ALLEMAGNE. Une jeune femme kurde reçoit le Prix national d’intégration

0
980
ALLEMAGNE – Bijîn Alhassan, une jeune femme kurde qui a dû fuir la guerre au Rojava, a reçu le Prix national d’intégration des mains d’Angela Merkel à Berlin.
 
Bjeen Alhassan, lauréate du Prix de l’intégration 2020, aide les femmes réfugiées avec une plateforme d’apprentissage numérique en arabe, kurde, anglais et allemand.
 
Que faut-il pour que l’intégration réussisse?
 
«Renforcer les femmes» est au centre du Prix National d’Intégration (Nationalen Integrationspreis) de cette année, qui a été remis lundi à Berlin. La chancelière Angela Merkel a poursuivi avec une citation de Kurt Tucholsky: « Il n’y a pas de succès sans les femmes », a déclaré la chancelière. « Si les femmes issues de l’immigration se sentaient chez elles en Allemagne, si elles partageaient les valeurs fondamentales, alors il serait plus facile pour les enfants de bien se développer », a souligné Mme Merkel. « Les femmes sont majoritaires dans le travail d’intégration », a déclaré la chancelière. « Elles font du bénévolat, mais aussi travaillent à plein temps dans des crèches, dans les écoles – (…) en plus du travail normal », a déclaré Merkel.

 

Bien sûr, l’intégration ne peut se faire sans les hommes. «Indépendamment du sexe, je remercie tous ceux qui sont engagés dans ce travail de cohésion», a déclaré la chancelière. « L’idée de la cohésion de tous ceux qui vivent avec nous est très importante. »
 
Qu’est-ce que le Prix National d’Intégration ?
 
Le prix national de l’intégration récompense une réalisation d’intégration particulière. Le gagnant devrait être des modèles pour une intégration réussie et inspirer à s’impliquer. Cette année, le prix a été décerné pour la quatrième fois par la chancelière Angela Merkel et la commissaire à l’intégration Annette Widmann-Mauz. Le prix est doté de 10 000 euros. La cérémonie de remise des prix a eu lieu à la chancellerie.
 
Qui reçoit le prix d’intégration cette année ?
 
Le lauréat du Prix national d’intégration 2020 de cette année est Bjeen Alhassan, qui gère une plateforme d’apprentissage sur Facebook. Celui-ci s’adresse en particulier aux femmes réfugiées et les soutient dans leur carrière. Bjeen Alhassan propose des cours de langue numérique et du travail social numérique dans son groupe Facebook « Lernen mit Bijin » (« Apprendre avec Bijin »). «A travers ce groupe, je voudrais aider les femmes, leur donner de l’espoir et les encourager», souligne la jeune femme. Elle a elle-même fui la Syrie pour l’Allemagne en 2014 et vit maintenant à Hambourg, où elle a également terminé son master en 2019.
 
Désormais, elle se tourne chaque jour vers d’autres femmes de son groupe Facebook et est à leurs côtés avec des conseils et des actions dans divers domaines qui affectent la vie en Allemagne: de l’apprentissage de la langue à l’inscription à un diplôme ou à la candidature à un emploi. Bjeen Alhassan parle allemand, anglais, arabe et kurde et soutient les femmes kurdes et arabophones sur leur chemin. «La langue est la condition sine qua non pour bien arriver dans ce pays et c’est pourquoi je voudrais transmettre mes connaissances», déclare Alhassan.
 
Quels autres projets ont été sélectionnés pour le prix?
 
Au total, dix projets ont été nominés pour le prix national de l’intégration. Le focus cette année: les projets qui ont contribué à l’intégration des femmes issues de l’immigration. Entre autres choses, il a le projet « Objectif – universitaires STEM réfugiés sur le marché du travail » de l’Institut pour le développement par la qualification ( EQUAL) de l’Université des sciences appliquées de Kaiserslautern a été sélectionné. Le format offre des cours en face à face et en ligne, ainsi que l’auto-apprentissage et un programme de mentorat. La plateforme «tünews INTERNATIONAL» a également été nominée, sur laquelle des articles sont publiés en allemand, arabe, persan / dari et anglais depuis 2015. Les opérateurs du magazine veulent contribuer à un discours d’intégration des deux côtés avec des articles détaillés. Le format est soutenu par l’association à but non lucratif « KulturGUT ». (Info publiée sur le site du Gouvernement fédéral Allemand – Bundesregierung)

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici