TURQUIE. 267 corps de combattants kurdes enfouis sous un trottoir d’Istanbul

0
458
TURQUIE / BAKUR – Mêmes morts, les Kurdes ne peuvent échapper à la haine de l’Etat turc. Leurs cadavres sont attaqués, mutilés, déterrés, leurs cimetières profanés, tout cela depuis plusieurs décennies déjà, sans que la communauté internationale montre le moindre gêne face à de tels crimes contre l’humanité.
 
Fin 2017, le gouvernement turc a ordonné la destruction du cimetière des martyrs de Garzan et déporté les ossements de centaines de guérilleros à Istanbul. On a découvert par hasard qu’ils y étaient mis dans des boîtes en plastique et enfouis sous un trottoir d’istanbul.
 
En décembre 2017, l’État turc a ordonné la destruction du cimetière des martyrs de Garzan, dans la province de Bitlis, au Kurdistan du Nord. Le cimetière est situé près du village d’Oleka Jor (Upper Ölek), où des centaines de membres des forces armées kurdes d’HPG et YJA-Star (forces affiliées au PKK) et les YPG / YPJ ont été enterrés. Leurs corps ont été exhumés après la destruction du cimetière sur ordre du parquet d’Istanbul et emmenés au service médico-légal d’Istanbul. Ils ont ensuite été enterrés dans le cimetière juif de Kilyos. Les restes des combattants kurdes ont été enterrés dans une section réservée aux «anonymes».
 
 
Jusqu’à présent, on pensait que les corps de 267 combattants tombés enterrés à Garzan avaient été exhumés par les forces de sécurité turques et emmenés à Istanbul. Selon les recherches de l’agence de presse Mezopotamya (MA), 282 corps ont été emmenés à Istanbul. Seuls 21 corps ont par la suite été remis à des proches. Les corps de 261 morts sont toujours enterrés à Kilyos. Cependant, pas dans des tombes ordinaires, mais emballés dans des boîtes en plastique et empilés les uns sur les autres sous un trottoir.
 
Le respect envers les morts est l’une des valeurs fondamentales de l’humanité
Pour le gouvernement AKP / MHP, qui combat même les morts kurdes, cela semble être un mot étranger. Des images récentes publiées par MA montrent toute l’étendue du traitement horrible des corps des combattants enterrés à Kilyos.
 
Jeudi, une veillée a été organisée par le bureau d’Istanbul du Parti démocratique des peuples (HDP) au cimetière de Kilyos, avec la participation de membres d’Anyakay, une association de solidarité pour les familles d’Anatolie qui ont perdu des proches. Erdal Avcı, coprésident du HDP à Istanbul, a déclaré dans un court discours: « Les tombes et les lieux de culte sont les plus anciens témoignages de la civilisation humaine. (…) Le traitement des morts de Garzan, qui ont été enterrés sous un trottoir ici à Kilyos, est irrespectueux et odieux et reflète la mentalité de l’ennemi. Nous exigeons que les attaques contre nos morts et leurs lieux de repos prennent fin. »
 

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici