La chute de l’Etat islamique. Les idées ne meurent pas par balles

0
390
« Nous avons vaincu le califat sur le champ de bataille, mais la guerre idéologique ne fait que commencer. »
 
Par Sinam Mohamad*
 
Le « califat » de DAECH est tombé. Nos braves combattants des Forces Démocratiques Syriennes (FDS) ont pris leur dernier campement et ont fait tomber le drapeau noir de DAECH/ISIS. Les politiciens ont déclaré une victoire historique, qui a retenti dans le monde entier, puis ils sont passés au numéro suivant.
 
La situation de DAECH ne fait plus la une des journaux. Il semble que le monde veut aller de l’avant. Mais ces terroristes n’ont même pas été jugés par un tribunal. Ils reposent dans des camps, des cellules dormantes et des enclaves, toujours au travail et conspirent pour semer la mort et la destruction dans le monde entier. DAESH est toujours là.
 
De nombreux anciens combattants de DAECH se réunissent tous les jours, faisant encore des plans pour ressusciter le « califat ». Ils se rencontrent, discutent et mangent ensemble dans les camps de détention gérés par le FDS. Il y a des membres des familles de DAECH actuellement dans des camps de réfugiés, et eux aussi sont des bombes à retardement. Les femmes nourrissent leurs enfants d’idéologie extrémiste. Si nous ne faisons rien, nous verrons bientôt DAECH éclater à nouveau.
 
DAECH a maintenant recommencé à commettre des actes de terrorisme individuels. Le bruit des attentats-suicides à la bombe a retenti dans de nombreuses villes du nord-est de la Syrie au cours des derniers mois. Nous assistons aujourd’hui à des incendies quotidiens dans le nord-est de la Syrie, qui sont une campagne de terrorisme économique. Ces incendies menacent la vie et les moyens de subsistance des familles de la région et entraîneront une famine massive dans toute la Syrie.
 
Tout au long de l’histoire de l’humanité, nous n’avons pas assisté à un recul de l’ignorance religieuse comme celui de DAESH. Ce mouvement est issu des caves du régime baasiste en Irak. C’est une version sophistiquée d’Al-Qaïda en termes de croyances et de fanatisme. Le « califat » d’Al-Qaïda était tombé, mais son « calife » choisi n’était pas tombé. Abu Bakr Al-Baghdadi, la personne que les extrémistes prétendaient être le calife, a survécu pour perpétuer l’héritage d’Oussama ben Laden et ses idées extrémistes.
 
Ce califat prit le nom d’Islam, s’appela lui-même l’Etat islamique, et y ajouta la couleur noire. Ils ont inversé l’histoire pour nous ramener à l’époque des invasions à l’Est et nous rappeler l’Inquisition à l’Ouest, à l’époque où les cartes se lisaient simplement « Mésopotamie ».
 
Nous croyons que, de par sa nature, DAESH travaille contre l’Islam. Il n’appartient pas à la religion islamique.
 
Dans une guerre qui a duré près de quatre ans, les FDS, qui ont commencé dans le nord-est de la Syrie et ont été rejoint par des combattants d’autres parties de la Syrie, ont défait, avec l’aide internationale, l’organisation extrémiste et libérer toutes les terres qu’ils avaient saisies.
 
La Syrie est devenue un aimant terroriste international, attirant ceux qui portent des idées extrémistes. Mais aujourd’hui, il est devenu un cimetière pour DAESH et l’extrémisme islamique.
 
Nous remercions tous ceux qui ont contribué à cette victoire et toutes les parties qui ont fourni un appui politique, logistique et militaire. Nous pleurons les âmes pures qui ont fait le sacrifice ultime pour protéger les droits de la personne et la sécurité. Et nous suivons les conseils des héros avec condoléances et bénédictions dans cette victoire. Nos enfants ont été martyrisés pour le bien de l’humanité.
 
Le Moyen-Orient en particulier, et la communauté musulmane mondiale en général, sont en pleine transformation. La transformation se fera inévitablement vers la démocratie. La roue ne recule pas. Cela peut prendre un certain temps et présenter des défis inattendus. Nous assisterons peut-être à des guerres de religion entre les grandes puissances de la région, mais ce sera la dernière des guerres de religion.
 
La transformation sera inévitablement un virage vers la démocratie et une confiance commune entre tous les peuples. Nous, le Conseil démocratique syrien, serons fiers d’avoir contribué de manière significative à cette transformation. Et l’idée de l’autonomie gouvernementale, de la décentralisation qui ramène le pouvoir au niveau communautaire, est la dernière pièce du puzzle de la lutte actuelle pour la liberté.
 
En tant que femme kurde libre, je crois fermement que la justice est la solution. Les principes de justice et de responsabilité constituent le fondement d’une société civile stable.
 
C’est la justice et la responsabilité que l’IE a volé à travers son « califat ». Maintenant, c’est la justice qu’ils méritent.
 
La communauté internationale ne doit pas oublier les forces qui ont combattu sur le terrain. Il a coûté de nombreuses vies humaines pour gagner la sécurité contre le terrorisme dirigé contre le monde entier. Nous appelons donc le monde libre à combattre l’extrémisme sous toutes ses formes. Nous vous demandons d’assumer la responsabilité morale de préserver et de protéger le nord-est de la Syrie. C’est le moins que l’on puisse faire pour honorer les sacrifices consentis par les FDS.
 
Nous rappelons à la communauté internationale que la défaite de la DAESH, qui représente le terrorisme mondial, n’est pas seulement militaire. Nous devons maintenant entrer dans la phase post-DAESH. La guerre militaire est terminée. Mais maintenant, nous sommes confrontés à une guerre contre une idéologie extrémiste. C’est une guerre de la science et des lumières, une guerre contre l’ignorance.
 
La communauté internationale doit être consciente que les idées ne meurent pas par balles. Notre attention internationale s’est détournée de DAECH en tant que menace. Mais c’est prématuré. Nous devons finir le travail de vaincre vraiment DAESH.
 
Maintenant, nous devons mener une grande campagne d’éducation et de sensibilisation. Ce processus peut être ardu, mais il consomme moins de ressources qu’une guerre militaire. Après la libération de Raqqa et de Deir ez-Zor et après l’élimination de la DAESH, nous avons un besoin urgent de ressources pour la reconstruction. Nous avons besoin de reconstruire les villes, les villages et les lieux d’apprentissage. Nous devons nous préparer au retour des personnes, des réfugiés et de ceux qui ont été déplacés dans leur vie et leur ville normales. Le progrès d’une nouvelle génération est la responsabilité des pays qui adoptent la libre pensée.
 
DAESH est tombé. Le calife va bientôt tomber. Et nous ne reviendrons plus jamais en arrière dans l’histoire.
 
Sinam Mohamad est la représentante du Conseil démocratique syrien aux États-Unis

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici