AccueilKurdistanBashurLe Kurdistan peut-il répondre aux besoins énergétiques européens?

Le Kurdistan peut-il répondre aux besoins énergétiques européens?

Depuis l’invasion de l’Ukraine par la Russie, les pays européens cherchent désespérément de trouver des alternatifs au gaz russe. Une des pistes étudiées par les Européens serait les champs gaziers de la province kurde de Kirkouk disputée par les milices pro-Iran, voire la Turquie… Pour la chercheuse Dastan Jasim, la quête du Kurdistan du Sud de devenir un exportateur de gaz naturel ne fonctionnera pas, ou du moins pas au profit des Kurdes.
 
Khor Mor exploité par Dana Gas à Chamchamal. Photo Dana Gas publiée par Kurdistan 24
 

Le Kurdistan peut-il répondre aux besoins énergétiques européens?

 

Alors que la Turquie lançait une nouvelle opération militaire dans la région du Kurdistan irakien (Kurdistan Region of Iraq – KRI) en avril, le Premier ministre de la KRI, Masrour Barzani, était loin des zones touchées par le conflit. Au lieu de cela, il était à Londres, où le Premier ministre britannique Boris Johnson l’a reçu lors d’une visite d’État officielle. Alors que les militants kurdes protestaient contre l’escalade turque et la politique du gouvernement régional du Kurdistan envers la Turquie, Barzani et Johnson ont discuté de deux autres sujets : les réfugiés et le gaz naturel.

La première préoccupation est à l’ordre du jour depuis un certain temps, alors que les Kurdes irakiens continuent de fuir en nombre croissant vers l’Europe. Ce dernier est un ajout plus récent au portefeuille de politiques du KRI.

Le KRI est déjà économiquement dépendant du pétrole, qu’il exporte principalement via la Turquie. Le gaz naturel, cependant, n’a pas été une priorité majeure jusqu’à présent, malgré l’existence de réserves dans l’est de la région. Ceci, cependant, commence à changer. En février, la compagnie pétrolière kurde irakienne KAR Group a conclu un accord avec l’administration KRI pour construire un pipeline reliant Khor Mor, un champ gazier près de Kirkouk, à Duhok et finalement à la Turquie.

Lors du Forum mondial de l’énergie du Conseil de l’Atlantique fin mars, le Premier ministre a présenté ses plans pour faire du KRI un exportateur majeur de gaz naturel et, en tant que tel, une solution à la crise énergétique massive à laquelle l’Europe est confrontée en raison de la guerre en Ukraine.

Obstacles pratiques

Ce qui n’a pas été mentionné, c’est le fait qu’il existe au moins quatre obstacles majeurs à ce projet qui le rendent irréalisable et, à long terme, dangereux pour la stabilité et la sécurité régionales.

Le premier obstacle est la médiocrité des infrastructures. L’exportation à grande échelle de gaz nécessite une configuration plus sophistiquée que celle qui existe dans une région où même l’entretien de base des autoroutes est négligé. La construction de pipelines ne suffit pas à elle seule à permettre des exportations à grande échelle, car le gaz naturel doit être traité pour être transportable.

On ne sait pas comment le KRI pourra se permettre les infrastructures de transport et de traitement nécessaires à la lumière des problèmes budgétaires et liés à la dette existants. De nombreux habitants craignent que, incapables de financer seuls le projet, les dirigeants de la région concluent des accords plus opaques et injustes, augmentant la corruption et les inégalités.

Le second est la disponibilité énergétique locale. Des entreprises comme Dana Gas, qui opère à Khor Mor et Chamchamal, traitent le gaz naturel de la région depuis les années 2000. Cela a été principalement utilisé à des fins domestiques dans le KRI, en particulier pour la production d’électricité.

La région n’a pas connu une seule année sans pénurie d’électricité depuis sa création et la demande ne cesse d’augmenter. Donner la priorité aux exportations de gaz tout en négligeant la demande intérieure risque d’exacerber les pénuries – une décision dangereuse à un moment où de nombreux Kurdes paient déjà des frais exorbitants aux producteurs d’électricité privés pour combler les lacunes.

Le troisième obstacle aux efforts du Premier ministre est une récente décision de la Cour suprême irakienne qui a conclu que la loi sur le pétrole et le gaz du Kurdistan (n° 22/2007) était inconstitutionnelle. Cette loi gérait et légitimait auparavant les exportations autonomes d’énergie du KRI.

La discussion sur la constitutionnalité de la manière dont les exportations d’énergie sont gérées entre Erbil et Bagdad est complexe. Le problème fondamental réside dans le fait que la Constitution irakienne de 2005 ne mentionnait que les « champs actuels ». Le statut des champs nouvellement développés aurait dû faire l’objet d’une législation commune entre Erbil et Bagdad qui n’a jamais été négociée avec succès. Au lieu de cela, le KRI a développé ses propres sources, tandis que l’Irak a mis en œuvre la loi sur la compagnie pétrolière nationale irakienne (n° 4/2018) et a refusé au KRI sa part de 17 % des revenus pétroliers nationaux.

L’Irak poursuit actuellement la Turquie en justice pour son rôle central dans les exportations de pétrole du KRI. La décision de la Cour suprême devrait renforcer leur dossier déjà favorable. Les autorités irakiennes s’emploient également à mettre en œuvre la décision sur le terrain, et les entreprises occidentales semblent disposées à s’y conforme.

La quatrième question est le rôle de l’Iran. Les milices irakiennes soutenues par l’Iran – et dans certains cas, les forces iraniennes elles-mêmes – ont attaqué des zones et des acteurs au cœur de cet enchevêtrement d’exportation d’énergie. En mars, une attaque au missile a visé la villa d’Erbil du PDG du groupe KAR, et en juin, une attaque à la roquette a touché le champ gazier de Khor Mor.

Alors que de nombreux analystes interprètent ces frappes comme des actes symboliques de résistance contre une prétendue menace, en réalité, l’Iran ne fait que défendre ses intérêts économiques. L’Iran est un important exportateur de gaz vers l’Irak. Si le KRI devait modifier l’équilibre du pouvoir économique à cet égard en devenant un important exportateur de gaz, l’influence de l’Iran sur la politique et l’économie de l’Irak serait diminuée.

Risques à long terme

Pour toutes les raisons décrites ci-dessus, importer du gaz naturel du KRI n’est pas une solution pragmatique à court terme à la crise énergétique européenne. Pourtant, pour avoir une image complète de l’infaisabilité d’un tel arrangement, les décideurs politiques occidentaux doivent regarder au-delà des préoccupations à court terme vers les problèmes systémiques.

La question des exportations de pétrole et de gaz est plus qu’un différend politique intérieur entre des autorités gouvernementales rivales en Irak. Il implique deux grandes puissances régionales prêtes à utiliser la force pour défendre leurs intérêts dans le pays : la Turquie et l’Iran. Même si Bagdad et Erbil parvenaient à trouver un terrain d’entente et à éviter de nouveaux différends juridiques, tout accord éventuel marginaliserait probablement Ankara ou Téhéran. Aucun des deux États ne serait susceptible d’accepter une telle marginalisation. Cela pourrait aggraver l’intervention étrangère et l’instabilité à la fois dans le KRI et dans le reste de l’Irak.

Cela soulève également des questions sur la gouvernance et l’équité économique dans le pays. Comme le KRI, d’autres parties de l’Irak sont également en proie à la corruption, au clientélisme et aux transactions clandestines dans le secteur économique. Cela posera des obstacles à toute réforme politique : par exemple, alors que certains experts ont suggéré une décentralisation supplémentaire pour résoudre des problèmes tels que le statut contesté de Sinjar, la patrie yézidie, cela soulèverait inévitablement de sérieuses questions sur la façon dont une nouvelle région autonome se financerait.

Les importateurs potentiels de gaz ne peuvent ignorer les répercussions politiques et sociales du soutien à un marché de l’énergie illégitime qui stimule les conflits locaux et internationaux et qui sert principalement les élites tout en laissant [les peuples] irakien et kurde confronté au chômage, à la pauvreté et au manque de services de base. L’importation de gaz à partir de régions où l’économie locale repose sur des revenus pétroliers et gaziers qui sont systématiquement cachés et contestés par des canaux sectaires et partisans exacerbera probablement les conditions qui provoquent déjà des manifestations de masse, une migration accrue et d’autres instabilités dangereuses.

Que leur principale préoccupation soit de répondre aux besoins énergétiques européens de manière durable ou de promouvoir un Irak et une région du Kurdistan démocratiques, stables et équitablement prospères, les décideurs politiques doivent regarder ailleurs.

Dastan Jasim est chercheuse à l’Institut allemand d’études mondiales et régionales de Hambourg et doctorant en sciences politiques à l’Université Friedrich Alexander d’Erlangen-Nuremberg. Depuis 2017, elle est également chercheuse sur les conflits…
Version en anglais à lire sur le site Kurdish Peace Institut: Can Kurdistan Address European Energy Needs?

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici