AccueilJournalismeLes USA "regrettent" que la Turquie bloque les sites Voice of America...

Les USA « regrettent » que la Turquie bloque les sites Voice of America et Deutsche Welle

Silencieux quand il s’agit de la répression et persécution des médias et journalistes kurdes par le régime turc, les États-Unis « regrettent » que la Turquie ait bloqué les sites d’information Voice of America et Deutsche Welle. Pourtant, la liberté d’informer est un droit pour tous les journalistes, y compris les kurdes qu’on ne fait pas taire qu’en les censurant, mais en les emprisonnant et parfois en les tuant…
 
Le porte-parole du département d’État américain a critiqué la Turquie pour avoir bloqué l’accès aux sites Web de Voice of America (VoA) et de Deutsche Welle (DW).
 
« Nous regrettons la décision du Conseil supérieur de l’audiovisuel de Turquie de bloquer l’accès aux sites Web de VOA Türkçe et de Deutsche Welle, renforçant encore le contrôle du gouvernement sur la liberté d’expression et la liberté des médias en Turquie. La liberté de la presse est essentielle à une démocratie solide » , a écrit Ned Price sur Twitter le 6 juillet.
 
Un tribunal d’Ankara a bloqué l’accès aux deux sites le 30 juin, à la suite d’une demande du Le Conseil supérieur de l’audiovisuel de Turquie (RTÜK). La décision du RTÜK était due au fait que les deux points de vente n’avaient pas demandé au conseil une licence, comme l’exige un règlement l’autorisant à diffuser en ligne.
 
Les deux organisations ont refusé de demander une licence, invoquant des problèmes de liberté d’expression.
 
Les autorités ont bloqué les domaines dw.com et amerikaninsesi.com, l’adresse Internet du service turc de VOA. Les éditions turque et anglaise de DW sont interdites, tandis que l’édition anglaise de VOA est accessible en Turquie sur voiceofamerica.com.
 
Le RTÜK et les diffusions en ligne
 
Selon le « Règlement sur la radio, la télévision et les diffusions en ligne » publié au Journal officiel le 1er août 2019, les plateformes Internet telles que Netflix ont été obligées d’obtenir une licence du RTÜK, Conseil supérieur de l’audiovisuel de Turquie chargé de la régulation et du contrôle du secteur audiovisuel.
 
Ces sites Web doivent également créer une société et payer des impôts en Turquie afin de pouvoir continuer à opérer dans le pays. L’objectif de la nouvelle réglementation légale a été expliqué comme suit dans le Journal officiel :
 
« L’objectif de ce règlement est d’établir des procédures et des principes relatifs à la diffusion et à la transmission en ligne de services de radio, de télévision et de diffusion volontaire ; les licences de diffusion à accorder aux fournisseurs de services de médias et l’autorité de transmission de diffusion à donner aux opérateurs de plateforme ; et l’inspection des émissions y afférentes. »
 
Il a également été indiqué dans le Journal Officiel que le règlement en question s’appliquera « aux institutions privées fournissant des services de médias qui se livrent à la radio, à la télévision et aux émissions volontaires en ligne et aux opérateurs de ces plateformes qui fournissent ces services de diffusion » . Bianet

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici