ROJAVA. Problème de surpeuplement dans le camp de réfugiés de Girê Spî

0
560
SYRIE / ROJAVA – Des civils de la région kurde de Girê Spî fuyant les attaques de l’armée turque et ses gangs depuis 9 octobre 2019 continuer à arriver au camp de réfugiés de Girê Spî déjà surpeuplé, créant des problèmes sanitaires et humanitaires.
 
L’administration du camp de réfugiés de Girê Spî a annoncé que le camp avait dépassé sa capacité, ce qui suscitait de graves inquiétudes alors que de plus en plus de réfugiés continuent d’arriver.
 
Depuis octobre dernier, l’administration du camp a commencé à agrandir la troisième zone afin d’accueillir 600 familles de réfugiés. Des civils de Girê Spî ont été déplacés à la suite des attaques de l’armée turque occupée contre les régions du nord et de l’est de la Syrie le 9 octobre 2019.
 
Le camp de réfugiés de Girê Spî, situé près du village de Til Seman, au nord de la ville de Raqqa, a commencé à accueillir 725 familles et 3 530 réfugiés dans les tentes de première et deuxième section le 22 novembre de la même année.
 
L’administration du camp est confrontée à des difficultés en raison de l’arrivée quotidienne de familles de réfugiés dans le camp, car elles ne peuvent pas louer de maisons à Raqqa et Tabqa.
 
L’administration du camp a dû conclure des accords avec certaines organisations travaillant dans la région pour poursuivre l’expansion du camp en raison des ressources limitées. L’administration travaille à résoudre le problème d’agrandissement, reconstruction du camp, assurer les travaux d’assainissement et la construction de puits et l’approvisionnement en électricité du camp.
 
Le coprésident de l’administration du camp, Mihemed El-Şêx, a appelé les organisations à les aider et à poursuivre l’agrandissement des tentes de la troisième section et à accueillir les familles de réfugiés qui viennent au camp chaque jour.
 
L’administration a dû accueillir une cinquantaine de familles de réfugiés du canton de Girê Spî et les installer avec d’autres familles jusqu’à ce que l’agrandissement de la troisième étape soit achevé.
 
Le coprésident El-Şêx a appelé les parties concernées et les organisations humanitaires à achever l’expansion de la troisième zone pour accueillir les familles immigrées dès que possible.
 
Les travaux d’extension de la troisième section du camp devaient être achevés d’ici un mois, mais les travaux ont été suspendus il y a deux mois.
 

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici