La Turquie achète les journalistes occidentaux pour blanchir ses crimes à Afrin

0
818

SYRIE / ROJAVA – Après trois ans d’occupation du canton d’Afrin, la Turquie tente de redorer son image sur la scène internationale et a persuadé certains journalistes occidentaux d’entrer dans la région sous l’escorte de l’armée turque falsifier la réalité vécue par les Kurdes sous l’occupation turque. Ces journalistes ont passé sous le silence les crimes de guerre et crimes contre l’humanité commis par la Turquie et ses gangs islamistes à Afrin. 

 
En coordination avec l’État turc, un groupe de journalistes comprenant des photographes, correspondants de journaux occidentaux est arrivé à Afrin le 2 février 2021 avec un programme de visites de certains sites préparé par l’armée turque.

Le correspondant du journal espagnol « El Mundo », Angel Rivera a fait un reportage  publié le 7 février sur la situation sanitaire à la lumière du pic de Covid-19 à Afrin. Le journaliste a rencontré des colons transférés d’Idlib, de Homs et d’autres villes syriennes sans se demander ce qu’il était advenu des habitants d’Afrin qui ont été remplacés.

Les sources du site d’information Hawar news ont été informées que l’armée turque a emmené les journalistes dans les familles kurdes habitants encore dans la ville et leur a dit qu’il s’agissait d’une délégation américaine.

Fabriquer des faits

Ce reportage manque de professionnalisme et d’objectivité. Il ne rapporte que le point de vue officiel de la Turquie. Le journaliste se concentre sur les attentats, en mettant la responsabilité sur les YPG sans fournir aucune preuve ou document;  et ignore les violations et les crimes que l’armée d’occupation turque et ses mercenaires islamistes ont commis. Il accuse les YPG des attentats dont le plus important fut le camion, qui a coûté la vie à des dizaines de civils.

L’article n’aborde pas les centaines de crimes commis par l’État turc contre les femmes et les civils, et ne parle pas non plus des enlèvements documentés par les organisations internationales et locales de défense des droits de l’homme. Au contraire, le correspondant a blanchi et légitimé l’occupation turque à Afrin et a montré une version complètement différente de la réalité factuelle.

Quant au « New York Times » américain, il a publié un article après l’entrée de son correspondant à Afrin dans lequel les intentions cachées entre ses lignes ne peuvent être comprises que par l’introduction. Le correspondant américain a commencé ainsi :  « La Turquie est la seule force internationale sur le terrain qui protège environ cinq millions de civils déplacés et vulnérables. Aujourd’hui, ce sont les soldats turcs qui se tiennent entre eux et un probable massacre aux mains des forces du président Bachar al-Assad et de ses alliés russes ».

Le correspondant américain a également légitimé l’occupation turque « démontrant les réalisations en matière d’infrastructures, d’éducation et de services de santé ». Il n’a pas parlé des destructions causées par les raids turcs, ni des dégâts environnementaux causés par l’abattage de plus de 1 200 oliviers, selon l’organisation des droits de l’homme Afrin – Syrie.

Des réactions indignées 

Ces articles ont provoqué une vague de colère sur les réseaux sociaux parmi les Kurdes et les internautes, incitant de nombreux journalistes à publier des articles clarifiant les crimes et les violations commis par l’État turc d’occupation et ses groupes affiliés dans la région africaine.

Le journaliste israélien, Seth Franzman, a répondu à un article publié par le journal américain dans un article du Jerusalem Post, le 17 février, en citant des rapports publiés par Amnesty International et l’Organisation des droits de l’homme. Franzman a souligné que le journal « blanchit l’occupation militaire turque à Afrin et le nettoyage ethnique contre le peuple kurde ». Le journaliste a été surpris par l’absence de la voix de l’autre partie dans l’article du New York Times, qui rapporte généralement la voix des deux parties : « En couvrant Afrin, il semblait ne donner une place qu’aux responsables de l’occupation militaire turque et aux voix pro-Ankara. »

Franzman a ajouté que la Turquie met en place le changement démographique dans la région, notant que « la déportation des Kurdes et des Yazidis et la réinstallation des colons d’autres villes syriennes est très similaire à ce que le régime nazi allemand a fait lorsqu’il a occupé des zones en Europe de l’Est, où les nazis ont envoyé des Allemands dans les zones après avoir déplacé les habitants d’origine. »

Dans le même contexte, le journaliste espagnol Carlos Zorotosa a répondu aux deux articles par un reportage publié dans le journal basque Gara le 24 février dernier, sous le titre : « La colère kurde après l’opération – lavage du visage de l’occupation turque à Afrin ».

Zorotosa déclare : « Mon attention a été attirée sur l’accès exclusif à une région contrôlée par les milices islamistes, mais surtout, par le parti pris en faveur des occupants turcs. Il y a eu quelques tweets de journalistes espagnols et kurdes en Europe qui ont fortement critiqué les deux journaux, leur couverture subjective et très partiale de l’État d’occupation turc.

Ces reportages sont les premiers du genre après l’entrée des journalistes dans la région. Il est prévu que d’autres documents liés à divers sujets soient publiés, selon le programme de visite que nous avons obtenu de sources fiables. Ces visites font suite aux accusations généralisées des forces d’occupation turques et des groupes de mercenaires qui leur sont affiliés par les organisations internationales des droits de l’homme, mais la publication de ces rapports a montré le contraire et ce que la Turquie voulait, comme l’a confirmé le journal américain : « Comment la Turquie a-t-elle modernisé la ville et amélioré les conditions de vie de la population en introduisant sa monnaie et en alimentant la région par les lignes électriques turques, et comment les organisations d’aide turques aident-elles la population. »

Selon les analystes, la principale raison pour laquelle la Turquie a emmené des journalistes dans cette région après trois ans d’occupation, est de couvrir ses crimes documentés et publiés par les plus importantes organisations concernées par les crimes de guerre dans les zones de conflit, en plus de donner des points positifs aux reporters en Turquie, « devenue l’un des pays les plus répressifs pour la liberté d’expression, le journalisme et les journalistes », selon Reporters sans frontières (RSF).

ANHA

 

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici