Pour la stabilité en Irak, arrêtez les frappes turques sur Sinjar

0
143

Alors que la Turquie vient de commettre un nouveau massacre dans la région yézidie de Shengal et qu’elle attaque les Kurdes du Rojava et du Kurdistan irakien, la chercheuse Meghan Bodette demande à la communauté internationale d’empêcher les attaques de la Turquie dans la région afin de garantir la stabilité de l’Irak.

Pour la stabilité en Irak, arrêtez les frappes turques sur Sinjar

Ce 15 juin, des drones turcs ont ciblé le centre-ville de Sinune dans la province irakienne de Sinjar. Au moins un civil – un garçon yézidi de douze ans nommé Salah Nassir – a été tué. Plusieurs autres personnes ont été blessées, dont le journaliste de Çira TV, Salih Berces.

Les frappes périodiques de la Turquie contre des cibles yézidies à Sinjar, qui se produisent chaque année depuis 2017, sont un facteur clé d’instabilité dans la région et une raison majeure pour laquelle de nombreux Yézidis ne peuvent pas retourner dans leur patrie huit ans après l’attaque de l’Etat islamique.

Une étude a révélé que 60 % des frappes turques à Sinjar ont fait des victimes civiles . Certaines frappes étaient probablement des assassinats extrajudiciaires, visant des dirigeants politiques et militaires yézidis irakiens qui ont joué un rôle central dans la défense de leur communauté contre l’EI au lendemain du génocide de 2014.

Contrairement aux affirmations des responsables du gouvernement turc, la Turquie ne fait face à aucune menace «terroriste» de Sinjar. La région est à plus de 100 kilomètres de la frontière turque. Les unités de résistance de Sinjar (YBS), une force d’autodéfense créée pour combattre l’EI en 2014, ne représentent aucune menace militaire pour la Turquie.

Les Yézidis irakiens, en revanche, ont un intérêt légitime en matière de sécurité à pouvoir reconstruire, récupérer et déterminer leurs propres affaires politiques et de sécurité dans le cadre de la loi irakienne.

Les gouvernements et les institutions internationales peuvent prendre plusieurs mesures pour en faire une réalité : arrêter les frappes turques, tenir les responsables turcs responsables des dommages et des déplacements de civils, et prendre des mesures diplomatiques pour résoudre le statut politique et militaire de Sinjar et les causes profondes de l’intervention turque en Irak. par des moyens pacifiques et inclusifs.

Arrêtez les bombardements

Premièrement, l’espace aérien de Sinjar doit être fermé à tous les avions étrangers, avec des exceptions uniquement pour les missions anti-EI. La Coalition, les Nations Unies et le gouvernement irakien pourraient se coordonner pour y parvenir. Bloquer la capacité de la Turquie à mener des frappes aériennes, des frappes de drones, de la surveillance ou toute autre action à Sinjar est une condition préalable nécessaire pour aller de l’avant.

Cela doit s’accompagner de condamnations publiques et privées sans équivoque des frappes de cette semaine et d’avertissements à la Turquie contre toute nouvelle activité militaire à Sinjar. Ceux-ci devraient provenir du gouvernement irakien, de l’ONU et des États-Unis.

Tenir la Turquie responsable

La Turquie doit alors ressentir les conséquences de sa campagne d’agression contre une communauté encore sous le choc des atrocités de masse. Les gouvernements occidentaux doivent cesser d’exporter des armes et des technologies qui pourraient être utilisées dans les opérations transfrontalières turques contre les Yézidis et d’autres minorités ethniques vulnérables, notamment les Kurdes, les Assyriens et les Arméniens.

Bloquer la vente proposée de 40 avions de chasse F-16 et l’exportation de toute technologie d’origine américaine utilisée dans le programme de drones turc serait la mesure la plus pertinente que les États-Unis devraient prendre ici.

Engagement diplomatique

Après avoir éliminé la menace déstabilisatrice des frappes turques, la communauté internationale doit apprendre des échecs de l’accord de Sinjar, soutenu par les États-Unis, entre le gouvernement régional du Kurdistan et le gouvernement irakien.

Un processus politique durable pour déterminer l’avenir de la région devrait être dirigé par les Yézidis, négocié par des médiateurs impartiaux et inclure les diverses perspectives politiques des habitants de Sinjar. Il ne doit pas donner aux acteurs extérieurs la capacité d’intervenir dans le processus ou d’imposer leur influence sur Sinjar par la force.

La loi irakienne existante permet un degré élevé de décentralisation politique et d’intégration des groupes armés locaux dans les structures de sécurité existantes – des mesures qui permettraient aux Yézidis de contrôler leur sécurité et leur gouvernance tout en restant intégrés à l’État central.

Cette stratégie doit être façonnée par un engagement renouvelé avec les dirigeants, les communautés et les organisations yézidis, en particulier ceux qui ont constamment souligné le risque posé par les menaces turques. Si les Yézidis avaient été entendus lorsqu’ils ont sonné l’alarme pour la première fois sur les impacts des bombardements turcs et si des solutions globales avaient été mises en œuvre en fonction de leurs points de vue, il est probable que de nombreuses régions seraient plus stables aujourd’hui et que davantage de déplacés internes auraient pu rentrer chez eux.

Article à lire en anglais ici: For Stability in Iraq, Stop Turkish Strikes on Sinjar

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici