Collectif international de solidarité kurde : il faut faire pression sur la Turquie

0
149

« Cela se passe dans l’ombre de la guerre en Ukraine. Erdogan a utilisé la demande de la Suède et de la Finlande voulant rejoindre l’OTAN. Il veut exploiter la fracture OTAN-Russie contre les Kurdes. L’OTAN est également silencieuse car elle a besoin de la Turquie pour combattre la Russie et soutenir l’Ukraine. L’OTAN a donc donné le feu vert à Erdogan pour attaquer les Kurdes. »

Le Collectif international de solidarité a déclaré qu’ils vont créer une pression publique sur l’OTAN et les institutions connexes pour arrêter l’agression turque visant les Kurdes.

Le Collectif international de solidarité kurde, coprésidé par la militante sud-africaine des droits des femmes Fazela Mahomed et l’ancien député du Parti de gauche Jürgen Klute, a lancé un appel plus tôt cette semaine mettant en garde les forces concernées et le public contre l’occupation turque et ses attaques en cours.

Fazela Mahomed et Jürgen Klute ont parlé à ANF du collectif et de ce qu’ils prévoient de faire.

Erdogan a le feu vert de l’OTAN

Soulignant les attaques de l’État turc au sud du Kurdistan et au nord-est de la Syrie et la menace d’une nouvelle invasion, le co-porte-parole Klute a déclaré : « Cela se passe dans l’ombre de la guerre en Ukraine. Erdogan a utilisé la demande de la Suède et de la Finlande voulant rejoindre l’OTAN. Il veut exploiter la fracture OTAN-Russie contre les Kurdes. L’OTAN est également silencieuse car elle a besoin de la Turquie pour combattre la Russie et soutenir l’Ukraine. L’OTAN a donc donné le feu vert à Erdogan pour attaquer les Kurdes. »

Jürgen Klute a noté que le Collectif international de solidarité kurde a demandé à l’OTAN et à la communauté internationale de faire pression sur le gouvernement turc pour qu’il cesse ses attaques.

Demande de rencontre avec le ministre allemand des Affaires étrangères Baerbock

Klute, jugeant positif que la ministre allemande des Affaires étrangères Annalena Baerbock ait critiqué les actions de la Turquie contre les Kurdes contre le droit international lors de sa dernière visite en Turquie, a déclaré : «Nous allons la contacter et bien sûr demander une rencontre. Parce qu’en tant que membre du gouvernement allemand depuis des décennies, c’est la première fois que quelqu’un s’oppose à la politique turque. Je ne me souviens pas de la dernière fois. En tant qu’homme politique allemand, elle dit « non » et exige le respect des droits humains. »

Réaction collective aux attaques turques

L’activiste sud-africaine Fazela Mahomed, co-porte-parole du Collectif international de solidarité kurde, a déclaré : « Le Collectif a commencé principalement en réponse aux attaques continues de la Turquie contre le peuple kurde. C’était une réponse importante à l’escalade de la guerre menée par le régime turc contre le peuple kurde. Nous avons convenu de rechercher le soutien de personnalités du monde entier pour cette initiative. En particulier, il est inacceptable que la guerre en Ukraine donne à Erdogan la possibilité de poursuivre ses attaques contre le peuple kurde en toute impunité. Pour cela, nous avons essayé de faire en sorte que les voix sensibles du monde entier adoptent une position commune. Il est important d’y parvenir contre le régime turc. »

Erdogan veut continuer la guerre

Fazela Mahomed a déclaré qu’ils essayaient de persuader l’OTAN et d’autres organisations importantes et de créer une pression publique, et a poursuivi : « Ils devraient cesser de soutenir la violence d’Erdogan contre le peuple kurde. Il exploite la situation actuelle en Ukraine. Nous savons qu’Erdogan n’est pas intéressé à ramener la paix. Son plan est de continuer la guerre et d’augmenter son influence au Moyen-Orient. C’est pourquoi nous disons qu’il doit être arrêté. »

Nous continuerons à faire campagne

Les porte-parole du Collectif international de solidarité kurde ont déclaré qu’ils poursuivraient leurs campagnes sans interruption et essaieraient d’assurer la participation d’un plus grand nombre de personnes et ont ajouté : « Nous allons entrer en dialogue avec les politiciens et d’autres groupes de la société civile. Nous pouvons organiser une conférence pour faire pression sur la Turquie. Peut-être pourrions-nous envoyer une délégation dans le nord et l’est de la Syrie [Rojava] et dans la région fédérale du Kurdistan. »

ANF

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici