Le parlement turc et les esclaves sexuelles kurdes des gangs de la Turquie

0
570

En décembre 2020, un apport de Sky News a révélé que la Turquie avait transféré en Libye de nombreuses femmes kidnappées dans le canton kurde d’Afrin comme esclaves sexuelles pour les mercenaires syriens envoyés en Libye. Des actes qualifiés de crimes de guerre selon les lois internationales…

Le parlement turc censure les questions relatives aux femmes capturées au Rojava

Après ce rapport, la députée du Parti démocratique des peuples (HDP), Tulay Hatimogullari a interpellé le ministre des Affaires étrangères, Mevlüt Çavusoglu au sujet des femmes kurdes envoyées en Libye comme esclaves sexuelles par l’Etat turc.

Non seulement, la députée n’a pas eu de réponse, mais sa question n’apparait pas non plus dans les registres du parlement turc. On craint que le pouvoir turc veuille tout simplement censurer ce sujet relatif à la capture et vente comme esclaves sexuelles des femmes et filles kurdes par les forces armées alliées à la Turquie dans les régions syriennes occupées par la Turquie.

Militante et journaliste spécialisée sur les violations des droits des femmes dans les régions syriennes occupées par la Turquie, Meghan Bodette rappelle que depuis plusieurs années, des députées du parti HDP ont déposé de de nombreuses questions parlementaires concernant l’implication des mercenaires syriens de la Turquie dans le kidnapping, viol, torture, meurtre et la vente des femmes et filles kurdes capturées au Rojava. Presqu’aucune de ces questions n’ont reçu de réponse. Pire encore, elles n’ont même pas été enregistrées au registre parlementaire. Le parlement turc censure les questions relatives aux crimes de guerre commis par les forces turco-jihadistes en Syrie et dit « circulez, il n’y a rien à voir. »

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici