L’écologie contre le capitalisme – À la recherche d’une relation renouvelée avec la nature

0
101
Partout dans le monde, des milliers de personnes, en particulier des jeunes, protestent et exigent que des mesures soient prises pour lutter contre le changement climatique. Sous le slogan des « vendredis pour le future », des actions et des manifestations mondiales ont eu lieu le 15 mars. Au vu des statistiques et des pronostics sur les causes et les effets du changement climatique au cours des dernières années, la question climatique est devenue l’une des questions les plus urgentes de notre époque. Si, d’un côté, les individus doivent assumer leurs responsabilités, il est clair qu’il ne suffit pas de simplement critiquer les modes de vie individuels sans remettre en cause les conditions politiques et économiques structurelles plus vastes. Analyser le changement climatique comme indépendant du capitalisme signifie dépolitiser la question. En fait, presque toutes les conditions qui ont contribué au changement climatique peuvent être attribuées au système capitaliste-consuméristes. En ce sens, l’écologie devra aller au-delà de la simple « protection de l’environnement ». Au contraire, une approche résolument écologique peut conduire à de profonds changements sociaux, politiques et économiques et nous aider à développer de nouvelles relations entre les humains et la nature et entre les humains et la société.
 
Qu’est-ce que le changement climatique et quels sont ses effets ? En résumé, le changement climatique est une augmentation de la température moyenne sur terre résultant d’une augmentation des émissions de gaz à effet de serre (par exemple le dioxyde de carbone ou le méthane) dans l’atmosphère terrestre. Bien que ces gaz fassent naturellement partie de l’atmosphère terrestre, par leur présence accrue, l’atmosphère se transforme en un « toit » qui préserve la chaleur du soleil, un processus appelé « effet de serre ». Comme dans une serre, la chaleur est absorbée sur terre par la présence accrue de gaz à effet de serre. Ces gaz sont libérés par l’utilisation de combustibles fossiles, qui sont actuellement la source d’énergie la plus largement utilisée dans le monde. Cuisiner, chauffer, recharger votre téléphone, prendre une douche chaude, conduire une voiture – ces choses retournent principalement avec des sources fossiles comme le pétrole ou le charbon. Surtout le système capitaliste et consumériste a besoin d’énergie fossile pour persister. La production de la quasi-totalité des biens fabriqués industriellement repose sur les combustibles fossiles.
 
L’augmentation de la température moyenne sur terre qui résulte de ces processus ne signifie pas qu’il fait soudainement chaud partout. Les effets du changement climatique sont beaucoup plus complexes et varient selon les régions. Certaines régions sont de plus en plus touchées par des vagues de chaleur, d’autres par l’humidité, d’autres encore par des précipitations accrues, d’autres encore par la sécheresse. En général, les catastrophes naturelles sont plus fréquentes, par exemple, en raison de l’élévation du niveau de la mer, qui touche surtout les populations des zones côtières. De plus, de nombreuses espèces animales et végétales et leurs habitats sont menacés. De nombreux animaux sont ou ne seront pas capables de s’adapter au changement climatique. En résumé, le système capitaliste continue d’exploiter la nature malgré tous les signaux d’alarme et toutes les prévisions et de détruire les moyens de subsistance non seulement des humains, mais aussi de toute la flore et de la faune. Il est particulièrement remarquable, voire scandaleux, que les effets du changement climatique frappent surtout les régions qui ont le moins contribué au changement climatique et qui ont moins de moyens pour s’y adapter. Dans l’intervalle, les Etats capitalistes industrialisés considérés comme « les mieux préparés au changement climatique » possèdent les moyens financiers de se protéger, sans rien faire de significatif pour arrêter le changement climatique.
 
Le système économique capitaliste est basé sur l’exploitation illimitée de la terre et de ses êtres pour la production de produits toujours plus absurdes et inutiles pour le marché. Cet excédent n’est pas destiné à couvrir les besoins fondamentaux de la société ni à améliorer la qualité de vie des gens. Au contraire, ce système ne peut survivre que grâce aux travailleurs et des femmes exploités et sur la base d’une injustice extrême envers les populations des pays dits « sous-développés », dont les ressources ont déjà été pillées et exploitées au XVe siècle par les Européens. Le capitalisme s’est considérablement développé sur le dos des colonies, des travailleurs, des femmes et de la nature.
 
Quand nous regardons en arrière dans l’histoire, nous découvrons que les visions du monde dites holistiques étaient répandues, dans lesquelles la nature était considérée vivante et dans laquelle la terre dans son ensemble était considérée comme un organisme vivant et contigu. D’autre part, les idéologies capitalistes ont fortement contribué à une relation oppressive entre l’homme et la nature et ont progressivement déclaré la nature morte et inférieure. Déjà au XVIe siècle, les scientifiques ont commencé à considérer l’assujettissement de la nature comme la mission de la science moderne. La nature, autrefois considérée comme un tout qui incluait aussi l’homme, est désormais déclarée comme « l’autre » ; une nature fragmentée, morte et déraisonnable qu’il fallait contrôler. On peut dire que l’insouciance d’aujourd’hui à l’égard de la nature, surtout dans les pays industrialisés, est aussi ancrée dans cette présomption. Il y a un sophisme répandu selon lequel les humains pourraient, et même devraient, exploiter la nature de façon illimitée et la mettre au service des humains. Le système économique actuel repose sur cette idée.
 
Lorsque nous nous organisons aujourd’hui pour protéger nos habitats et notre avenir, nous devons tout d’abord abandonner cette approche qui considère la nature comme l’autre morte, déraisonnable, soumise et exploitable. En fin de compte, cela doit signifier une rupture avec le capitalisme. Je dis finalement, car il est clair qu’en ce moment, le capitalisme nous entoure partout et tout le temps, que nous en tirions profit ou que nous soyons exploités par lui. C’est pourquoi une véritable lutte organisée contre le changement climatique doit, pour rester indépendante, réaliser par étapes une alternative ici et maintenant. Sinon, sans rompre avec le capitalisme, nous serons constamment entraînés dans ses pièges.
 
A quoi ressemble concrètement un piège du capitalisme ? En voici un exemple : La prise de conscience croissante de l’environnement dans la société engendre des pressions, tant sur le plan politique que sur le plan économique. De nombreuses entreprises s’adaptent à cette nouvelle situation et mettent sur le marché de nouveaux produits, qui sont censés être plus écologiques et qui visent à soulager la conscience des consommateurs. Les emballages sont munis de marquages tels que végétalien ou biologique et communiquent une prétendue conscience environnementale au producteur. De même, les consommateurs ont l’impression d’être « du bon côté » lorsqu’ils mettent des kiwis biologiques, du yogourt de soya et des tapenades de courgettes végétaliennes dans leurs sacs en tissu. Il ne fait aucun doute que les modes de vie végétaliens et végétariens sont les bienvenus, surtout si l’on considère la réalité de l’élevage industriel, qui est une torture pour les animaux et provoque en outre plus d’un sixième de l’ensemble des émissions de gaz à effet de serre. Cependant, même un mode de vie végétalien n’est pas révolutionnaire ou sans cruauté lorsque la relation sous-jacente avec la nature et ses ressources reste la même. Ces dernières années, être végétalien est devenu une nouvelle tendance explosive et de nouveaux marchés se sont développés autour de lui. La plupart de ces entreprises amies des végétaliens ne se soucient cependant pas de l’écologie, mais nous conduisent plutôt dans le mensonge de la consommation éthique et écologique. Il y a plusieurs problèmes ici : Ni l’exploitation des travailleurs, ni l’exploitation de la nature ne sont remises en question lorsque les gens sont encouragés à s’engager dans une consommation dite éthique. De plus, la plupart du temps, le comportement consumériste et avide, autre aspect crucial, n’est pas particulièrement remis en question. C’est ainsi que de nombreuses personnes s’intègrent aux cultures dominantes, constamment à la recherche de nouvelles expériences gustatives et de recettes « exotiques » sans respecter les ressources de la nature.
 
Cela nous ramène à l’hypothèse que la nature est fragmentée et sans vie. Tant que nous avons l’intention de n’agir que dans les conditions existantes, notre résistance restera également fragmentée. Par exemple, en adoptant un mode de vie végétalien, on peut choisir un « morceau », un aspect de la lutte tout en ignorant les autres parties.
 
Pour cette raison, une lutte globale fondée sur une relation renouvelée avec la terre pourrait être beaucoup plus durable et significative. Nous devons développer une compréhension dans laquelle les humains font partie de la nature et non pas les « maîtres rationnels » de la nature. Surtout dans les grandes villes, la réalité est que la nature est perçue comme quelque chose d’extérieur qu’il faut rechercher activement pour pouvoir en faire l’expérience. Il faut d’abord « trouver » un morceau de nature pour pouvoir sentir sa présence. Nous recherchons délibérément un parc, une forêt, une rivière, la mer, et pour beaucoup de gens, cela ressemble à une rencontre artificielle et forcée qui leur rappelle que cette nature manque normalement dans leur vie quotidienne. Cela leur rappelle souvent leur auto-aliénation. Par exemple, nous visitons des forêts et nous nous rendons compte que nous n’avons aucune idée de quels champignons et plantes sont comestibles. Nous ne savons pas si les arbres communiquent sous terre en utilisant leurs racines. Nous ne savons pas quels insectes, oiseaux et mammifères ont leur habitat ici, comment ils se relient les uns aux autres et comment nous devrions nous comporter, si nous les rencontrons. Apprendre ces choses est devenu un privilège scientifique, qui est le plus souvent utilisé au détriment de la nature. En général, il y a un manque de connaissances de base sur les processus et les organismes de la terre.
 
Les femmes, par exemple, ont progressivement perdu la connaissance de leur propre corps et de leur sexualité au cours des derniers siècles, non seulement à cause du patriarcat, mais aussi à cause d’une auto-aliénation générale de la société. Aujourd’hui, de nombreux adultes en savent remarquablement peu sur leur propre corps, leurs organes génitaux ou les processus naturels impliqués dans la reproduction humaine. Les connaissances de base sur nous-mêmes et sur la nature doivent toujours faire l’objet de recherches actives, puisqu’il n’existe plus de structure sociale pour partager ces connaissances au sein de la communauté. Tant que nous manquons de cette connaissance, nous nous mettons dans un état permanent de dépendance. En ce sens, nous pouvons dire que les sociétés autonomes et autosuffisantes sont toujours des sociétés où le savoir dont nous avons besoin pour nos vies est collectif. Une société qui possède les moyens et les expériences pratiques nécessaires est capable de se maintenir et de subvenir à ses besoins. Une société fondée sur l’autosuffisance et la démocratie radicale construit le cadre d’une vie dans laquelle la nature n’est pas exploitée et laissée aux riches et aux dirigeants, mais est valorisée et respectée.
 
A la racine de l’activisme écologique se trouve une relation renouvelée avec la terre, ses êtres, son eau, son air ; une relation qui traite toute la nature avec respect. Sur le plan pratique, il s’agit de lutter contre le capitalisme, qui a toujours été fondé sur la destruction et l’exploitation, et de créer une alternative qui ouvrira la voie à une vie autosuffisante et autodéterminée pour la société.
 
Par Hêlîn Asî, publié par Komun Academy le 15 mars 2019

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici