La solitude kurde

0
788
Comment continuer à écrire quand vous êtes un.e Kurde alors que des nouvelles horribles concernant les Kurdes défilent sous vos yeux comme un long fleuve qui tarde à se jeter dans les bras de la mer?
 
C‘est ce sentiment de prêcher dans le désert, de ne pas être entendu des autres alors que votre peuple fait face à une extermination certaine qui pousse la journaliste kurde, Nurcan Baysal, a prendre sa plume pour dire la difficulté à écrire en tant que Kurde pendant ces temps troubles :
 
L’humeur d’une Kurde
 
« Depuis un moment, je n’ai plus envie d’écrire. Chaque fois que je m’assois devant mon ordinateur, je remarque un non-enthousiasme pour l’écriture. Avec chaque jour qui passe, le sentiment que j’écris sur le sable m’emporte plus loin.
 
J’ai passé la semaine dernière à regarder en boucle les informations et les vidéos de deux villageois kurdes jetés d’un hélicoptère. J’ai écouté des interviews avec leurs proches. J’ai regardé les yeux injectés de sang d’Osman Şiban allongé dans un lit d’hôpital. Je me suis assise pour écrire. Je ne pouvais pas. J’ai pensé: « Pour qui est-ce que j’écris? »
 
Mon écriture ne peut atteindre ceux qui croient que les villageois méritaient un tel sort, ceux qui croient qu’il est normal d’imputer arbitrairement des crimes aux gens et de les punir illégalement, ou ceux qui croient qu’ils «ont dû faire quelque chose». Probablement, si jamais nous obtenons un procès juste, il sera révélé que ces deux villageois n’ont en fait rien fait de mal, mais hélas, la question aura été oubliée depuis longtemps.
 
Puis je suis tombée sur des nouvelles d’Ali Boçnak, 80 ans, décédé en prison. Il avait été jugé pour avoir prié en kurde, accusé de propagande terroriste. Il a été condamné à sept ans et huit mois de prison. Il purgeait sa peine depuis 2017. Il était gravement malade.
 
L’État a fermé les yeux sur tous les appels à sa libération et Ali Boçnak est mort en prison. J’ai tweeté à ce sujet, puis un type au hasard est venu et m’a dit: « Il a dû faire autre chose! » Un autre marque la police, car j’ai «déploré la mort d’un terroriste». Il fait de moi une terroriste d’un imam de 80 ans et un partisan du terrorisme. Avec une telle facilité!
 
Peu de temps après, le ministère de l’Intérieur a lancé une opération contre le Parti démocratique des peuples (HDP) suite aux manifestations de Kobani de 2014, six ans après les faits. Quatre-vingt-deux personnes, dont des maires et d’anciens parlementaires, ont reçu des mandats d’arrêt. Pendant les premiers jours, les gens sur les réseaux sociaux se sont exprimés – je souligne que c’était sur les réseaux sociaux. Mais la majorité du pays reçoit toujours ses nouvelles de la télévision grand public. Et, grâce à la manière dont ils apprennent leurs nouvelles, ils ont probablement déjà rendu leur verdict selon lequel les détenus étaient des terroristes.
 
Je pense en moi-même: «Les médias sociaux nous trompent». Il n’y a souvent pas une réaction aussi intense à un événement que sur les réseaux sociaux. Peut-être que les gens ne sont pas non plus aussi favorables à la guerre qu’ils le semblent sur les réseaux sociaux. On ne peut plus dire. Je ne sais pas du tout à quel point les médias sociaux reflètent ce que ressent la Turquie.
 
Ce dont je suis sûre, c’est ceci: les mauvais gouvernements ont besoin d’un ennemi contre eux pour survivre. Mettre les Kurdes contre les Turcs en tant qu’ennemis, ou les Soviétiques pendant la guerre froide. Et ils doivent y garder l’ennemi. Peut-être que le gouvernement ne veut pas que la question kurde soit résolue un jour, car la seule façon de maintenir leur mauvais gouvernement est de créer des ennemis.
 
Et à la suite de cet effort, les gens ne parlent pas pour les droits de «l’ennemi». Un doute persistant demeure dans leur esprit tout le temps sur l’ennemi. «Ils ont dû le mériter, je me demande ce qu’ils ont fait, personne ne jetterait qui que ce soit hors d’un hélicoptère pour rien.
 
Les personnes jetées d’hélicoptères sont des «ennemis», le HDP est un «ennemi» dans son intégralité, ceux qui appellent à la paix sont des «ennemis», même ceux qui ne se joignent pas aux tambours de guerre sont des «ennemis». Les ennemis changent selon le contexte, parfois ils sont plus diversifiés, mais il y a aussi les ennemis constants – les Kurdes, les Arméniens.
 
Honnêtement, je ne sais pas à quel point il est significatif de continuer à écrire, d’essayer d’expliquer les choses. Les platitudes «ils seront partis à la première élection» ou «ils se noieront dans leur tyrannie» ne me disent plus rien. Le slogan «HDP n’est pas seul» perd son sens au bout d’un certain temps. HDP n’est peut-être pas seul, oui. C’est, après tout, un parti pour lequel six millions de personnes ont voté.
 
Mais le fait est que ces six millions de personnes sont aussi des «ennemis». S’ils s’expriment, ils pourraient être emprisonnés ou jetés hors d’hélicoptères. Tous les chants de «tel ou tel n’est pas seul» ne changent en rien l’image que je vois quand je ferme les yeux, et l’ambiance dans laquelle ça me met: Ayhan Bilgen, le maire de Kars, désormais démis de ses fonctions du parlement, le sociologue, le chroniqueur, l’activiste de la société civile, est seul dans une prison, avec un sac en plastique à moitié plein de tous ses biens terrestres actuels. »
 
 

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici