Un conseiller du gouvernement néerlandais : Les FDS peuvent contribuer au jugement des combattants étrangers de l’EI

0
474
« Bien qu’il soit difficile d’établir un tribunal international dans la région, d’autres pays peuvent demander l’appui des Forces démocratiques syriennes (FSD) pour poursuivre les combattants étrangers de l’État islamique », a déclaré le conseiller externe du gouvernement néerlandais dans un rapport.
 
André Nollkaemper, professeur de droit international public à la Faculté de droit de l’Université d’Amsterdam, a souligné qu’il serait difficile de créer un tribunal international sans l’appui des Nations Unies ou sans le consentement de l’Iraq ou de la Syrie dans des régions semi-autonomes comme le nord-est du pays.
 
Néanmoins, il a noté que les Forces démocratiques syriennes (FDS), soutenues par les Etats-Unis, contrôlent de facto le nord-est de la Syrie et dispose d’un système juridique « sous domination kurde ».
 
Bien qu’il ne soit pas juridiquement possible pour les FDS de parvenir à un accord avec un Etat pour créer un tribunal international, Nollkaemper a déclaré que les FDS pourraient être impliquées dans un accord entre deux ou plusieurs pays pour créer un tel tribunal.
 
« Dans la mesure où les FDS ont des membres de DAESH en détention et ont des preuves et/ou peuvent faciliter l’accès aux témoins, cela pourrait apporter une contribution importante au procès efficace des membres de DAESH », a-t-il déclaré dans le rapport, ajoutant que cela pourrait se faire sans la permission de Damas.
 
Les FDS, qui détiennent des milliers de combattants étrangers de l’État islamique et leurs familles, refusent de les juger en Syrie car elles n’ont pas la capacité de détenir indéfiniment des combattants étrangers de l’État islamique.
 
Selon un rapport de l’International Crisis Group, les FDS ont mis en place un tribunal antiterroriste dirigé par cinq juges en 2015 pour les Syriens accusés d’être impliqués dans des crimes islamiques.
 
L’un des juges a déclaré que la Cour avait traité 800 affaires locales en 2017 et 1 200 en 2018 ; elle en a 7 000 en instance.
 
Selon le professeur Nollkaemper, la création d’un nouvel organe dans la région, proche des victimes de DAECH, contribuerait à résoudre le problème des détenus de l’État islamique et à recueillir des preuves.
 
De nombreux pays de l’Union européenne craignent qu’en raison du manque de preuves, les partisans de l’État islamique ne soient rapidement libérés une fois qu’ils auront comparu devant un tribunal après leur retour au pays. C’est pourquoi, l’idée d’un tribunal pénal international pour les juger en Irak ou en Syrie semble être une solution attrayante pour eux. Le gouvernement néerlandais a également soutenu l’idée de créer un tel tribunal.
 
 

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici