Viol, une arme de guerre redoutable braquée sur le peuple kurde

0
585
TURQUIE / BAKUR – Hier, un sergent turc a tenté de violer une fillette de 13 ans dans la ville kurde de Sirnak. Mais des riverains alertés par les cris de la fillette ont pu la « sauver » in-extremis des mains du militaire. Connaissant l’impunité accordée aux forces armées turques pour le massacre, la torture, le viol de femmes, d’enfants kurdes… on peut être sûr que rien de « méchant » n’arrivera à ce militaire en terre kurde colonisée.
 
Après près d’un siècle du partage du Kurdistan entre 4 Etats colonialistes qui sont la Turquie, Iran, Irak et la Syrie, on a eu droits des milliers d’exemples de viols commis par les militaires -depuis l’époque d’Ataturk lors des massacres de Dersim, Zilan, Koçgiri…, sur les femmes, enfants et hommes kurdes et qui sont restés impunis. D’ailleurs, les déclarations d’hier soir du préfet de Sirnak, minimisant à l’extrême la tentative de viol de la fillette kurde, annonce la suite logique de cette affaire… En effet, comment attendre d’un Etat qu’il condamne ses soldats violeurs qui ne font que réaliser les voeux de leur pays, à savoir la destruction de la société kurde dans son ensemble par une guerre sans merci où le viol est une arme redoutable de premier choix ? Une telle condamnation viendrait à ce que cet Etat se condamne lui-même. Avouez que cela n’arrivera jamais tant que la Turquie aura la supériorité militaire sur les Kurdes.  
 
Etant donné les visés néo-colonialistes du sultan Erdogan, dirigeant de la Turquie, on risque d’assister encore longtemps aux viols et féminicides des femmes kurdes commis par les soldats turcs et des mercenaires armés au Kurdistan du Nord, mais aussi dans les régions kurdes du Rojava, dans le nord de la Syrie, occupées par la Turquie, avec l’approbation de l’OTAN, de l’ONU qui considère le viol comme un crime de guerre et même de la Russie…   
 

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici