Un responsable allemand appelle à des sanctions contre la Turquie

0
154

Le porte-parole de la politique étrangère allemande, Jürgen Trittin a déclaré qu’il était temps d’adopter une politique plus robuste envers la Turquie et a appelé à des sanctions fermes contre l’Etat turc après qu’Erdogan a annoncé sa volonté pour que la Turquie rejoigne l’Organisation de coopération de Shanghai.

La coalition gouvernementale allemande a réagi au souhait déclaré du président turc Recep Tayyip Erdoğan d’adhérer à l’Organisation de coopération de Shanghai (OCS), une organisation politique, économique et de sécurité dirigée par la Russie et la Chine.

Le porte-parole de la politique étrangère du gouvernement fédéral allemand, le législateur des Verts Jürgen Trittin, a appelé à des sanctions sévères contre l’allié de l’OTAN, la Turquie.

« L’OTAN et l’Union européenne devraient se demander combien de temps elles laisseront Erdoğan jouer avec elles » , a déclaré Trittin au journal allemand The Welt.

Trittin a noté que la Turquie avait empêché l’OTAN de poursuivre l’embargo sur les armes de l’ONU contre la Libye et avait freiné le processus d’adhésion de la Finlande et de la Suède à l’OTAN.

Il a également dénoncé les activités de forage de la Turquie dans la zone économique exclusive de la Grèce et a déclaré que le gouvernement d’Erdoğan avait tenté de contourner les sanctions européennes contre la Russie après que l’invasion de l’Ukraine par Moscou a déclenché un embargo de grande envergure de la part des pays occidentaux.

« Maintenant, il veut rejoindre l’OCS avec l’Iran » , a déclaré l’éminent député des Verts allemands, ajoutant : « Il est temps d’avoir une politique turque plus robuste ».

Comme aucun État ne peut être exclu de l’OTAN, des mesures économiques coercitives devraient plutôt être prises contre la Turquie, a déclaré Trittin.

Le porte-parole de la politique étrangère du groupe parlementaire du Parti social-démocrate d’Allemagne (SPD), Nils Schmid, a déclaré que le projet d’Erdoğan de rejoindre l’OCS pourrait être une nouvelle tentative de détourner l’attention des problèmes politiques intérieurs.

« En termes de politique étrangère, c’est une autre étape symbolique qui montre que la Turquie s’éloigne de l’Occident et de ses valeurs » , a déclaré Nils Schmid, ajoutant qu’il considérait cette tentative comme une grave erreur pour l’avenir de la Turquie.

Medya News : Germany’s foreign policy spokesperson calls for sanctions against Turkish government

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici