Mazloum Kobani : Nous avons des négociations indirectes avec la Turquie

0
998
SYRIE – AIN ISSA – Le chef des Forces démocratiques syriennes (FDS), Mazloum Abdi (Mazloum Kobani), a déclaré qu’il y avait des négociations indirectes entre ses forces avec l’Etat turc par le biais d’intermédiaires. Il a déclaré qu’ils étaient prêts à négocier et à résoudre les problèmes en suspens par la négociation et de manière pacifique, « mais sous condition ». Il a salué les victoires remportées par leurs forces en coopération avec les dignitaires et les tribus du pays.
 
Le Forum des tribus syriens organisé par le Conseil démocratique syrien (MDS) à Ain Issa sous le slogan « Les tribus syriennes protègent la société et sauvegardent son contrat social » se poursuit avec des discours des représentants des clans syriens et de l’administration autonome du nord et de l’est de la Syrie, et des forces démocratiques syriennes.
 
Après le discours de la coprésidente du Conseil démocratique syrien, Elham Ahmed, le commandant en chef des Forces démocratiques syriennes a prononcé un discours dans lequel il a salué les victoires obtenues par les FDS en coopération avec les tribus et les composantes de la région. Il s’est également adressé à l’Etat turc et à ceux qui ont remis en cause le patriotisme des FDS.
 
Au début de son discours, Abdi a remercié les tribus pour leur soutien aux FDS, sans lequel la victoire n’aurait pas été possible.
 
« Notre peuple se trouve dans les régions de Manbij, al-Tabqa, al-Raqqa et Deir ez-Zor, qui ont accueilli nos forces et nous ont donné tout le soutien et nous ont soutenus pour que nous puissions remporter la victoire.
 
Le patriotisme signifie l’amour de la patrie et le patriotisme n’est pas par de belles paroles et de beaux slogans, l’amour national et patriotique est par les sacrifices et la défense de la patrie, et c’est ce que nos forces ont fait.
 
Au début de la crise syrienne, les institutions militaires du régime n’ont pas rempli leur devoir de défense de ces régions, et elles ont laissé tomber leur peuple et leur peuple et les ont laissés en proie à des interventions extérieures et à l’invasion des factions terroristes. C’est l’une des principales raisons pour lesquelles les jeunes Kurdes, avec d’autres composantes, ont formé les unités de protection du peuple, plutôt que ceux qui les ont abandonnés et abandonnés », a déclaré Abdi.
 
Après la création des Forces démocratiques syriennes, toutes les factions nationales présentes dans la région, sous la bannière des forces formées, ainsi que les factions d’Homs, Idlib et Hama, et les enfants de Tal Abyad, Manbij et al-Raqqa et les nationalités d’autres provinces, se sont réunies sous la bannière des FDS.
 
Abdi a rendu hommage aux 11 000 martyrs et des milliers de blessés de la jeunesse des Kurdes, Arabes, Turkmènes, Syriaques, Assyriens, Circassiens et Arméniens, dans les batailles menées par les FDS et déclaré que ce fut le principal facteur de la victoire des FDS.
 
Le commandant en chef des FDS a déclaré que les terroristes venaient du monde entier et s’étaient rencontrés en Syrie. C’est pourquoi les forces internationales se sont également rendues en Syrie. « La présence des forces de la coalition internationale dans nos régions et la présence de forces russes dans d’autres régions ont joué un rôle positif dans la lutte contre le terrorisme. »
 
Abdi a souligné que le rôle des forces de la coalition et des forces russes étaient toujours nécessaire car Afrin, Idlib et Jarablus et al-Bab étaient occupés et qu’il y avait toujours Daesh dans la région : « La présence de forces internationales pour protéger notre peuple du terrorisme est une présence légitime jusqu’à ce que tout le territoire syrien est nettoyé du terrorisme.
 
Nos forces croient en l’unité du territoire syrien et luttent pour son unité. Nous croyons au dialogue syro-syrien pour résoudre les problèmes de toute la région, mais nous affirmons également que nous ne pouvons en aucun cas revenir à la période d’avant 2011. Nous pouvons résoudre les problèmes dans la région par la réconciliation ou par d’autres moyens. Nous sommes prêts à dialoguer avec le gouvernement syrien central pour trouver une solution à la crise.
 
Cependant, il est impossible de parvenir à une Syrie démocratique sans reconnaître les droits constitutionnels du peuple kurde, et il ne peut y avoir de solution sans reconnaître l’administration autonome qui sert les composantes de la région. La solution ne peut être trouvée qu’en acceptant la spécialité des Forces démocratiques syriennes et leur rôle dans la protection de cette région à l’avenir. Elle mérite d’être privilégiée dans la future Syrie. »
 
Au cours de son discours, Abdi s’est adressé à l’Etat turc, soulignant que des négociations indirectes étaient menées par les Forces démocratiques syriennes avec la Turquie par le biais d’intermédiaires. Il a déclaré qu’ils étaient prêts à négocier et à résoudre les problèmes en suspens par des négociations et de manière pacifique, mais à condition qu’ils soient prêts à examiner les exigences de l’Etat turc sur les frontières. En même temps, à condition de ne pas interférer dans les affaires syriennes et le respect de la souveraineté de l’État syrien.
 
« Si l’Etat turc veut une solution politique, il doit rendre Afrin à son peuple, sans le retour du peuple d’Afrin dans ses foyers et le rétablissement du statut normal d’Afrin, nous ne pouvons trouver une solution.
 
Les FDS sont en passe de franchir une nouvelle étape dans notre pays après la victoire sur le terrorisme, mais il y a encore des défis à relever sur le plan de la sécurité. Les mercenaires Daesh menacent nos administrations, nos institutions et nos figures sociales, et en même temps ils sont un danger pour les peuples de la région.
 
Dans cette nouvelle phase, nous avons suffisamment de temps et de ressources pour surmonter ces obstacles et ces problèmes, tout comme nous avons surmonté les défis précédents et nous avons gagné la faveur. Mais comme nous unissons tous nos forces, nous devons unir nos forces pour gagner la nouvelle phase et surmonter les nouveaux problèmes. »
 
A la fin de son discours, Abdi a appelé toutes les tribus et tous les dignitaires de la région à continuer à soutenir les FDS dans leur moral, « car c’est là le facteur décisif pour la victoire dans cette nouvelle phase. Nous avons aussi vaincu le terrorisme et vaincu Daesh militairement. Nous triompherons dans la prochaine étape (…). »
 

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici