qui ont lutté contre la répression et l’oppression en Turquie et qui y ont été emprisonnés sont jugés. Ce fut le cas lors des procès de Munich, dix révolutionnaires ont été condamnés l’année dernière pour appartenance présumée à une organisation révolutionnaire en Turquie. Aucun de ces 10 n’était coupable de quoi que ce soit, ni en Turquie ni en Allemagne. Ce qui a été condamné, c’est une croyance qui défend la liberté, la démocratie et le socialisme. De même, les militants kurdes, qui sont accusés d’appartenir et de soutenir le PKK, sont actuellement condamnés, inculpés et réprimés.

Par conséquent, la question doit également être formulée quant à ce qui est nécessaire pour soutenir et coopérer avec les mouvements des travailleurs, des femmes, des jeunes et des révolutionnaires en Turquie.

En Turquie, il y a des protestations et des activités pour construire un front uni antifasciste. Des luttes des travailleurs contre les licenciements, pour l’augmentation des salaires, etc. ont lieu. Il y a des protestations de la jeunesse, comme actuellement à l’Université du Bosphore.

L’ICOR, tant par sa coordination mondiale qu’européenne, fait connaître ces luttes, organise la solidarité et renforce la coopération internationale des mouvements ouvriers, de jeunesse, de femmes et révolutionnaires. Elle organise également la solidarité contre les arrestations de révolutionnaires, de communistes ou de marxistes-léninistes.

La solidarité pratique revêt également une grande importance pour l’ICOR : la construction du centre de soins de santé de Kobanê en 2015 par 177 brigadistes de l’ICOR de 10 pays est un exemple de cette solidarité pratique. Il y a quelques jours à peine, nous avons appris que plus de 23 000 bébés y sont nés. Une collecte de dons de médicaments, qui se poursuit depuis lors, ou des journées d’action et de lutte coordonnées à l’échelle mondiale en font également partie.

En Turquie, le fascisme doit être aboli dans un premier temps. L’autre perspective pour le peuple réside dans la lutte pour un socialisme authentique, une société sans exploitation et sans oppression. Cette lutte pour un véritable socialisme dans les différents pays doit être menée aujourd’hui dans le monde entier de manière coordonnée. C’est ce que représente l’ICOR la coordination et la coopération internationales des partis et organisations révolutionnaires. Les alliés des Kurdes ne sont pas l’un ou l’autre camp impérialiste, ni des gouvernements bourgeois comme l’Allemagne, qui se présentent comme démocratiques et qui, en même temps, piétinent les intérêts des Kurdes, interdisent et persécutent leurs partis. Les alliés sont le mouvement ouvrier, les révolutionnaires du monde.

En Europe même, il faut lutter contre la collaboration des pays respectifs avec le régime en Turquie.

Dans ce contexte, je voudrais aborder la construction d’un front uni anti-impérialiste que l’ICOR et l’ILPS (Ligue internationale des luttes des peuples) ont commencé. En bref, la lutte impérialiste pour la domination mondiale se fait sur le dos des peuples. Cela inclut un développement à droite dans de nombreux pays, l’établissement de systèmes proto-fascistes ou fascistes, ainsi qu’une tendance générale à la préparation de guerres impérialistes avec une intensification du danger de guerre. Pour s’opposer à cela, nous voulons construire un front uni anti-impérialiste, qui doit également être un front uni antifasciste.

Sur tous les continents, des grèves et des luttes de masse ont lieu chaque jour, qui restent souvent isolées. L’appel stipule : « La classe ouvrière internationale avec le prolétariat industriel moderne comme noyau dur ne pourra s’opposer au système impérialiste mondial et lui devenir supérieure que si elle est unie et mobilisée ! La classe ouvrière internationale doit être l’épine dorsale et la force dirigeante du front uni anti-impérialiste ».

La coopération des partis, des organisations, des syndicats, etc. dans ce front uni anti-impérialiste de la Turquie, de la Syrie, de l’Irak, de l’Iran, etc. serait importante.

Quel est votre appel aux peuples du Moyen-Orient ?

Le système impérialiste mondial est ébranlé par de plus en plus de crises. Une tendance accélérée à une crise sociétale générale du système impérialiste mondial est apparue. Dans de plus en plus de pays, les gens se rebellent contre les conditions de vie. Le Moyen-Orient en particulier est caractérisé par de nombreuses luttes du mouvement ouvrier et de masse, que ce soit au Kurdistan, en Palestine, en Iran avec de nombreuses luttes ouvrières, et dans d’autres pays.

En particulier, il y a deux peuples au Moyen-Orient qui n’ont pas d’État propre, les Kurdes et les Palestiniens. Une lutte commune de ces deux peuples, qui exige également que les réserves mutuelles soient atténuées, serait une grande force pour les peuples du Moyen-Orient dans la lutte pour la paix, la liberté et le socialisme.

Toute la situation appelle une solution révolutionnaire fondamentale. En fin de compte, l’impérialisme ne peut être aboli qu’en construisant les États socialistes unis du monde. Le socialisme/communisme est la seule perspective des peuples du monde. Il n’y a pas d’étape intermédiaire entre le capitalisme/impérialisme et le socialisme. l’on a suscité des illusions, comme maintenant en Irak, sur le fait que les intérêts de la classe ouvrière et des larges masses peuvent être représentés avec une autonomie démocratique, cela se termine par la soumission aux impérialistes. À cet égard, le renforcement des partis marxistes-léninistes dans les différents pays et le développement accru de leur coopération me tiennent particulièrement à cœur.

C’est la meilleure perspective pour les peuples du Moyen-Orient.

L’ICOR est maintenant représentée avec 60 organisations membres sur les cinq continents. Nous travaillons d’arrache-pied au renforcement de l’ICOR.

Je voudrais mentionner le succès de la 3e conférence de l’ICOR au Moyen-Orient, qui a eu lieu il y a un peu plus d’un an. Il y a été décidé de faire des efforts accrus pour renforcer l’ICOR, en particulier au Moyen-Orient. Dans cette optique, je souhaite que la construction de l’ICOR se poursuive avec succès.

ANHA

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici