Libérer les femmes, libérer Afrin

0
1137
Il y a un an ce mois-ci, des milliers de femmes, d’hommes et d’enfants sont descendus dans les rues d’Afrin, en Syrie, pour la Journée internationale des droits des femmes. En défilant avec les drapeaux vert vif de Kongra Star – la confédération des organisations féminines de la société civile du nord-est de la Syrie – et des photographies de combattantes qui défendaient la région, elles ont condamné les bombes turques tombées à quelques kilomètres du centre ville.
 
Pendant des semaines, les Forces armées turques (FAT) ont assiégé le canton d’Afrin, l’un des trois cantons autonomes du système politique décentralisé du nord-est de la Syrie. Le président turc, Erdogan, a tenu sa promesse d’expulser de force la population kurde de la région avec l’aide des alliés des milices de l’armée syrienne libre liées à Al-Qaïda et à DAESH. Des centaines de civils ont été tués par les bombardements d’écoles, d’hôpitaux, de fermes et de quartiers résidentiels. Aucun acteur étatique impliqué dans la guerre syrienne n’était intervenu, et beaucoup d’entre eux ont lancé un appel fourbe à la « retenue des deux côtés ».
 
Dix jours plus tard, Afrin tomberait aux mains des forces d’invasion. Les mêmes rues où les femmes avaient défilé pour célébrer la liberté et la résistance ont été envahies par des miliciens, marquant leur victoire avec des slogans utilisés par la DAESH, des coups de feu et le pillage des biens civils. Des milliers de civils terrifiés ont fui le chaos.
 
Au cours de l’année qui a suivi, les forces d’occupation ont commis des crimes de guerre et des crimes contre l’humanité flagrants à Afrin. La grande majorité de la population d’avant-guerre de la ville a été chassée et des centaines de milliers de colons se sont installés, ce qui a modifié la démographie de la plus ancienne région kurde de Syrie. Des centaines de personnes ont été enlevées par des milices, tandis que des informateurs locaux aident les ravisseurs à trouver des cibles choisies auprès de familles riches afin d’obtenir des rançons exorbitantes. Des sites religieux appartenant aux Yézidis et aux Alévis, ainsi que des symboles culturels kurdes, ont été détruits lors d’une campagne systématique visant à imposer l’identité turque et islamique dans la région. Pour les civils qui souhaitent rentrer chez eux, les options sont rares : la majorité des maisons de la ville ont été occupées illégalement, 60 % de l’infrastructure économique de la ville a été détruite et les personnes ayant des liens même les plus ténus avec l’ancienne administration risquent d’être arrêtées, torturées et même assassinées.
 
L’invasion et l’occupation d’Afrin ont prouvé beaucoup de choses : un acte d’agression, une campagne de nettoyage ethnique et l’échec des institutions qui prétendent défendre les droits humains dans les conflits. Mais c’est aussi une guerre contre l’autodétermination et l’auto-organisation des femmes. Cette bataille importante dans une bataille doit être comprise et abordée dans tous les efforts visant à analyser la situation, à faire preuve de solidarité et à conceptualiser la responsabilité et la justice futures pour les anciens habitants d’Afrin.
 
Autre fois, un refuge pour les féministes
 
Afrin a longtemps été l’épicentre de la « révolution des femmes » du nord-est de la Syrie : le système politique et social qui s’est développé dans le nord-est de la Syrie a fondé la libération de la société sur la libération des femmes. Dans tout le nord-est de la Syrie, les femmes jouissent de la garantie d’une participation égale dans tous les organes directeurs, des assemblées de quartier aux postes de direction les plus élevés. Il existe également des organisations de femmes autonomes – tant pour les questions qui touchent uniquement les femmes que pour des préoccupations plus larges comme les médias et la diplomatie.
 
L’une des premières régions à s’être affranchie du contrôle de l’État syrien en 2012, Afrin a développé de telles structures autonomes et démocratiques dès le début du conflit et a consacré l’égalité des sexes tant dans la loi que dans la pratique. Le modèle politique féministe qui y a été mis en pratique a été reproduit avec succès dans des dizaines d’autres villes et villages – au point où, dans certaines parties de Raqqa et Deir Ezzor, où l’IE achetait et vendait des femmes comme des biens, chaque assemblée locale a désormais une coprésidence féminine. En fait, le fonctionnaire le plus haut placé dans l’administration autonome d’Afrin avant la guerre était une femme, et certaines des personnalités politiques les plus importantes du nord-est de la Syrie – dont Ilham Ahmed, coprésidente du Conseil démocratique syrien – ont grandi dans cette région.
 
De plus, les célèbres Unités de défense des femmes (YPJ), peut-être l’aspect le plus visible de la participation des femmes à la politique et à l’administration de la région, ont été fondées à Efrin en 2013. La combattantes des YPJ Arîn Mirkan, qui s’est sacrifiée pour détruire une position de l’Etat islamique à Kobanê, était originaire d’Afrin. La mère de Mirkan était l’une des centaines de milliers de civils déplacés de force par les forces d’occupation – et qui promet de revenir un jour.
 
Mais la liberté, l’organisation et la capacité d’autodéfense que les femmes africaines avaient acquises n’ont pu être acceptées ni par l’Etat turc ni par l' »Armée syriennes libre » (ASL), car la construction de la société dans le nord-est de la Syrie se fait sur un modèle qu’Abdullah Ocalan décrit comme « tuer l’homme dominant ». C’est-à-dire, détruire « la domination unilatérale, l’inégalité et l’intolérance….le fascisme, la dictature et le despotisme » des hommes sur les femmes. La Turquie et l’ASL incarnent toutes deux ce despotisme. Ils luttent pour la domination du nationalisme turc et arabe sur le pluralisme multiethnique du nord-est de la Syrie – et pour la subordination des femmes aux hommes.
 
Une guerre régionale contre les femmes
 
En Turquie, le mouvement des femmes kurdes est réprimé depuis des décennies pour avoir commis le double « crime » de s’attaquer à la violence masculine et étatique. Et là où les forces soutenues par la Turquie contrôlent le territoire syrien, les femmes ont été chassées de la vie publique sous la menace de la violence et de la mort. En novembre dernier, lorsqu’un membre d’une milice de l’ASL à Azaz a assassiné sa propre sœur devant la caméra et n’a pas été puni, les responsables turcs ont simplement déclaré qu’ils « conseillent » l’ASL sur les normes des droits humains.
 
L’idée que les femmes puissent se battre pour leur propre existence, déterminer leur propre place dans la société et façonner l’avenir de leur patrie constitue une menace existentielle pour cette vision dictatoriale du monde. En ciblant Afrin, symbole et exemple de cette liberté, la Turquie et l’ASL ont cherché à punir toutes les femmes qui défient le fascisme et le patriarcat, en Syrie comme en Turquie. C’est l’intention qu’ils ont mise en évidence dans la conduite de leur guerre et de leur occupation.
 
En janvier 2018, des membres d’une milice d’occupation ont mutilé le corps de Barin Kobane, une combattante des YPJ qui était tombée au combat. Les miliciens se sont même filmés en train de marcher sur son cadavre tout en s’encourageant mutuellement. Leur acte démontre la vision des forces d’occupation à l’égard des femmes qui prennent les armes pour défendre leur foyer et leur liberté : non pas en tant que combattantes ennemies ou même en tant que « terroristes », comme l’État turc aime appeler les Kurdes qui résistent à sa politique coloniale, mais comme des objets et biens dont il faut célébrer la « capture » et l’humiliation, même dans la mort, en filmant et en partageant ce qu’ils avaient fait, ils ont également envoyé un message de menace à toutes les femmes d’Afrin, leur disant qu’elles pourraient connaître le même sort.
 
Malgré tout, et bien que le droit international interdise les traitements inhumains et dégradants des morts, les auteurs de ce crime n’ont jamais été identifiés et encore moins traduits en justice. Et aussi horrible qu’il ait été, ce crime n’était pas tout à fait imprévisible, si l’on tient compte de la politique et de l’identité de ses auteurs. L’Etat turc – lui-même connu pour le traitement humiliant des femmes combattantes capturées et tuées – a recruté quelques milliers d’anciens membres du DAECH pour la guerre contre Afrin, alors que beaucoup de ces hommes avaient probablement participé à l’asservissement institutionnalisé des femmes et des filles yézidies, une pratique systématiquement promue dans les zones précédemment sous contrôle de DAESH.
 
Un an plus tard…
 
Aujourd’hui, un an après la fin de la campagne militaire officielle, la violence systématique à l’égard des femmes se poursuit. Les femmes ont été forcées de porter une tenue vestimentaire islamique stricte, quelles que soient leurs religions ou leurs croyances. Celles qui ne respectent pas les codes vestimentaires imposés par l’occupation sont menacées, les membres des milices attendant même devant les écoles pour harceler les jeunes femmes qui ne respectent pas ces codes. Des militaires turcs participent même à la traite des êtres humains – un crime qui n’a été révélé que lors d’un conflit entre une faction de l’ASL et les autorités locales turques. En effet, jusqu’à 40 membres du personnel turc ont été rappelés de Syrie lorsque la nouvelle du réseau de trafiquants a été rendue publique, ce qui suggère une complicité généralisée. Le schéma des prises d’otages et des disparitions forcées observé à Afrin ne peut être compris en dehors de ce contexte important.
 
De telles atrocités montrent que le seul rôle que l’Etat turc semble permettre aux femmes d’Afrin est d’être les mères et les gardiennes de la prochaine génération de combattants par procuration – car la Turquie n’a pas l’intention de laisser Afrin devenir un lieu où une population civile pourrait vivre en paix. Le transfert des combattants rebelles et de leurs familles d’autres zones occupées par la Turquie, la militarisation des espaces publics et des institutions civiles et la destruction des infrastructures économiques et des terres agricoles suggèrent qu’elle servira plutôt de base aux futures opérations militaires.
 
Dans une telle société, les femmes sont réduites à leur rôle dans l’espace domestique, où elles maintiennent et transmettent le système patriarcal qui inspire les guerres futures. Dans l’intervalle, toute résistance à ce système est criminalisée par les autorités d’occupation. Le déni de la liberté des femmes dans Afrin occupée fait donc partie intégrante des plans de guerre futurs de la Turquie – des plans qui menacent maintenant le reste de la Syrie du nord-est libérée.
 
Comment libérer Afrin, ici et maintenant
 
Face à une telle menace, une réponse à l’invasion et à l’occupation d’Afrin qui reconnaisse les attaques contre la libération et l’auto-organisation des femmes est nécessaire.
 
Premièrement, les féministes et la gauche doivent exprimer leur solidarité avec la résistance armée légitime d’Afrin. Il ne s’agit pas d’une exigence radicale, mais d’une exigence fondamentale. Aucune forme de justice ne sera possible tant que l’occupation turque de la Syrie n’aura pas pris fin, que les résidents déplacés d’Afrin ne seront pas rentrés chez eux et que la société démocratique et égalitaire – que les femmes d’Afrin ont construite – n’aura pas été restaurée.
 
Deuxièmement, à l’approche de la défaite militaire de la DAESH, les Forces démocratiques syriennes (FDS) ont affirmé qu’elles allaient concentrer leurs efforts sur la libération d’Afrin, suggérant qu’elles allaient renforcer la résistance armée contre les occupants d’Afrin. Cette évolution doit s’accompagner d’un soutien accru, en conjonction avec des campagnes visant à mettre fin aux ventes d’armes occidentales et au soutien militaire à la Turquie.
 
Ailleurs, les médias grand public et les organisations de défense des droits humains doivent être mis au défi d’améliorer leur couverture de la situation à Afrin. Les institutions qui documentent toutes les violations commises par d’autres acteurs du conflit sont restées silencieuses sur les violations des droits humains à Afrin – et en particulier sur les cas de violence sexiste décrits ici. Des organisations comme Amnesty International et Human Rights Watch ont produit beaucoup moins de rapports sur Afrin que sur les conflits de Ghouta ou d’Idlib, qui ont eu lieu à la même époque. En 2018, seuls 15 rapports sur le site Internet de Human Rights Watch mentionnaient Afrin, 28 Ghouta et 31 Idlib. Douloureusement, les médias ont également pris au mot des sources de l’État turc, refusant de contester l’affirmation selon laquelle l’occupation d’Afrin serait une « opération antiterroriste ». Cette campagne de silence et de fabrication de nouvelles se déroule en dépit de la connaissance par les médias étrangers et régionaux de la répression violente des journalistes critiques et des voix anti-guerre en Turquie. Ces institutions et organes d’information ont la responsabilité de documenter et de rendre compte des atrocités qui ont eu lieu afin qu’à l’avenir, les auteurs puissent être tenus responsables. Ils ne doivent pas être autorisés à se soustraire à cette obligation.
 
Il est important de noter que tous les appels à la justice, à la vérité et à la responsabilité doivent inclure les demandes des femmes d’Afrin. Les recherches ont montré que les crimes commis contre les femmes sont écartés lorsque des atrocités telles que le génocide et le nettoyage ethnique sont poursuivies, et que les femmes sont souvent exclues des négociations post-conflit. Les femmes d’Afrin se sont organisées pour ne pas être oubliées, en créant des campagnes de solidarité mondiale pour attirer l’attention sur l’occupation, la situation des personnes déplacées et la lutte permanente pour la libération. En d’autres termes, ils ne sont pas des victimes passives, mais des participants actifs dans la résistance civile et armée. Et en tant que premières cibles de l’invasion, ce sont elles qui ont la meilleure idée des formes que doit prendre la justice, de sorte que leurs exigences doivent être amplifiées en conséquence. Par conséquent, les féministes et les militantes de gauche devraient participer aux campagnes médiatiques et de sensibilisation organisées par Women Rise Up For Afrin, afin de faire avancer cette perspective sur la question et de faire écho à la voix des femmes d’Afrin et le Rojava.
 
Enfin, les femmes du monde entier devraient prendre l’initiative de mettre en scène ces revendications et d’appeler à la justice. L’invasion et l’occupation d’Afrin démontrent que le « soutien » du système étatique international à un mouvement révolutionnaire est, au mieux, conditionnel. Cet opportunisme réactionnaire doit donc s’accompagner d’une solidarité sans compromis de la population. Les femmes du nord-est de la Syrie s’organisent et luttent pour un monde où les crimes contre les femmes, tels que ceux commis à Afrin, et la vision patriarcale du monde qui les rend possibles, appartiennent désormais au passé. Partout, les femmes doivent les rejoindre.
 

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici