Les étudiants kurdes d’INALCO ont leur propre site : Kurd’Înalco

0
197
PARIS – Les étudiants kurdes du département de kurdologie de l’Institut National des Langues et Civilisations Orientales (INALCO) viennent de créer leur site internet sous le nom de Kurd’Înalco. Ils ont également une revue du même nom (Kovara Kurd’Înalco) qu’ils publient depuis avril 2019.
 
A l’occasion de la création du site Kurd’Înalco, nous avons interviewé Sibel Er, présidente de l’association des étudiants kurdes d’INACLO.

Peux-tu nous présenter brièvement le département de kurdologie d’INALCO
 
Sibel : L’Institut national des Langues et Civilisations orientales (Inalco) est un établissement français d’enseignement supérieur ayant vocation à enseigner les langues et civilisations autres que celles originaires d’Europe occidentale. Fondé en 1669 sous le nom d’ “École des Jeunes de Langues”, il prend son appellation actuelle en 1971.
 
La langue kurde est enseignée à l’INALCO depuis 1948, introduite par le kurdologue français Roger Lescot. Au départ, seul le dialecte Kurmandji y était enseigné, aujourd’hui, on y enseigne également le dialecte sorani.
 
Des intellectuels kurdes comme Kamuran Bedirxan, Abdurehman Qasimlo et Halkawt Hakem, mais aussi non-kurdes comme Joyce Blau, ont enseigné à l’Inalco la grammaire, la littérature kurde et l’histoire du Kurdistan.
 
Aujourd’hui sont enseignés à l’Inalco les dialectes kurmandji et sorani du kurde.  Les cours en licence sont axés sur la grammaire, la pratique orale et écrite des deux dialectes.  Par ailleurs, nous avons des cours d’histoire et  de géographie du Kurdistan et depuis quelques années le cinéma kurde fait partie du parcours.
 
Avant votre revue Kovara Kurd’Înalco sortie en avril 2019, y avait-il eu d’autres revues ou journaux kurdes à l’INALCO ? »
 
Sibel : À ma connaissance non, il s’agit de la première revue des étudiants en Kurdologie à l’Inalco. 
 
Peux-tu nous présenter votre association son nom exacte? Combien de membres avez-vous et quelles sont vos activités ?
 
Sibel : L’association Kurd’Înalco a été créée il y a à peu près un an et demi. Nous sommes 6 membres du bureau, à gérer l’organisation des évènements, et plus particulièrement le côté administratif. Pour chacun de nos projet nous avons des comité différents, ainsi le comité de la revue est composé de membres qui ne sont pas forcément dans le bureau. Concernant nos adhérents qui sont environs 50, ce sont surtout les étudiants en études kurdes. La plupart se portent également bénévoles pour les activités que nous organisons. Par ailleurs, au-delà des membres, nous avons toujours eu un public important de jeunes Kurdes et de jeunes Français lors de nos différentes organisations. 
 
Nos activités sont assez diverses. Chaque année, nous faisons des journées culturelles. A l’Inalco, cela est une tradition, les associations estudiantines organisent des journées représentant leur air culturel respectif. Lors de cette journée, on fait découvrir la tradition culinaire kurde, nous proposons aussi un stand de livres en kurde, et sur les Kurdes. Les programmes de ces journées sont assez denses. On met aussi à l’honneur la projections de films kurdes, des concerts de musique et des govends [danses kurdes]. Tout projet est aussi l’occasion de créer des partenariats pour nous, donc si vous avez des projets que l’on pourrait réaliser en commun n’hésitez pas à nous en parler. 
 
Comme précisé, notre association est assez jeune, et nos ateliers commençait à prendre de l’ampleur cette année. Cette année, nous avions des ateliers de danses traditionnelles et de def. Nous avions aussi initié un atelier de soutien aux étudiants en kurde. Par ailleurs, sans cette crise sanitaire, nous étions en train de mettre en place un atelier « d’art ». Cela allait permettre de créer des visuelles artistiques, notamment en rapport avec la culture kurde, pour ensuite les exposer lors de nos journées culturelles. 
 
Enfin, la revue est aussi une grande occupation pour les membres de notre équipe. 
 
D’où est venue l’idée de la création d’un site internet en kurde ?
 
Sibel : Notre revue Kurd’Înalco est majoritairement en kurde. Alors le site internet s’adresse principalement aux lecteurs kurdophones. Cela leur permettra d’accéder directement aux articles publiés dans les différents numéros de la revue. Actuellement, on peut y trouver le numéro 1. Quant à la publication du deuxième numéro, elle est en cours. A cause de la situation actuelle [le confinement dû au COVID-19], sa sortie a été retardée de quelques mois. Nous espérons tout de même la sortir d’ici juin. 
 
Quel sont vos projets pour votre site internet et au sein de votre association ?
 
Sibel : Pour le site internet comme précisé, il concernera principalement la revue, elle restera une plateforme pour partager les articles de la revue, et permettre aux lecteurs de voir le contenu de celle-ci, et peut-être qu’ils prendront le courage de nous écrire à leur tour des articles en kurde.  
 
Quant à l’association, à la rentrée scolaire nous pensons remettre en place les ateliers de govend, de def, d’art que nous avions commencé cette année. 
 
Nous aurons aussi la journée culturelle kurde à l’Inalco, qui aura lieu le 20 novembre 2020, et ainsi que le Newroz le 19 mars 2021. 
 
La publication de la revue, est aussi un projet dont nous avons l’intention de pérenniser. 
 
On sait que de nombreux jeunes français d’origine kurde ne parle pas leur langue maternelle qui a subi un génocide linguistique du fait de son interdiction dans un Kurdistan colonisé depuis plusieurs décennies. Certains de ces jeunes expriment aujourd’hui le désir d’apprendre leur langue qui leur a été interdite. As-tu un message à transmettre à ces Kurdes qui seraient intéressés par l’étude de la langue kurde ?
 
Sibel : Je pense que toute personne consciente de la situation de sa langue maternelle devrait faire des efforts personnels pour faire vivre cette langue. Je pourrais peut-être parler de mon propre cas. C’est parce que mon niveau de kurde n’était pas assez bien, et parce que mon kurde était un kurde imprégné de mots turcs que j’ai commencé les études kurdes. Aujourd’hui, après cinq ans de proximité avec le kurde, je sais que je le maîtrise beaucoup mieux, et comme toutes les langues, on ne peut que progresser. D’ailleurs, nous savons aussi que certains la parlent parfaitement, mais n’osent pas trop à l’écrit, je voudrais leur dire qu’ils ne devraient pas hésiter à l’écrire aussi. C’est en écrivant aussi que l’on s’améliore. Le but de notre revue, est aussi d’encourager ces jeunes à s’exprimer en kurde dans les domaines de leurs études respectives, et nous croyons que cela est possible, car nous avons eu quelques exemples avec le premier numéro: Des étudiants en mathématiques, en droit n’ont pas hésité à écrire des articles, et s’ils avaient des difficultés, nous les aidions. 
 
Alors, pour les jeunes Kurdes en France désireux d’apprendre leur langue, ou bien pour ceux qui souhaitent améliorer leur niveau, ils ne devraient pas hésiter à venir s’inscrire en kurde. S’ils ont des questions, qu’ils n’hésitent pas à nous contacter pour toutes questions. 
 
Nos contacts : 
e-mail : inalcokurd@gmail.com
Facebook : Kurd’Înalco
Instagram : kurdinalco
 
Merci de nous avoir répondu à nos questions. On vous souhaite du succès dans vos travaux en cours et à venir.
 
 

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici