AccueilKurdistanBakurTURQUIE. 16 journalistes kurdes tenus en otages depuis 3 mois dans des...

TURQUIE. 16 journalistes kurdes tenus en otages depuis 3 mois dans des conditions inhumaines

Depuis trois mois, 16 travailleurs des médias kurdes croupissent dans les geôles turques, dans des conditions inhumaines, sans inculpation. Ainsi, le régime turc tente de briser leur volonté d’informer, mais les journalistes résistent et appellent à la solidarité.
 
A Diyarbakir (Amed), 16 professionnels des médias kurdes ont été emprisonnés en juin. Les personnes arrêtées sont la directrice de l’agence de presse féminine JinNews, Safiye Alagaş, le coprésident de l’Association des journalistes Dicle Firat (DFG), Serdar Altan, le rédacteur en chef de l’agence de presse Mésopotamie (MA), Aziz Oruç, les deux rédacteurs du journal en langue kurde Xwebûn, Mehmet Ali Ertaş et Zeynel Abidin Bulut, présentateur et ancien rédacteur de MA Ömer Çelik, présentatrices Neşe Toprak et Elif Üngür, cameramen Mazlum Doğan Güler, Ibrahim Koyuncu, Abdurrahman Öncü, Suat Doğuhan, Ramazan Geciken, Lezgin Akdeniz et Mehmet Şahin, et Remziye Temel, comptable chez Piya Production. Aucun acte d’accusation n’a été déposé depuis 83 jours.
 
Les journalistes appellent à la solidarité
 
Les journalistes sont détenus dans deux prisons de haute sécurité à Amed. Ils sont accusés d’«appartenance à une organisation terroriste [PKK]». En tant que prisonniers politiques, ils sont soumis à des conditions carcérales particulièrement sévères.
 
L’avocate Ülkü Şahin du Syndicat des journalistes (TGS) a rendu visite aux journalistes emprisonnés. Şahin a déclaré qu’ils étaient en bonne santé et a appelé à une plus grande solidarité. Au cours de la visite, les prisonniers ont rendu compte de leurs conditions de détention et des violations de leurs droits.
 
Plus de 40 degrés dans les cellules
 
Entre autres choses, il a été évoqué que les cellules chauffent à plus de 40 degrés. Aziz Oruç, Suat Doğuhan et Abdurrahman Öncü, qui sont détenus à la prison de haute sécurité n° 1 de Diyarbakır, ont déclaré à Şahin qu’ils n’avaient pas reçu de réfrigérateurs depuis leur transfert en juillet, ils ne pouvaient pas boire d’eau fraiche malgré les températures élevées et les aliments qu’ils achètent à la cantine de la prison se gâtent rapidement. Ils rapportent que l’administration pénitentiaire ignore complètement leurs demandes. Ils se voient également refuser le droit aux activités sociales, aux sports et à l’exercice. Les prisonniers malades ne sont pas transportés à l’hôpital.
 
Les femmes journalistes surveillées par des caméras
 
Les quatre journalistes de la prison pour femmes ont rapporté que chaque zone de la salle, de la porte de la salle de bain à la zone de bien-être, est surveillée par des caméras et qu’elles sont doublement enchaînées pendant le transport. Ils ont également déclaré que les prix de la cantine étaient trop élevés et que leurs familles ne pouvaient pas payer les frais. De plus, les lettres sont confisquées et des frais de port excessifs sont facturés pour les envois. Les factures d’électricité sont également répercutées sur les prisonniers. Les journaux Yeni Yaşam, Evrensel et BirGün ne sont pas distribués aux prisonniers et l’accès aux chaînes de télévision est limité.
 
ANF

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici