12 ONG de défense des droits humains soumettent à l’ONU un dossier sur les crimes commis par la Turquie à Afrin

0
178
12 ONG de défense des droits humains ont soumis à trois organes de défense des droits humains de l’ONU un dossier sur les crimes commis par la Turquie à Afrin. 
 
Une délégation de 6 personnes représentant 12 organisations de défense des droits humains syriennes et internationales s’est réunie le 16 juillet au Palais des Nations Unies à Genève avec les organisations internationales de défense des droits humains suivantes :
 
1- Le Haut Commissaire des Nations Unies aux droits de l’homme (le chef de la section du Moyen-Orient)
 
2- Le Comité international d’enquête sur la Syrie (les commissaires internationaux)
 
3- Organisation internationale du mécanisme indépendant impartial (président de l’organisation)
 
Lorsque la délégation des organisations de défense des droits de l’Homme et des civils a présenté un document contenant un dossier complet de plusieurs centaines de pages, ainsi que des dizaines de photographies et de vidéos, qui prouve l’implication de l’occupation turque et des factions djihadistes affiliées à la Coalition nationale syrienne, en commettant des centaines de crimes contre les citoyens kurdes innocents dans la région d’Afrin, dont la plupart atteignent le niveau des crimes de guerre et des crimes contre l’humanité selon les quatre Conventions de Genève de 1949 et de La Haye de 1899 et 1907, et la délégation les informa des graves dangers qui menaient à l’élimination de la présence historique des Yézidis dans la région et à la destruction de leurs sanctuaires religieux.
 
Ils ont également appelé les organisations internationales à assumer leurs responsabilités juridiques et morales vis-à-vis de ce qui se passe dans la région d’Afrin, des crimes de génocide contre les Kurdes, et à déployer des efforts pour dénoncer la Turquie et en porter la responsabilité en tant que pays occupant, et adresser une recommandation au Conseil des droits de l’homme de renvoyer le dossier de l’occupation d’Afrin au Conseil de sécurité des Nations unies en guise de préparation au renvoi à la Cour pénale internationale.
 
La délégation de l’organisation de défense des droits de l’homme a également discuté de la situation en Syrie et de la situation kurde dans les autres zones kurdes en particulier, où les graves dangers et menaces auxquels ces zones sont confrontées ont été énumérés et présentés, en raison de l’intention agressive de la Turquie occuper ces zones comme ce qui s’est passé dans la région d’Afrin et diriger ses cellules dormantes de ce qui reste d’Isis pour cibler la situation sécuritaire dans les régions kurdes et dévaster les moyens de subsistance des Kurdes en déclenchant délibérément des flammes dans les champs de céréales qui ont dévoré des centaines de milliers de personnes. à la fin de la réunion, les deux parties sont convenues de tenir des réunions périodiques afin d’informer ces organisations des derniers développements sur le terrain,ces organisations internationales ont également promis d’observer la situation dans les zones kurdes en général et dans la région d’Afrin en particulier, et de faire de leur mieux pour assurer la protection des résidents civils contre les attaques qui les visent et informer le Conseil de sécurité des Nations Unies par l’intermédiaire du Conseil des droits de l’homme au sujet de la situation tragique dans la région d’Afrin, un mémorandum d’accord a également été signé par l’organisation du Mécanisme international aux termes duquel l’organisation est autorisée à utiliser les preuves et documents présentés par la délégation.un mémorandum d’accord a également été signé par l’Organisation du Mécanisme international aux termes duquel l’organisation est autorisée à utiliser les preuves et documents présentés par la délégation.un mémorandum d’accord a également été signé par l’Organisation du Mécanisme international aux termes duquel l’organisation est autorisée à utiliser les preuves et documents présentés par la délégation.
 
Le document qui a été soumis le 16 juillet à Genève par 12 organisations de défense des droits humains aux organisations internationales de défense des droits de l’Homme concernées par la situation en Syrie, en ce qui concerne la situation dans l’Afrin occupé
 
– Mme Michelle Bachelet, Haut-Commissaire des Nations Unies aux droits de l’Homme.
– M. Paulo Pinheiro, président de la Commission d’enquête internationale indépendante sur la Syrie.

– Mme Catherine Marchi – Uhel, présidente du mécanisme international chargé de la collecte des preuves des crimes de guerre en Syrie

Voici le texte accompagnant le dossier sus-mentionné : 

« Ce n’est un secret pour vous, Excellence, que la Turquie – un État membre des Nations Unies – a violé la souveraineté d’un pays voisin et d’un autre membre des Nations Unies en menant une action militaire injustifiée contre l’État de Syrie le 20/01/2018 et occuper la région syrienne d’Afrin. Ces actions, menées à l’aide d’avions, de chars et d’autres armes lourdes, constituent des violations flagrantes et flagrantes de la Charte des Nations Unies, en particulier de l’article 24) sur l’interdiction du recours à la force, de l’article 51 de la légitime défense et de l’article 33 (1) concernant la nécessité d’un règlement pacifique des différends.
 
La Turquie a tenté de tromper le public mondial en invoquant de faux prétextes de prétendu combat et de terrorisme pour fonder son action sur le maintien de la sécurité nationale. Il s’agit là d’une tentative désespérée de la Turquie pour justifier et légitimer ses violations flagrantes de l’article 51 de la Charte des Nations Unies. L’article 51 a été limité à des conditions spécifiques dans lesquelles le droit de légitime défense peut être exercé, le plus important étant la survenue d’une attaque armée. Toute mesure prise en légitime défense doit être proportionnée, conformément à la jurisprudence de la Cour internationale de Justice, et toute action engagée en vertu de l’article 51 doit être rapportée au Conseil de sécurité.
 
Selon le témoignage d’observateurs, la région d’Afrin était considérée comme l’une des plus sûres en Syrie avant l’occupation. C’était un modèle de coexistence pacifique entre diverses composantes de la diversité ethnique et religieuse syrienne. En outre, aucune atteinte à la sécurité aux frontières avec l’Etat turc n’a été enregistrée. Aucune balle n’a été tirée de la frontière administrative d’Afrin vers la frontière internationale avec la Turquie, contrairement à d’autres régions de la Syrie, impliquées dans des hostilités et l’entrée et la sortie de groupes armés radicaux en provenance de Syrie et de Turquie. À Afrin, la situation en matière de sécurité était calme et stable.
 
Dans ses déclarations et ses menaces quelques jours avant le lancement de l’opération militaire sur Afrin, le président turc Erdogan avait promis à plusieurs reprises d’écraser les Kurdes et leurs forces. Ces déclarations ont révélé son intention de lancer une guerre offensive. L’absence de menace et donc d’opération défensive se cristallise dans sa déclaration selon laquelle « si les terroristes ne se rendent pas à Afrin, nous les écraserons ». Dans un autre discours, il a commenté les déclarations américaines sur l’établissement d’un « force frontalière » dans le nord de la Syrie, promettant «de détruire cette armée terroriste à sa racine». Cela indique l’existence d’une intention préméditée par les dirigeants turcs.
 
L’attaque militaire contre Afrin constitue un acte d’agression injustifiée en violation de l’article 51 de la Charte des Nations Unies.
 
Dans son agression militaire contre la région d’Afrin, la Turquie se range aux côtés de groupes considérés comme des vestiges de l’Etat islamique et d’Al-Nosra. La plupart des dirigeants et des combattants de ces groupes figurent sur la liste du terrorisme international. La Turquie a libéré ces groupes radicaux pour l’accompagner dans la commission de crimes de guerre et de crimes contre l’humanité et à Afrin. Un des objectifs de la Turquie à Afrin est de combattre le peuple kurde. Les violations commises par la Turquie contre le peuple d’Afrin ont été documentées et corroborées par des centaines de preuves et de documents joints au présent mémorandum.
 
Cependant, ces documentations ne reflètent qu’un petit nombre des crimes qui ont été commis à Afrin. La crainte de sanctions et de représailles ainsi que les restrictions imposées par la Turquie aux communications et aux médias entrant et sortant d’Afrin ont remis en cause la documentation de crimes supplémentaires. Ces mesures sont prises pour dissimuler et dissimuler les crimes commis à Afrin.
 
Crimes d’arrestation, enlèvements et torture de civils: le nombre de détenus civils à Afrin a atteint plus de 5199 depuis le début de l’occupation turque, selon des sources fiables et transfrontalières des droits de l’homme.
 
Il existe 610 cas documentés de torture en détention en Turquie. On ignore toujours où se trouvent plus de 1 000 détenus. Les autorités d’occupation et les mercenaires des factions militaires ont forcé les personnes libérées à payer de grosses sommes d’argent: jusqu’à 10 millions de livres syriennes sont réclamées pour la libération des détenus.
 
Des crimes de pillage, de vol, de vol systématique et de lourdes taxes imposées aux citoyens pour les forcer à fuir ont été commis. Environ 377 cas de ce type ont été documentés.
 
Les crimes d’assassinat de membres des forces kurdes et de torture à mort: les forces d’occupation turques et les mercenaires des factions armées ont arrêté arbitrairement des dizaines de civils soupçonnés de collaborer avec l’ancien gouvernement kurde et ont brutalement et systématiquement torturé à mort certains d’entre eux . Les noms de 67 combattants qui sont morts aux mains des forces d’occupation turques et des factions associées de cette manière, entre le 18/3/2018 et le 29/6/2019, ont été documentés.
 
Crimes d’attaque et de destruction de cimetières et sanctuaires religieux : des Yézidis, des chrétiens et d’autres groupes religieux ont été victimes de graves attaques non seulement de la part des forces d’occupation turques, mais également des factions djihadistes syriens, qui les considèrent comme des athées méritant d’être tués et volé de leurs biens. Des sites religieux ont été ciblés (bombardement de Tel A’andara, du tombeau de Saint-Maron, de l’église de Julien et des temples archéologiques de Brad, des ruines du village de Tremisha, etc.).
 
Crime de déplacement forcé d’habitants indigènes et changement démographique: en faisant venir à Afrin des milliers de colons venus des villages de Damas, Homs, Hama et Alep, pour y habiter dans les maisons de Kurdes déplacés chassés de chez eux par la machine de guerre turque, la démographie de la région a été modifiée de manière significative. Avant l’occupation turque, 95% de la population d’Afrin était kurde. Mais à présent, environ 60% de la population d’Afrin est arabe. Les occupants ont également changé les noms des villages et des monuments de la ville, de kurdes à turcs et arabes, forçant la culture turque et l’arabisation dans la région. L’identité et l’histoire kurdes d’Afrin sont en train d’être effacées.
 
Des incendies criminels visant des milliers d’hectares de forêts et d’arbres forestiers: Dans le mont Hawar, à Jaya Khastiya, à Haj al-Hasan et dans les champs environnants du lac Meidanki, des milliers d’oliviers ont été coupés.
 
Les actes susmentionnés constituent des violations flagrantes par la Turquie des quatre conventions de Genève de 1949, de leurs protocoles additionnels de 1977 et des conventions de La Haye de 1899-1907. En outre, les crimes mentionnés peuvent constituer des crimes d’agression, de crimes de guerre et de crimes contre l’humanité au sens des articles 7, 8 et 8bis du Statut de Rome de la Cour pénale internationale, et du crime de génocide prévu à l’article 2 de la Convention sur la prévention du crime Crime de génocide et article 6 du Statut de Rome.
 
Nous, les signataires des organisations de défense des droits de l’homme et des droits civils, vous demandons de respecter vos responsabilités juridiques et morales face à la tragique situation des droits de l’homme dans la région d’Afrin en tant qu’organisations internationales s’occupant de la surveillance et de la documentation des violations des droits de l’homme dans le monde :
 
1. Envoi d’observateurs internationaux et d’enquêteurs dans la région d’Afrin pour enquêter sur les crimes qui y sont commis contre la population civile par la puissance occupante de la Turquie et les factions djihadistes de la Coalition nationale syrienne.
 
2. Condamner la Turquie en tant que puissance occupante et la tenir pleinement responsable des crimes de guerre et des crimes contre l’humanité commis dans la région d’Afrin.
 
3. Publier une recommandation et soumettre un rapport au Conseil des droits de l’homme demandant au Conseil de sécurité de renvoyer la situation à la Cour pénale internationale.
 
4. Envoi d’aide humanitaire et de secours aux personnes déplacées de la région d’Afrin dans les camps de la région de Shahba.
 
5. Garantir le retour en toute sécurité des quelque 300 000 personnes déplacées d’Afrin bénéficiant d’une protection internationale et garantissant leur sécurité.
 
6. Exiger la divulgation du sort et du lieu où se trouvent des milliers de Kurdes disparus de force et détenus, soupçonnés de travailler avec l’ancien gouvernement kurde.
 
7. Dissuader la Turquie de continuer à violer la Charte des Nations Unies et demander la fin de son occupation de la région d’Afrin et la sortie des forces turques et des factions djihadistes syriennes, plaçant la région d’Afrin sous protection internationale jusqu’à la résolution complète du conflit syrien le problème est trouvé.
 
Vous êtes des défenseurs des opprimés. (…) »
 
7 juillet 2019
 
Signataires :
 
1- Observatoire syrien des droits de l’Homme
2- L’Organisation juridique kurde (DYK)
3_ Le Comité des droits de l’Homme en Syrie (MAV)
4_ Société kurde de défense des droits de l’homme en Autriche.
5_ Organisation des droits de l’Homme en Syrie
6_ Centre de justice pour les droits de l’Homme.
7- Centre de documentation sur les violations dans le nord de la Syrie (Vdc-nsy)
-8 Organisation des droits de l’Homme Mahabad
-9 Fondation Ezdina pour la surveillance des violations des droits de l’Homme
10-Kurdes sans frontières
11-Société pour les peuples menacés
12- Association kurde Hevi-Belgique
Via OSDH

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici