TURQUIE. La police attaque le cortège funéraire de la politicienne kurde Aysel Dogan et vole le cercueil

0
441
TURQUIE / BAKUR – Le corps de la politicienne kurde Aysel Doğan, décédée récemment à Cologne, est arrivé à Dersim. La police turque a bloqué la route du cortège funéraire à l’arrivée de Dersim, attaqué le cortège avec des canons à eau, du gaz lacrymogène et volé le cercueil de Dogan. Des scènes surréalistes qui rappellent la charge de police israélienne contre le cortège funéraire de la journaliste palestino-américaine Shireen Abu Akleh la veille…
 
La politicienne kurde Aysel Doğan, décédée il y a quelques jours dans une clinique de Cologne après avoir souffert d’un cancer pendant de nombreuses années, doit être enterrée aujourd’hui dans sa ville natale de Dersim. Cependant, les personnes en deuil sont empêchées d’entrer dans la maison de ses parents. La police turque refuse d’autoriser le convoi funèbre à entrer dans le centre-ville, où se trouve la maison natale de Doğan. Au lieu de cela, les autorités font pression pour un enterrement immédiat dans le cimetière de la ville – empêchant ainsi un enterrement selon les rites alévis. La police est arrivée avec des canons à eau et a tiré des gaz lacrymogènes sur la foule endeuillée. En signe de protestation, les personnes en deuil ont lancé un sit-in sur la route de Turişmek, et des centaines de personnes demandent à être laissées passer. La situation est tendue alors que la police turque a volé le cercueil de Dogan.
 
Le convoi funèbre transportant le corps d’Aysel Doğan est parti de l’aéroport d’Amed (tr. Diyarbakir) dans la matinée. Le cercueil a été reçu par une foule, dont la co-présidente du DBP Saliha Aydeniz, co-porte-parole du HDP Ebru Günay et des militantes du mouvement des femmes kurdes TJA. La police a interdit aux femmes de porter le cercueil de Doğan sur leurs épaules jusqu’au corbillard. Dogan a été envoyée à Dersim avec le slogan « Şehîd namirin » (les martyrs sont immortels).
 
Le corps a été reçu par les proches de Doğan et une foule endeuillée sur le pont Seyidli dans le district de Mazgirt, au sud-est de Dersim. Sur un parcours d’une vingtaine de kilomètres, la police et la gendarmerie turques ont arrêté le convoi à plusieurs reprises et harcelé la foule endeuillée. Pour finir, les policiers turcs ont volé le cercueil de la politicienne kurde. Plusieurs personnes ont été légèrement blessées par des tirs de gaz lacrymogènes et de canons à eau. Le député HDP Alican Önlü figure parmi les manifestants.
 
Via ANF

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici