IRAN. Rassemblement devant le palais de justice de Sanandaj contre la condamnation d’une enseignante kurde

0
203
IRAN / ROJHILAT – Des civils et des militants se sont rassemblés devant le palais de justice de Sînê pour protester contre la condamnation de Zara Mohammadi pour avoir enseigné la langue kurde aux enfants kurdes.
 
Un groupe de civils et de membres de l’Association Nozhin s’est réuni devant le palais de justice de Sanandaj (Sînê) dans la matinée du 20 février pour protester contre la décision du tribunal condamnant Zara Mohammadi à cinq ans de prison.
 
Zara Mohammadi elle-même était également présente au rassemblement organisé à la veille de la Journée internationale de la langue maternelle.
 
Les manifestants ont protesté pacifiquement contre la condamnation et l’interdiction de l’enseignement dans la langue maternelle en Iran, brandissant des pancartes avec des slogans kurdes, ont déclaré des sources à Kurdistan Human Rights Network (KHRN), une ONG kurde de défense des droits humains.
 
Certaines des pancartes vues dans les vidéos reçues par le KHRN lors du rassemblement indiquaient: «Non à la condamnation sans preuves», «La peine de Zara est un procès contre la langue», et «L’éducation dans la langue maternelle est notre droit et notre demande».
 
Ces derniers jours, un grand nombre de civils kurdes ont également protesté contre le verdict contre Mohammadi via les réseaux sociaux.
 
Zara Mohammadi, membre de l’Association Nozhin de Sanandaj et professeur de langue kurde, a été condamnée la semaine dernière par la quatrième chambre de la Cour d’appel de la province du Kurdistan à cinq ans de prison. La première chambre du Tribunal révolutionnaire islamique de Sanandaj l’avait précédemment condamnée à 10 ans de prison.
 
Les avocats de Mohammadi considèrent l’accusation de «former un groupe et une association dans le but de perturber la sécurité nationale» contre leur client comme injuste et non étayée par des preuves. Ils ont dit qu’ils demanderaient un nouveau procès. Zara Mohammadi avait également posté sur son compte Instagram personnel après avoir confirmé le verdict de la Cour d’appel que «prononcer une peine de cinq ans de prison sans preuve ni raison, et quels que soient les faits, est l’injustice ultime».
 
Zara Mohammadi a été arrêtée par les forces de sécurité à Sanandaj le 23 mai 2019 et libérée sous caution de 700 millions de Tomans iraniens – près de 28300 dollars américains – le 2 décembre après avoir passé six mois en détention provisoire.
 
Le 13 novembre 2019, Amnesty International a déclaré dans un communiqué que la détention de Mohammadi était «arbitraire» et a appelé à une action immédiate pour sa libération inconditionnelle.
 
Le communiqué indique que les interrogateurs de sécurité avaient menacé Mohammadi d’arrêter les membres de sa famille si elle ne coopérait pas. Il est à noter qu’elle s’est vu refuser l’accès à ses médicaments malgré des problèmes gastro-intestinaux au moment de son arrestation.
 
Front Line Defenders, une organisation internationale de défense des droits humains, a également publié récemment une déclaration condamnant la condamnation et a déclaré qu’elle pensait qu’elle était «en représailles pour son travail pacifique et légitime de défense et de promotion des droits humains en Iran et de sensibilisation aux problèmes juridiques et culturels. les droits que les groupes ethniques sont autorisés à exercer dans le pays conformément à l’article 15 de la Constitution iranienne.»
 
L’Association Nozhin, avec l’autorisation officielle du ministère de l’Intérieur, organise depuis quelques années des cours de langue kurde dans diverses villes du Kurdistan de l’Est (Rojhilat). Cette organisation civique a également été active dans l’aide aux sinistrés du Lorestan ces derniers mois.
 
 

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici