TURQUIE. Les étudiants LGBT de Boğaziçi: Unis, nous gagnerons

0
701
Pancarte : Nefret ödürür - la haine tue (ra)
« Nous devons nous rappeler que ces administrateurs ont d’abord été nommés dans les villes du Kurdistan. Si nous avions protesté à l’époque, peut-être que les choses auraient été différentes aujourd’hui. (…) Ces manifestations sont organisées par des personnes homosexuelles, des femmes, des groupes d’opposition. Si nous mettons fin à notre lutte maintenant, le pays entier sera gouverné par ces administrateurs nommés par l’État. »
 
ISTANBUL – Les protestations contre l’administrateur nommé à l’université istanbuliote de Bosphore (Boğaziçi) par le président Recep Tayyip Erdoğan se poursuivent depuis le 1er janvier. Medya News s’est entretenu avec des étudiants LGBTI de l’Université Boğaziçi qui ont été à l’avant-garde de la résistance des étudiants de l’université.
 
Selon une déclaration du vice-ministre de l’intérieur İsmail Çataklı, le 4 février 2021, 528 personnes qui ont participé aux manifestations de soutien aux étudiants de Boğaziçi ont été détenues dans 38 provinces de Turquie.
 
Deux de ces personnes ont été emprisonnées et 498 personnes ont été libérées, dont 108 sont sous contrôle judiciaire. Alors que 28 affaires étaient en cours à Istanbul, le vice-ministre de l’intérieur İsmail Çataklı a déclaré que parmi les 45 personnes détenues, 22 d’entre elles avaient des liens avec des organisations « terroristes ».
 
La communauté universitaire lesbienne, gay, bisexuelle, trans et intersexuelle (BÜLGBTI+) de Boğaziçi a annoncé le 18 février 2021 que 9 personnes ont été arrêtées et 25 personnes sont assignées à résidence. 3 personnes ont été enlevées de force par la police le 18 février 2021 à Ankara, ont été torturées puis jetées sur un terrain vague. Leur « crime » était de se joindre aux protestations. Aujourd’hui, Boğaziçi L’université et le quartier de Hisarüstü sont toujours soumis à un lourd blocus policier qui dure depuis 45 jours.
 
Le directeur de la communication de la présidence, Fahrettin Altun, a déclaré sur les médias sociaux que le club d’études des lesbiennes, gays, bisexuels, trans et intersexuels (BÜLGBTI +) de l’université Boğaziçi a été fermé. Selon la décision signée par le recteur de l’université Boğaziçi, Melih Bulu, la demande de statut de club d’études pour lesbiennes, gays, bisexuels, trans et intersexuels (LGBTI+) de l’université Boğaziçi a été rejetée. La raison en est une exposition, qui n’a pas été organisée par le club lui-même et qui comprenait des œuvres qui contestaient l’hégémonie de l’Islam sunnite et l’homophobie, comme une photo de la Kaaba de La Mecque qui comprenait un drapeau LGBT et une photo du personnage mythologique culturel féminin kurde, Shahmaran.
 
En réponse au discours de haine homophobe contre les lesbiennes, les gays, les bisexuels, les transgenres et les intersexuels (LGBTI+), et contre la fermeture du club estudiantine LGBTI+ Boğaziçi et la violence policière, une pétition a été organisée et a été remise. La pétition #beraberiz (nous sommes ensemble) a été lancée le 7 février et 328 organisations non gouvernementales l’ont signée en une semaine.
 
« Nous voulons que la police qui s’en prend aux élèves et le recteur Melih Bulu, nommé par l’État, quittent immédiatement notre école. J’ai honte d’être au même endroit que ces gens qui font tout simplement tout ce que le gouvernement dit. Nous savions que les clubs d’étudiants allaient fermer parce que des gens comme Melih Bulu ont peur des jeunes organisés et ils ont peur de nous, les personnes LGBTI+. Nous continuerons à résister comme nous l’avons fait dans le passé », a déclaré Umut, un étudiant de l’université Boğaziçi et un militant LGBTI+.
 
Une autre étudiante [kurde], Helin, est d’accord avec lui : « Ils ont peur de nous aujourd’hui comme ils avaient peur de nous dans le passé. Nous voulons avoir le droit d’étudier dans nos universités que nous avons gagnées. Nous, les femmes, sommes toujours contre l’oppression et la violation des droits », dit-elle.
 
La résistance des étudiants de Boğaziçi ne se limite pas seulement au campus universitaire selon elle.
 
« Non seulement à l’université de Bogazici, mais nous continuerons aussi à résister partout en Turquie et au Kurdistan. Le Parti de la justice et du développement (AKP) a attaqué les belles personnes de ce pays, ils ne se soucient que de la capitale et de leur soutiens, nous pouvons le constater en tant que femmes socialistes, et nous luttons contre cela depuis des années.”
 
Un autre étudiant de l’université Boğaziçi, Mehmet Emin, a déclaré que la nomination de Melih Bulu comme recteur n’était pas une surprise pour eux et qu’ils s’attendaient à ce qu’un recteur soit nommé.
 
« Cela ne devrait pas être considéré différemment des administrateurs nommés par l’État AKP qui ont été imposés de force aux municipalités du HDP », a déclaré Mehmet.
 
« Nous devons nous rappeler que ces administrateurs ont d’abord été nommés dans les villes du Kurdistan. Si nous avions protesté à l’époque, peut-être que les choses auraient été différentes aujourd’hui. Le gouvernement ne veut pas d’opposition. Ces manifestations sont organisées par des personnes homosexuelles, des femmes, des groupes d’opposition. Si nous mettons fin à notre lutte maintenant, le pays entier sera gouverné par ces administrateurs nommés par l’État. Nous demandons également que nos amis détenus soient immédiatement libérés. »
 
L’étudiant et activiste LGBTI+ kurde, Baran a déclaré que les étudiants LGBTI+ sont l’un des groupes les plus organisés de l’université Boğaziçi et a déclaré que le Club LGBTI+ a été fermé parce qu’il a été vu comme une menace par le pouvoir pour son haut niveau d’organisation au sein des étudiants LGBTI+.
 
« Nous, en tant qu’étudiants de LGBTİ+, respectons le droit de vivre et nous protégeons. Si nous défendions nos droits au Kurdistan, si nous étions capables de mettre fin aux violations des droits humains au Kurdistan, aujourd’hui nous ne nous battrons pas avec ceux qui sont au pouvoir. Il y a maintenant des administrateurs partout, dans les villes et les universités. Ce n’est ni juste ni équitable. Nous n’acceptons pas cela et nous continuerons à résister. Ne nous laissez pas seuls, nous gagnerons si nous sommes solidaires. Nous savons que seulement unis, nous gagnerons ! »
 

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici