Les organisations de défense des droits de l’enfant appelées à agir face à l’armée turque qui cible les enfants au Rojava

0
312
SYRIE / ROJAVA – Alors que de nombreux enfants sont tués, d’autres mutilés ou blessés grièvement en étant ciblés directement par les forces turco-jihadistes dans les régions kurdes de Syrie depuis plusieurs années, une militante des droits humains appelle les organisations de défense des droits humains et des droits des enfants à poursuivre la Turquie pour les crimes de guerre visant les enfants et demande à la communauté internationale à mettre fin à l’occupation turque dans le nord de la Syrie. Elle appelle également la Russie et les Etats-Unis à fermer l’espace aérien du Rojava aux drones et avions turcs (#NoFlyZone4Rojava).
 
L’Organisation des droits humains de la région de Jazira a expliqué que le ciblage des enfants par l’État turc constitue une violation du droit international humanitaire et de la Convention relative aux droits de l’enfant, appelant les organisations internationales de défense des droits humains et les forces russes et américaines présentes dans la région à imposer un embargo aérien pour le nord et l’est de la Syrie et mettre fin à l’occupation turque.
 
L’État occupant turc, dans ses attaques continues contre le Rojava, cible directement les enfants et nombre d’entre eux ont été tués, des centaines d’autres mutilés ou gravement blessés à la suite d’attaques de drones tueurs et de l’artillerie turco-jihadiste.
 

 
À ce sujet, la responsable de l’Organisation des droits humains dans la région de Jazira, Avin Juma, a confirmé que l’État turc commet des violations des droits humains au Rojava, en particulier dans les zones occupées d’Afrin, Serêkaniyê/ Ras al-Ain, Girê Spî/Tal Abyed, et dans toute la bande frontalière.
 
Se référant aux lois que l’État d’occupation turc viole en ciblant des enfants dans le nord et l’est de la Syrie, Avin a expliqué : « Les violations commises contre des enfants constituent une violation du droit international humanitaire et de la Convention relative aux droits de l’enfant, qui soulignent l’importance de protéger enfants et leur assurer la sécurité et les soins dans les conflits armés. Cet accord protège les enfants d’une part parce qu’ils sont des civils, et d’autre part il leur donne une double protection parce qu’ils sont mineurs et ont besoin de soins.
 
La Déclaration de Genève des droits de l’enfant de 1924 et la Déclaration des droits de l’enfant adoptées par l’Assemblée générale le 20 novembre 1959 et reconnues dans la Déclaration universelle des droits, notamment dans les articles 23 et 24, et dans la Convention internationale Pacte international relatif aux droits économiques, sociaux et culturels, en particulier à l’article 10, soulignent la nécessité de fournir des soins spéciaux aux enfants.
 
L’État turc occupant et les factions de l’opposition armée ont violé les accords de cessez-le-feu, et leurs attaques ont fait des victimes civiles, en particulier des enfants, et nous avons vu la violation qui a eu lieu dans la ville de Kobani il y a quelque temps, qui a entraîné des blessures d’un certain nombre d’enfants, dont l’amputation de sa jambe, et de nombreux enfants dans la campagne de Zerghan. »
 
Avin Juma a attiré l’attention sur l’attaque de l’État occupant turc contre le quartier al-Sina’a de la ville de Qamishlo, qui a entraîné le martyre de 3 personnes, dont les deux enfants (Ahmed Ali Hussein, Ahnak Akram Hussein), en disant : « Les enfants dans le nord et l’est de la Syrie sont victimes de violations et de bombardements directs, sans parler des cas de bombardements à l’aide de drones qui font des victimes civiles, dont des enfants, et nous avons vu il y a deux jours le bombardement qui a visé le quartier d’al-Sina’a dans la ville de Qamishlo, ce qui a entraîné la mort de deux enfants qui travaillaient avec leurs parents dans la zone susmentionnée. »
 
En outre, 13 enfants ont été blessés et deux autres ont été tués lors des bombardements de l’armée d’occupation turque et de ses mercenaires sur le nord et l’est de la Syrie au cours des mois (juin, juillet et août).
Selon les lois internationales, cibler des civils et des enfants en période de conflit armé est un crime de guerre.
 
Avin Juma, a appelé toutes les organisations de défense des droits humains et les forces russes et américaines présentes dans la région à imposer un embargo aérien dans le ciel syrien, face aux drones et avions turcs, « car ils sont une menace directe pour la vie des civils et ne fait pas de distinction entre les centres militaires ou administratifs et de santé et cible tout le monde sans exception » et à mettre fin à l’occupation, « qui cause de grandes tragédies et souffrances, en particulier pour les personnes déplacées des zones occupées », a-t-elle déclaré, notant que deux enfants d’une même famille ont perdu la vie dans le camp de Washo Kani, à l’ouest de la ville d’al-Hasakah, à la suite d’un incendie dans leur tente, le 7 août.
 
Juma a déclaré : « À la suite des attaques barbares de l’État occupan turc contre le nord et l’est de la Syrie, de nombreuses familles ont été contraintes de fuir leurs régions et de vivre dans des camps, tandis que certaines ont été déplacées. Selon les dernières statistiques de l’Organisation des droits humains dans la région de Jazira, il y a 26 266 enfants dans les camps de Washo Kani, Newroz, Serêkaniyê et al-Arisha. »
 
Avin Juma a confirmé que l’ONG des droits de humains dans la région de Jazira soumet « des rapports périodiques aux organisations internationales des droits humains, comme un comité d’enquête sur la Syrie, qui documente les violations contre les civils, en plus de communiquer avec le comité pour documenter les violations contre les enfants, en plus de publier des rapports annuels qui surveillent toutes les violations. contre des enfants dans les régions du nord et de l’est de la Syrie et de les soumettre aux [organisations] des droits humains, en plus de préparer des cas individuels devant les tribunaux internationaux concernant des violations des droits des enfants, et tous ces cas sont dirigés contre l’État turc et les factions armées de l’opposition [dirigées par la Turquie] qui commettent les violations et crimes de guerre mentionnés. »
 
Et sur la nécessité de tenir l’État d’occupation turc responsable de sa perpétration de ces crimes contre des enfants dans le nord et l’est de la Syrie, Avin Juma a souligné que la commuté internationale devait faire pression sur la Turquie pour mettre fin aux campagnes militaires en cours, en plus de traduire les responsables devant les tribunaux internationaux. 
 
ANHA

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici