AccueilKurdistanBashurLe journalisme mis à mal au Kurdistan du Sud

Le journalisme mis à mal au Kurdistan du Sud

LIBERTÉ DE LA PRESSE. Les journalistes du Kurdistan du Sud travaillent dans des conditions difficiles où la liberté d’informer est bafouée constamment. Les journalistes kurdes sont arrêtés et abattus alors qu’ils travaillent, et les zones contrôlées par le PDK ne sont pas accessibles aux travailleurs des médias d’opposition.
 

Les journalistes de la région du Kurdistan irakien (KRI) font face à des menaces, des arrestations, des détentions et des obstacles dans leur travail. Selon un rapport de 2020 de l’Union des journalistes du Kurdistan, 138 violations des droits ont eu lieu contre 365 journalistes et 47 médias. Au cours de l’année écoulée, des journalistes et des militants ont été arrêtés lors de manifestations antigouvernementales. Plus de vingt professionnels des médias sont toujours en prison. Les journalistes de l’opposition se voient refuser l’accès aux zones contrôlées par le PDK. Des journalistes travaillant à Sulaymaniyah, Shengal et Maxmur ont parlé à Zeynep Durgut de l’agence de presse MA de leurs conditions de travail.

Berhem Letîf est correspondant de l’agence de presse RojNews à Sulaymaniyah. Il a déclaré : « Nous sommes confrontés à des arrestations, des détentions, des obstructions et des violences. La liberté de la presse est considérablement restreinte. Les médias pro-gouvernementaux ne sont pas affectés. Pour éviter que la corruption et le vol du gouvernement ne soient révélés, de plus en plus d’attaques ont lieu. »

Duhok et Hewlêr sont interdits aux médias libres 

Letîf rapporte en outre qu’il n’est pas autorisé à entrer dans plusieurs villes : « Duhok et Hewlêr (Erbil) sont fermées aux médias libres. Seuls les médias pro-gouvernementaux sont autorisés à travailler comme journalistes. Par exemple, des armes chimiques ont été utilisées 306 fois dans le régions de Zap, Avaşîn et Metîna. Le PDK ne nous autorise pas à entrer dans ces zones pour enquêter et faire des reportages. Le travail de journaliste est interdit. J’ai été arrêté deux fois alors que je travaillais. Si nous ne sommes pas arrêtés, nos appareils photo et nos téléphones sont confisqués. Sites d’information sont fermés sans donner de raison. Nous continuons quand même notre travail de journaliste, c’est pour cela que nous nous battons. J’ai été arrêté alors que je suivais des manifestations étudiantes. Au bout de deux jours, j’ai été libéré, mais tout mon matériel a été confisqué. Quatre mois se sont écoulés depuis, je n’ai toujours pas récupéré le matériel. »

Même à l’intérieur du camp de Makhmour 

Armanc Herekol est journaliste au camp de réfugiés de Maxmur et déclare que les conditions de travail sont difficiles : « Le PDK ne nous permet pas de travailler ici. Ce n’est pas seulement vrai pour Hewlêr et Duhok, puisque le travail de journaliste n’est pas autorisé même à l’intérieur du camp. sur ce qui se passe ici. Le fait que nous découvrions et publions ce qui se passe ne convient pas au PDK. Il sait que nous le dénoncerons pour avoir vendu le Kurdistan pièce par pièce. C’est pourquoi notre chemin est bloqué. Nous sommes bloqués parce que nous exposons le siège de Maxmur. Malgré tout, nous rendons public ce qui se passe réellement. »

Cible de tirs pendant le travail

Xelil Şengalî travaille comme journaliste dans la principale zone de peuplement yézidie de Shengal. Il dit qu’il est constamment menacé par des forces du gouvernement irakien et du PDK lorsqu’il travaille : « Il y a une situation particulière à Shengal parce qu’il y a une forte présence militaire ici. Par conséquent, l’activité journalistique est continuellement entravée. Plusieurs journalistes ont été abattus alors qu’ils L’un d’eux était Nûjiyan Erhan. J’ai été arrêté à Sinûnê alors que je travaillais, et mon équipement a été confisqué. On m’a notamment tiré dessus lors de plusieurs activités. Nous ne pouvons pas passer les points de contrôle militaires du PDK. Il a peur de nous. »

 

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici