ROJAVA. « La ceinture turco-daechienne remplace la ceinture arabe »

0
511

SYRIE / ROJAVA – « La démographie des terres les plus stables et les plus sûres de Syrie est modifiée par le plan conjoint de l’ONU, des États-Unis, de la Russie et de l’Union européenne. La « ceinture arabe », qui avait été construite par le régime Baas, a été transformée en une « ceinture turco-daechienne » par le réseau international de pyromanes », écrit le journaliste kurde Ferda Çetin dans l’article ci-dessous.

Un jeu de dupes qui se déroule insidieusement sous les yeux de tous

Les acteurs sont « respectés », donc ses illusions sont plus que prévues. Au Rojava, les Kurdes et d’autres peuples sont expulsés de leurs terres où ils vivent depuis des centaines d’années. Ces terres ont été prises aux propriétaires remis à la Turquie et à DAECH.

La Chambre des représentants américaine, l’ancien président de la Commission des affaires étrangères Eliot Engel, a décrit l’ancien président américain Donald Trump comme « un pyromane se faisant passer pour un pompier ».

Il y a tellement de pyromanes …

La démographie des terres les plus stables et les plus sûres de Syrie est en train de changer grâce au plan conjoint des Nations unies (ONU), des États-Unis, de la Russie et de l’Union européenne (UE). La « ceinture arabe », autrefois construite par le régime Baas, est maintenant transformée en une « ceinture turco-daechienne » par le réseau international de pyromanes.

À la frontière entre la Syrie et la Turquie, 50 000 maisons construites à Mashhad constituaient une partie importante de ce plan. Le premier objectif de ce puzzle est de construire des logements pour 1 million de réfugiés dans la « zone de sécurité ». Si rien n’est fait pour les empêcher, ces villes seront agrandies le long de la frontière.

La « ceinture turco-daechienne » créée dans le nord de la Syrie et au Rojava n’est pas achevée ; elle est mise en place étape par étape, les peuples de la région et le public mondial s’y habituent.

Souvenons-nous :

Le 18 janvier 2018, la Russie a ouvert son espace aérien à l’aviation turque, amenant des troupes à la frontière syrienne. Deux jours plus tard, l’armée nationale syrienne (SNA ou ANS), formée par l’armée turque et les groupes armés qui lui sont affiliés, a occupé Afrin.

Le 7 octobre 2019, l’administration américaine a annoncé le retrait de ses forces militaires en Syrie. Le 9 octobre 2019, les terres et l’espace aérien à l’est de l’Euphrate ont été ouverts à l’État turc. La Turquie, ainsi que les gangs de DAECH qui étaient à Serêkaniyê sont entrés et ont occupé Gire Spî. Le président turc Erdoğan a annoncé lors de la 74e Assemblée générale de l’ONU que la frontière syrienne serait transformée en « zone de sécurité ». Bien qu’il s’agisse d’une violation de la souveraineté de l’État, ni le Secrétaire général ni les membres de l’ONU n’ont émis d’objection.

Au contraire, le Secrétaire général de l’ONU Antonio Guterres a déclaré qu’il soutenait l’invasion en disant : « L’ONU examinera les plans de zone de sécurité que l’État turc établira dans le nord de la Syrie », après sa rencontre avec Erdogan à Istanbul le 31 octobre 2019.

La chancelière allemande Angela Merkel a non seulement fourni toutes sortes de soutiens politiques et économiques à l’État turc, mais a également convaincu les pays de l’Union européenne de ce plan. Merkel a également convaincu les membres de l’Union européenne qui veulent réduire l’aide financière, de verser des aides supplémentaires à la Turquie. Il y a trois jours, Merkel a fait un pas de plus et a levé les sanctions contre la Turquie.

Au Rojava, la ceinture turco-daechienne a été menée ouvertement. En fait, tout le monde savait que le capitaine ment et a vu que les dés étaient pipés.

J’avais écrit dans cette rubrique le 8 novembre 2019 ;

« Les Kurdes et les peuples du nord de la Syrie seront expulsés de Serekaniyeê et Girî Spî et exilés dans les déserts syriens ; les bandes de violeurs, de pilleurs et de voleurs de DAECH seront placées sur leurs terres. La sensibilité de la Turquie qui tente de couvrir d’un mensonge est liée à sa sensibilité concernant la sécurité des frontières et l’affaire du terrorisme. Ce plan n’a pas de secret ».

Ils veulent mettre fin à leurs économies et productions autosuffisantes et les rendre dépendants.

Si ce plan est mis en œuvre, Erdogan construira des bâtiments pour les réfugiés et des villes avec le TOKI sur les terres abandonnées par les Kurdes. Les gangs de DAECH vivront dans leurs nouveaux lieux « dans la paix et la joie ».

Ainsi, l’afflux de réfugiés en Europe, en Russie et dans le Caucase sera évité. C’est le plan et les avantages communs de ceux qui soutiennent ouvertement et secrètement l’occupation turco-daechienne.

L’observatoire syrien des droits de l’homme (OSDH ou SOHR) basé en Grande-Bretagne a déjà annoncé que 50 000 mercenaires de DAECH combattaient activement en Irak et en Syrie. Tous les combattants sont morts ? Se sont-ils tous évaporés ou sont-ils devenus invisibles ? Bien sûr que non.

Ils continuent à se battre pour la Turquie à Idlib, au Karabakh et en Libye. Les Nations unies, les États-Unis, la Russie, l’Allemagne et l’Union européenne savent très bien qu’ils sont sous le contrôle de la Turquie et savent très bien que c’est un crime au regard du droit international.

Après la guerre de Libye, ils ont trouvé une « nouvelle » tactique pour ne pas voir la vérité en face : des forces militaires sous le contrôle de la Turquie [au lieu de dire que ce sont des mercenaires islamistes enrôlés par la Turquie].

On attend un bénéfice de cette vulgarité : Ces mercenaires, dont ceux d’Al-Qaïda, d’Al Nosra ou de DAECH, sont des terroristes selon la communauté internationale et devront être capturés, jugés et sanctionnés. L’État turc, qui est leur principal soutien, fera inévitablement l’objet d’un jugement international.

En inventant le terme « les forces militaires turques », ils supposent que le meurtre, le vol, le pillage et le viol n’ont pas eu lieu ; par conséquent, DAECH et la Turquie seront acquittés. (…) Qu’est-ce qui rapproche ces forces qui ont des contradictions profondes et irréconciliables en Syrie ? Que peut-on faire contre ce grand siège et cette grande hostilité ? (…)

La version anglaise est à lire sur le site ANF

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici