La Turquie forme des enseignants «syriens» à l’école islamique turque d’Afrin

0
234
AFRIN – La Turquie intègre rapidement les territoires syriens sous l’occupation militaire turque à sa propre structure étatique en nommant des fonctionnaires, en adaptant les programmes scolaires, en gérant les systèmes judiciaires locaux et en mettant en pratique un programme islamique sunnite dans ces régions, comme le rapportent des médias gouvernementaux turcs.
 
Le 29 janvier, l’agence de presse officielle Anadolu a annoncé que le gouverneur de la province d’Hatay s’était rendu dans une sorte de lycée islamique turc, connu sous le nom d’école « Imam Hatip », pour rencontrer des enseignants « syriens » en formation avant qu’ils soient nommés dans des écoles de la région kurde d’Afrin, juste de l’autre côté de la frontière syrienne.
 
Anadolu a écrit que les enseignants de l’école religieuse étaient chargés d’enseigner en turc une fois envoyés à Afrin, une zone que l’armée turque et ses mercenaires syriens ont envahi il y a un an.
 
Un autre rapport daté du 17 janvier a révélé que la Turquie avait ouvert au moins une école Imam Hatip à Afrin qui dispensait un enseignement islamique en turc et en arabe.
 
Un haut responsable du ministère turc de l’Education nationale a été photographié en train de distribuer des bulletins scolaires aux élèves adolescentes en hijab lors de la cérémonie des vacances d’hiver.
 
Selon le responsable, il y avait 243 écoles primaires et secondaires à Afrin gérées par la Turquie. La Turquie contrôle également les programmes des centres éducatifs d’autres villes, comme Azaz, Jarablus et al-Bab, dans le nord-ouest de la Syrie occupée par la Turquie.
 
On savait que la Turquie dirigeait les affaires éducatives à Afrin depuis que le président Erdogan lui-même avait annoncé l’année dernière que son gouvernement nommerait des enseignants et des religieux, mais l’existence d’une école religieuse turque n’avait pas encore été rendue publique.
 
Les Imam Hatips sont des écoles financées par les contribuables où les étudiants sont formés pour devenir des religieux sunnites dans plus de 90 000 mosquées en Turquie et à l’étranger, y compris en Amérique et en Europe, administrées par la Diyanet, la direction islamique officielle du pays.
 
Sabah, un journal résolument pro-gouvernemental, a rapporté le 18 janvier qu’Ankara avait également nommé cinq muftis et 299 employés de Diyanet dans les mosquées qu’il construisait ou réparait à Afrin.
 
Le même journal a rapporté que le ministère turc de l’Intérieur et sa direction générale de la sécurité, qui entretient la police nationale, ont créé un « groupe de travail sur la Syrie » qui « conseillait » des groupes avec les milices de l’Armée syrienne libre (ASL) partageant le contrôle d’Afrin avec la Turquie.
 
« Le groupe de travail a commencé à installer un système de surveillance électronique pour la sécurité de la ville », a-t-il déclaré.
 
La Turquie a lancé l’invasion d’Afrin en janvier 2018 au motif que l’administration kurde autoproclamée avait créé une « entité terroriste » mettant en danger son unité territoriale.
 
Au cours d’un intense bombardement aérien et terrestre de deux mois, quelque 160 000 personnes ont dû quitter leurs maisons et leurs villages jusqu’à ce qu’Afrin soit finalement tombée aux mains de l’armée turque et de l’ASL.
 
Le président Erdogan a promis « de rendre Afrin à ses propriétaires légitimes », ce qui, a-t-il dit, n’étaient pas des Kurdes. Depuis, la Turquie a installé à Afrin des milliers de familles arabes et milices islamistes du sud de la Syrie grâce à un accord avec la Russie
 
Depuis lors, la Turquie a de plus en plus tendance à faire ressembler Afrin, ainsi que d’autres régions sous son occupation, au nord de Chypre qu’elle a envahie en 1974.
 
La communauté internationale, les puissances mondiales et l’ONU ont peu réagi sur le statut des régions syriennes envahies par la Turquie.
 
Parmi les nations étrangères qui maintiennent une présence militaire en Syrie – y compris les États-Unis, la France, la Grande-Bretagne, la Russie et l’Iran – la Turquie est le seul pays à déployer son drapeau dans des locaux non militaires, tels que des écoles, des hôpitaux, des mosquées ou d’autres sites tels que des places centrales ou même des collines à la campagne.
 

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici