Hier Halabja, aujourd’hui Afrin : le génocide kurde continue

0
1007
D’Halabja à Afrin, les occupants du Kurdistan ont la même mentalité génocidaire visant la destruction du peuple kurde.
 
La mémoire du peuple du Kurdistan est remplie d’images de morts et de massacres commis à son encontre par les occupants de son pays et l’une de ces images profondément ancrées dans l’esprit de Halabja, Shengal et Afrin est l’image d’un nourrisson tué avec son père dans une rue d’Halabja. Et la scène de la fillette Diana d’Afrin, dont le corps a été pris pour cible par les frappes aériennes. Tous ces massacres montrent au monde que les occupants du Kurdistan ont la même mentalité génocidaire visant la destruction du peuple kurde.
 
Le mois de mars est douloureux pour le peuple kurde à cause des souvenirs des pires massacres commis à son encontre par les Etats occupants du Kurdistan dans ses quatre parties. Le plus important de ces massacres est le massacre d’Halabja commis par le régime baathiste irakien et les massacres d’Afrin par l’occupation turque et ses mercenaires.
 
Le massacre d’Halabja … un génocide silencieux qui a montré l’étendue de la haine contre le peuple kurde
 
Ces jours marquent le 31e anniversaire du massacre de Halabja, perpétré le 16 mars 1988 par le régime baathiste sous le dictateur Saddam Hussein, qui a bombardé la ville avec des armes chimiques, tuant plus de 5 500 Kurdes, en majorité des femmes et des enfants.
 
La ville d’Halabja était sous la protection des forces de Peshmerga de l’Union patriotique du Kurdistan et des habitants de la ville contre le règne de l’occupation baathiste du Kurdistan en mars 1988 et à l’approche de la guerre Iran-Irak à partir de la fin du conflit. À cette époque, le régime baathiste, dirigé par Saddam Hussein, a bombardé la ville de roquettes et d’artillerie sous la supervision d’Ali Hassan al Majid (surnommé Ali le chimique), le 15 mars 1988 et les forces de Peshmerga se sont retirées dans les montagnes, où les femmes et les enfants sont restés dans la ville.
 
Le 16 mars 1988, le régime baathiste jeta des gaz chimiques des avions de combat dans la ville, qui abritait plus de 40 000 civils, pour commettre le massacre le plus flagrant de l’histoire de l’humanité, qui s’est déroulé à l’aide de gaz toxiques. L’attaque a tué plus de 5 000 et 500 civils kurdes dans cette ville et contraint des dizaines de milliers de personnes à être déplacées de force dans des camps situés de l’autre côté de la frontière avec l’Iran.
 
La nouvelle du massacre s’est répandue aussi vite que ces armes avaient volé la vie de milliers de personnes en quelques heures ou moins, pour entrer dans la ville dans un calme terrible et paralysant devant le génocide silencieux qui a tué des milliers d’enfants, femmes et hommes sans sang ou blessures.
 
Tous ont été tués sur place, dans les rues de la ville et dans des hameaux remplis de martyrs, sur les routes, devant des maisons et à l’intérieur, dans des écoles, des mosquées et des marchés, les corps gisant sans une goutte de sang ni blessure, et peut-être que la plupart des images qui sont restées dans la mémoire du monde en général et du peuple kurde en particulier sont celles d’Omar Hawar embrassant son nouveau-né et de la famille qui a perdu la vie ensemble.
 
L’anniversaire du génocide contre le peuple kurde à Halabja marque le premier anniversaire des attaques de l’Etat turc contre Afrin, qui ont coûté la vie à des centaines de civils et contraint 400 000 civils à fuir leurs villes et villages.
 
Le 18 mars marque l’anniversaire du déplacement forcé de près de 400 000 civils à Afrin après des dizaines de massacres commis par l’Etat turc dans le cadre de son offensive d’occupation visant à anéantir le peuple kurde et à éliminer la culture de la région.
 
Les victimes des massacres perpétrés par les Turcs au cours des 58 jours d’intenses attaques d’artillerie et d’aéronefs contre Afrin ont laissé plus de 1 500 civils entre martyrs et blessés, principalement des femmes et des enfants, sans parler des crimes de nettoyage ethnique commis contre les Kurdes par les éléments du peuple turc l’armée et ses mercenaires (Jabhat al-Nusra et DAESH) dans l’opération dite « rameaux d’olivier » lorsqu’ils ont attaqué la ville et sa campagne.
 
Les images des massacres d’Afrin ont été gravées dans l’esprit des habitants de la région. Il s’agissait de plus de 11 massacres dans la ville et ses environs, y compris la mort de Diana Saleh, âgée de 3 mois, dans la région de Janders avec deux autres personnes et huit blessés, ainsi que le massacre de Shirawa dans lequel onze enfants jouant à l’extérieur de la maison ont été tués.
 
L’occupant veut anéantir le peuple kurde et voit dans sa liberté une menace pour son existence.
 
Chaque tentative de l’occupant visant à anéantir le peuple kurde confirme au monde entier que l’existence de ce peuple marque la fin de sa dictature. C’est ce qui est arrivé à toutes les autorités et à tous les gouvernements qui sont parvenus au régime de l’Irak, de la Turquie, de l’Iran et de la Syrie et qui n’ont pas atteint leurs objectifs en mettant fin à ces personnes.
 

Le peuple kurde jouit aujourd’hui de plus en plus de soutien et de sympathie de la part de diverses peuples dans le monde, malgré le silence international et les gouvernements. Mais le peuple kurde n’est plus faible et est devenu plus puissant dans l’équation du Moyen-Orient.

Vingt ans plus tard, le général Ali Hassan al-Majid a été pendu en 2010 pour avoir ordonné les attaques au gaz toxique. Il a été condamné à quatre condamnations à mort mais a insisté sur le fait qu’il a agi dans l’intérêt de la sécurité irakienne et qu’il n’exprimait aucun remords.

En 2012, le gouvernement irakien a remis aux autorités d’Halabja la corde utilisée pour sa pendaison.

Saddam Hussein lui-même est pendu en 2006, trois ans après l’invasion de l’Irak par les États-Unis.

 

ANHA

Image ANF

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici