ROJAVA. Un centre médical pour femmes du village JINWAR: « Nous reprenons le savoir »

0
385
SYRIE / ROJAVA – En pleine épidémie de Covid-19 qui frappe les régions kurdes de Syrie, la communauté féminine de Jinwar s’agrandit et a créé un centre de médecine naturelle. Et maintenant, elle rêve d’avoir une ambulance. Le reste du Rojava est toujours en proie aux coupures d’eau et menacé d’invasion par la Turquie.
 
A Jinwar, un village de femmes (et d’enfants) au Rojava, au nord de la Syrie, Sifa Jin a été inauguré le 4 mars dernier. Ce centre de médecine naturelle a pour but de prendre soin des habitantes de Jinwar et des villages environnants, mais aussi de répondre – avec de la pratique – à certaines questions.
 
Y a-t-il une autre façon de comprendre le concept de santé ? Pouvons-nous prendre soin les uns des autres d’une manière différente de celle à laquelle nous sommes habitués ?
 
La SIFA JIN est gérée par sept femmes (dont deux médecins internationalistes), qui travaillent dans la clinique de manière horizontale et en relation constante avec Jinwar et ses habitantes.
 
Au cours de ces mois, alors que le monde a été dévasté par la crise pandémique et est incapable de protéger la santé de ses citoyens, les femmes de Sifa Jin ont réussi à faire beaucoup : elles ont rendu visite à un millier de personnes parmi les femmes et les enfants, elles ont organisé trois séminaires dans les régions environnantes et sept à Jinwar, elles ont produit de nouveaux médicaments grâce à la collecte de plantes médicinales.
 
Ils travaillent sur la base des principes de Jineolojî (la science des femmes), selon lesquels la santé est le miroir de la société dans laquelle nous vivons et, comme le traitement, elle doit être comprise de manière holistique. « Nous voulons que les femmes connaissent leur corps et la relation entre leur mal-être et leur situation de vie », nous disent-elles les femmes de Jinwar. Ce n’est pas un hasard si nombre des problèmes rencontrés jusqu’à présent ont trait à des situations d’oppression familiale.
 
« Nous voulons également que les femmes reprennent connaissance de la médecine naturelle et redeviennent actives dans le processus de guérison, comme c’était le cas avant la naissance du système capitaliste, lorsqu’elles étaient des figures fondamentales de la communauté ».
 
Tous ces changements, selon Jineolojî, ne peuvent se produire que lorsque les femmes s’unissent pour renverser le paradigme actuel. C’est pourquoi, jusqu’à présent, « la chose la plus importante à Sifa Jin a été la construction et le renforcement de relations significatives et belles entre les femmes ».
 
Des relations qui se développent et des liens qui se renforcent également grâce à des relations constantes en dehors de Jinwar. C’est pourquoi le Réseau Jin – un réseau de femmes et de libre subjectivité en solidarité avec le mouvement des femmes kurdes – a lancé en juin dernier le financement participatif de « Art for Jinwar ». Nous soutenons l’écovillage des femmes, où la vie est une révolution » peut-on lire sur le site de Produzioni dal basso.
 
Le réseau entend soutenir l’achat d’une ambulance, indispensable pour atteindre d’autres femmes et intervenir dans les situations d’urgence et de guerre.
 
« L’idée est venue pendant notre confinement, nous voulions soutenir le village en prévision de la pandémie, nous leur avons donc demandé de quoi elles avaient besoin », explique Fabiana Cioni, militante du réseau Jin et doctorante à l’UAV.
 
Fabiana est allée deux fois à Jinwar et a vécu directement ce projet de vie libre parmi les femmes : « Nous voulons les soutenir car elles sont à l’avant-garde de la révolution : elles vivent selon un contrat social, libres des contraintes du système patriarcal et en accord avec les cycles naturels ».
 
Malgré la guerre et la propagation du Covid-19, le village de Jinwar continue à garantir une vie libre et complète à ses habitantes. Dans le reste du Rojava, pendant ce temps, les combats se poursuivent à tous points de vue.
 
La propagation du coronavirus mobilise de manière décisive les énergies du Croissant-Rouge kurde, de l’administration autonome et d’autres organisations dans la région.
 
Dans la région de Hasakeh, la Turquie continue de bloquer l’accès à l’eau pour 1,2 million de personnes, grâce au contrôle de la station de pompage d’Alouk, près de Serekaniye.
 
Dans le même temps, le nombre de crimes documentés dans les territoires occupés (d’Afrin à Serekaniye et Girê Spî) augmente, tout comme les attaques aveugles des forces turco-jihadistes contre le reste du Rojava.
 
Article d’ publié sur le site italien il manifesto

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici