Un commandant kurde prévient que si la Turquie attaque le Rojava, une grande guerre éclatera et appelle au dialogue

0
225
SYRIE / ROJAVA – Le dirigeant kurde des Forces démocratiques syriennes (FDS), Mazlum Ebdi a déclaré que si la Turquie attaque le Rojava, une grande guerre éclatera. Ebdi a appelé le régime syrien et toutes les parties concernées par le conflit syrien à instaurer un dialogue pour parvenir à une solution pacifique.
 
« Le régime ne peut pas nous exclure, ni politiquement, ni économiquement, ni militairement. Ce n’est pas comme le Kurdistan du Sud. La Syrie ne peut être un État sans la Syrie du Nord et de l’Est. »
 
Le commandant général des FDS, Mazlum Ebdi a déclaré que l’impasse en Syrie nécessite l’intervention d’Abdullah Öcalan. Ebdi a dit qu’ils ont la force de reprendre Afrin, mais qu’ils ne considèrent pas la question comme une simple question concernant Afrin, qu’ils exhortent toutes les parties au dialogue et à une solution.
 
Ebdi a dit qu’ils ont la force de reprendre Afrin, mais qu’ils ne considèrent pas la question comme une simple question concernant Efrin, qu’ils exhortent toutes les parties au dialogue et à une solution.
 
« LA TURQUIE A ÉCHOUÉ »
 
Le général Mazlum Ebdi, commandant des FSD, s’est adressé au journal Yeni Ozgur Politika et a déclaré : « Comme l’a dit le leader Öcalan, la Syrie et la Turquie sont dans une impasse. L’État turc avait une certaine stratégie au début du conflit syrien. À notre avis, ils ont échoué. En fait, même Afrin ne peut pas être considéré comme un succès. La Turquie voulait prendre le contrôle de la zone par le biais d’intermédiaires en 2011, mais elle a échoué. En 2012-2012, ils nous ont attaqués par l’intermédiaire de l’Armée syrienne libre (ASL). On est sortis plus forts et on a viré l’ASL. En 2013-2014, ils ont lancé une vaste attaque contre nous par le biais d’Al Nosra/Al Qaeda, de Derik à Afrin. Nous les avons tous repoussés et avons continué à grandir. Enfin, ils voulaient pousser DAECH sur nous pour prendre Kobane. Avec nos alliés internationaux, nous avons repoussé DAECH et nous avons quitté Deir ez-Zor. C’est un échec pour la Turquie. »
 
Entrer à Efrin n’est pas un succès pour la Turquie. Rester confiné à Afrin, c’est leur échec. Comme Erdogan l’a dit, ça aurait été un succès s’ils étaient entrés par Afrin et sortis par Derik. C’est un grand danger pour eux qu’ils soient confinés à Efrin. »
(…)
 
2 articles publiés sur le sujet par ANF
 
 
 

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici