TURQUIE. 16 journalistes kurdes envoyés en prison pour « terrorisme »

0
128

TURQUIE / KURDISTAN DU NORD – Le 8 juin, la police a perquisitionné des maisons et des organes de presse à Diyarbakır (Amed) et arrêté 22 personnes, dont 20 journalistes kurdes. Les journalistes ont été auditionnés hier, après 8 jours de détention. 16 des 20 journalistes – dont  Safiye Alagaş, directrice de l’agence féminine Jinnews, et Aziz Oruç, rédacteur en chef de l’Agence Mezopotamya (MA), ont été déférés devant le le parquet envoyés en prison pour « appartenance à une organisation terroriste » .

Les journalistes kurdes dénoncent les tentatives étatiques visant à faire taire les médias kurdes dont le seul crime est d’informer le public de ce qui se passe au Kurdistan (colonialisme, guerre, massacres, écocide, pillages…).

Manifestation de journalistes devant le palais de justice

Pendant ce temps, des membres de l’Association des journalistes Dicle Fırat (DFG) et de la Plateforme des femmes journalistes Mezopotamya (MKGP) se sont rassemblés devant le palais de justice pour protester contre la détention de journalistes.

Des collègues et des membres de la famille des journalistes, ainsi que des représentants d’ONG et de partis politiques, ont assisté à la manifestation.

Dicle Müftüoğlu, coprésidente du DFG, a déclaré :« Nos amis sont ciblés parce qu’ils font du journalisme et transmettent la vérité au public », a-t-elle déclaré, ajoutant : « C’est pourquoi les maisons et les lieux de travail ont été perquisitionnés.

« Avec ces opérations, le message que ‘Si vous dites la vérité au peuple, nous allons vous cibler et vous criminaliser’ est passé aux journalistes. Vous ne pouvez pas faire taire la presse libre, que vous ne pouviez pas faire taire avec des bombardements, des disparitions en détention et meurtres. »

Kadri Esen, titulaire de la bourse du journal Xwebûn, a déclaré que les journalistes étaient détenus pour avoir fait leur travail et, même si la raison des détentions n’a pas été révélée, les détentions étaient une attaque contre la langue kurde.

« Ils nous ont dit de cacher ce qui s’est passé au monde entier. Nous ne nous cachons pas. Nous continuerons à transmettre ce qui se passe au Kurdistan au peuple. Ils veulent faire taire la presse kurde avec ces opérations » , a déclaré Esen.

La foule a mis fin à la manifestation après avoir scandé « La presse libre ne peut pas être réduite au silence » .

Les journalistes détenus sont : Coprésident de la DFG Serdar Altan, rédacteur en chef de Xwebûn Mehmet Ali Ertaş, directrice de JİNNEWS Safiye Alagaş, rédactrice en chef de JINNEWS Gülşen Koçuk, rédacteur en chef de Mezopotamya Agency (MA) Aziz Oruç, Ömer Çelik, Suat Doğuhan, Ramazan Geciken, Esmer Tunç , Neşe Toprak, Zeynel Abidin Bulut, Mazlum Doğan Güler, Mehmet Şahin, Elif Üngür, İbrahim Koyuncu, Remziye Temel, Mehmet Yalçın, Abdurrahman Öncü, Lezgin Akdeniz, Kadir Bayram et Feynaz Koçuk et İhsan Ergülen.

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici