KURDISTAN. Craintes pour la vie des prisonniers politiques de Bahdinan en grève de la faim

0
104
KURDISTAN DU SUD – À la suite de manifestations dans la province kurde de Duhok (Bahdinan) en 2020 contre les politiques économiques du gouvernement régional du Kurdistan (KRG), les forces de sécurité locales affiliées au Parti démocratique du Kurdistan (PDK) ont arrêté des dizaines de personnes dans le cadre d’une répression généralisée visant à réprimer la dissidence.
 
Plus de 80 journalistes, syndicalistes et militants kurdes ont été condamnées lors d’une parodie de justice. Après avoir purgé leurs peine de prison, plusieurs de ces prisonniers politiques devaient être libérés en mai 2022. Mais le procureur général s’est opposé à leur libération. le En réaction, ils ont entamé une grève de la faim le 21 juillet dernier, soulevant des craintes pour leur santé. Depuis hier soir, il y a une campagne de tweets (#RiseUp4BadinanPrisoners) exigeant la libération immédiate des prisonniers politiques de Badinan.
 
Un système judiciaire à la solde du pouvoir politique
 
Le porte-parole de l’ONG Community Peacemaker Teams (CPT) travaillant pour mettre fin aux conflits inter-communautaires au Kurdistan irakien, Kamaran Osman a déclaré que le procureur du Gouvernement Régional du Kurdistan (GRK) avait empêché la libération des prisonniers de Behdînan et de 42 autres détenus.
 
Le CPT a déclaré que tous les prisonniers sont en grève de la faim et demandent justice et que tous les partis politiques cessent d’interférer dans le système judiciaire.
 
L’ONG a déclaré qu’en plus de leur liberté, le GRK devrait indemniser les militants de Badinan pour l’injustice à laquelle ils ont été confrontés.
 
Le CPT s’est dit particulièrement préoccupé par la santé de l’un des prisonniers détenus à Shiladze l’année dernière, Amjad Youssef, et a demandé des assurances sur son état.
 
Les militants sont détenus depuis août 2020 et ont été accusés d’espionnage pour le compte de gouvernements étrangers après qu’un certain nombre aient eu des contacts avec les consulats allemand et américain.
 
Parmi les personnes emprisonnées figurent des enseignants qui ont exigé le paiement des salaires du secteur public qui sont souvent retenus par le gouvernement pendant des mois et payés à un taux réduit.
 
Amnesty a mis en garde contre une « répression effrayante » contre les journalistes au Kurdistan irakien, accusant le gouvernement de faire taire les critiques.
 
Les audiences ont été qualifiées de « procès-spectacles » par des groupes de défense des droits qui ont déclaré ne pas respecter les normes mondiales et violer le droit international.
 
Morning Star a assisté au procès de la seule militante de Badinane, Berivan Hassan, à Erbil en février.
 
Elle a fait face à 15 ans derrière les barreaux pour avoir distribué des tracts appelant au boycott de la Turquie pour son invasion et son occupation illégales de vastes étendues du Kurdistan irakien.
 
Sa libération a été attribuée par les observateurs et son équipe juridique à la grande présence internationale dans la salle d’audience.
 
Ceux qui ont été libérés ont raconté à Morning Star les conditions épouvantables dans lesquelles ils ont été détenus, alléguant qu’ils ont été soumis à des tortures brutales, y compris l’électrocution.
 
Dans un message de sa cellule de prison, le journaliste Sherwan Sherwani a lancé un appel à la solidarité internationale et exhorté les activistes à continuer à lutter pour leur liberté.
 
Le week-end dernier, des dizaines de parlementaires, de militants et de journalistes du Mouvement Nouvelle Génération ont été arrêtés après l’organisation de manifestations de masse dans plusieurs villes, dont Slémani.

Photo: Amjad Yousif, Kovan Tariq, Yousif Sherif, Mahmood Naji et Nechir Badih, des militants incarcérés de Sheladze, en grève de la faim à la prison d’Erbil (Hewler) 
 

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici