Le meurtre du politicien kurde Vedat Aydin et le massacre du 10 juillet

0
158
TURQUIE – Le politicien kurde et défenseur des droits humains, Vedat Aydın a été enlevé à son domicile à Diyarbakir (Amed), par des hommes armés le 5 juillet 1991. Son cadavre torturé a été retrouvé sous un pont à Elazığ / Maden le 7 juillet 1991.
 
Le 10 juillet, plus de 100 000 personnes assistaient à son enterrement à Diyarbakir. Les forces armées masquées ont ouvert le feu sur la foule pendant 20 minutes. 23 personnes ont été tuées sur place. Plusieurs d’autres ont été blessés.
 
Plus de 28 ans après, les responsables du meurtre de Vedat Aydın et du massacre de 10 juillet restent impunis.
 
Retour sur les faits :
 
La campagne turque des années 90 contre la lutte des Kurdes pour l’indépendance fut une des périodes les plus violentes de l’histoire récente du pays. Et dans le cadre d’une tradition politique turque, l’État turc a commencé à utiliser sa tactique centenaire à son encontre: massacres et migration forcée de groupes ethniques.
 
Tout a commencé avec un meurtre. C’était le début des assassinats politiques à cette époque : le meurtre de Vedat Aydın.
 
Le meurtre qui a envoyé des ondes de choque depuis Amed
 
Vedat Aydın était à la tête de la section Amed (Diyarbakır) du Parti travailliste du peuple (HEP). Il était une figure éminente et un politicien très respecté à cette époque. Lorsqu’il a été placé en garde à vue par la police turque le 5 juillet 1991, cela n’a surpris personne. L’oppression de l’État turc contre les politicens kurdes était immense et les peines de détention ou même la torture étaient courantes à cette époque.
 
Mais les choses se sont compliquées. Le lendemain, des responsables turcs ont nié que Vedat Aydin soit en garde à vue. Des assassinats d’unités de la contre-guérilla turques auraient été signalés à Şırnak, Cizre et Mardin, mais personne ne pensait qu’une personne aussi connue que Vedat Aydın serait prise pour cible.
 
Le 7 juillet, un corps non identifié a été retrouvé sous un pont à Maden, un district de la province d’Elazığ, situé à environ 50 km au nord d’Amed. Il y avait des signes de torture extrême et de multiples blessures par balle sur le corps. La famille d’Aydın s’est précipitée à la morgue de Maden et a identifié le corps.
 
La police turque a été préparée pour un massacre
 
Ce meurtre a envoyé une onde de choc dans la communauté kurde, en particulier Amed, la ville natale de Vedat Aydin. Les autorités turques ont remis le corps d’Aydın à sa famille trois jours plus tard. On leur a dit que c’était à cause de processus juridiques. Mais c’était autre chose. L’Etat turc avait ses propres préparatifs pour les funérailles. Et quand tout fut réglé, ils ouvrirent la voie à l’enterrement.
 
Plus de cent mille personnes ont assisté à l’enterrement. La cérémonie a été animée par des personnalités du monde politique kurde ainsi que des défenseurs des droits de l’homme et des intellectuels. Le cercueil d’Aydin a été amené à la mosquée Sümer, dans le centre d’Amed. Après la prière, la foule s’est rendue au cimetière de Mardinkapi pour l’inhumation.
 
La foule a été arrêtée avant l’entrée du cimetière par la police turque. La police disait qu’elle ne laisserait pas entrer une si grande foule dans le cimetière. Alors qu’il y avait des pourparlers pour supprimer la barrière de police, des coups de feu ont été entendus.
 
Les soi-disant forces spéciales masquées ont ouvert le feu sur la foule. Il y avait une immense panique. Les coups de feu ont continué pendant 3-4 minutes. Quatre personnes ont été tuées sur le coup. Plusieurs ont été blessés et emmenés à l’hôpital.
 
Après la première attaque, la police a enlevé la barrière et laissé la foule se déplacer vers le cimetière. La foule s’est rassemblée à nouveau.
 
Vedat Aydin a été enterré après un bref discours de son frère Deniz.
 
Les gens ont été délibérément ciblés
 
Tout le monde a pensé que c’était fini et la foule s’est dispersée et la plupart des gens ont commencé à marcher jusqu’au centre-ville. Mais la route a de nouveau été bloquée par la police turque. Cette fois, il y avait plus de policiers, plus de forces spéciales et de véhicules blindés. La police a laissé la foule se diriger vers la ville en petits groupes. Une fois que la plupart des gens ont passé la barrière de la police, seuls quelques milliers de personnes attendaient l’autorisation de la police pour se rendre à pied au centre-ville.
 
Il y a d’abord eu trois coups. Ensuite, des centaines de policiers armés ont ouvert le feu sur les personnes restantes. Un hélicoptère et un véhicule blindé escortaient l’attaque. Les personnes qui essayaient de fuir la région ont été capturées et battues par la police turque.
 
Les députés Ahmet Türk, Orhan Doğan, Hatip Dicle et d’autres personnalités politiques kurdes ont été torturés, ainsi que des journalistes et des défenseurs des droits de l’homme.
 
L’attaque a duré environ 20 minutes. Il a laissé 23 morts et plus de deux mille blessés. 19 ont été enterrés la nuit. Seules 4 familles ont obtenu l’autorisation d’organiser des funérailles.
 
23 personnes ont été assassinées et personne n’a comparu devant le tribunal
 
Aucun responsable ou policier turc n’a comparu devant le tribunal pour le meurtre de civils innocents. Les assassins de Vedat Aydın n’ont jamais été retrouvés.
 
L’assassinat de Vedat Aydın était le début d’une ère. Une époque de meurtres politiques et d’exécutions extrajudiciaires. Entre 1991 et 1999, plusieurs milliers de Kurdes ont été tués, dont le député Mehmet Sincar. Environ deux millions de Kurdes ont été forcés de migrer, environ 17 000 villages ont été brûlés.
 

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici